Agglomération de La Roche sur Yon : pour le transport, c'est un pas en avant, trois pas en arrière

soupe à la grimace.jpgIl y a tout juste un mois, nous vous informions avec une réelle satisfaction, de la levée des mesures discriminatoires imposées par la Communauté d'Agglomération de la Roche sur Yon, aux usagers handicapés du service de transport Handiyon : cliquez ici

Un mois après, qu'est-ce qui a bien pu se passer pour qu'on doive écrire un tel courrier à Philippe GABORIEAU, Président de la commission transport ?

le courrier du mardi 8 novembre

 

Dès la mise en place de ces mesures discriminatoires, l'APF avait interpellé l'agglomération de la Roche sur Yon qui s'était montrée réceptive aux arguments exposés. Les élus avaient démontré une réelle volonté de faire évoluer le transport dans le respect de la loi et l'intérêt des personnes.

Jeudi 3 novembre, après 2 rencontres "politiques" constructives, une réunion de travail a été organisée par l'APF, à la demande de l'agglomération. Il a s'agit de permettre aux responsables techniques de l'agglo de rencontrer des usagers pour mieux comprendre les difficultés rencontrées, les besoins, les améliorations à envisager. Nous avons bien évidemment parlé des personnes à mobilité réduite, mais également des personnes déficientes visuelles avec le témoignage d'une de nos adhérentes, sans oublier de rappeler que l'accessibilité n'est pas une demande catégorielle, c'est pour tous : personnes âgées, parents avec poussettes et toute personne, quel que soit son handicap (mental, auditif, psychique)

déception.jpgNous avons appris lors de cette réunion que l'ensemble des mesures n'était en fait pas levé, et que le courrier qui devait être adressé à chaque usager par l'agglo n'avait pas été envoyé. Les engagements pris n'ont pas été respectés, ce qui nous a vraiment déçus.

Les responsables de l'agglo nous ont informés qu'une enquête individuelle plus approfondie serait également menée auprès de chacun des 103 usagers du service handiyon.

L'objectif officiel annoncé est de connaître les besoins en matière de transport afin d'envisager la priorisation de la mise en accessibilité du réseau des bus ordinaires, et de réfléchir au modèle du transport adapté.

Nous trouvons la démarche vraiment intéressante, puisque permettant de faire émerger les réels besoins des personnes en matière de transport. Nous avons proposé de participer à l'expérimentation de cette enquête, une phase test indispensable qui permet d'adapter le contenu proposé, afin de se donner un maximum de chances d'avoir une enquête qui permette d'atteindre les objectifs fixés en matière de transport sur l'agglomération, et de répondre aux questions qui sont posées depuis notre intervention de septembre.

Seulement voilà... Alors même que nous étions en attente d'informations que les responsables de l'agglo devaient nous communiquer ce lundi 7 novembre, c'est en fait une de nos adhérentes qui nous a contactés.  Une personne voulait la rencontrer le soir même chez elle pour faire une enquête sur le transport...

Dès le elndemain, les Conseillers départementaux décidaient d'alerter les 3 élus de l'agglomération qui suivent le dossier.

Dans le mail d'accompagnement, nous précisions avoir conseillé à nos adhérents de ne pas répondre à cette enquête, et qu'en l'absence de réponse ou rencontre rapide, nous conseillerions à l'ensemble des usagers d'handiyon de ne pas participer à cette enquête, via notre blog et une information presse le jeudi 10 novembre.

Mercredi, nous avons contacté son secrétariat mais l'emploi du temps de Monsieur Gaborieau ne lui permettait pas de nous rencontrer. On nous a cependant assuré de toute l'attention qu'il portait à notre courrier.

Pas de temps pour nous rencontrer, ou simplement suspendre cette enquête le temps qu'on en discute en direct, mais l'agglomération et la ville se sont pourtant visiblement organisées aujourd'hui jeudi ! Cet après-midi, nous avons reçu (comme de nombreuses autres associations) une invitation pour une réunion commune CCA/CIA vendredi prochain "L'importance des sujet notamment en matière de transport exigeant de réunir les deux commissions"...

A ce jour, l'APF déconseille aux usagers d'handiyon de répondre à l'enquête conduite par le CLIC Entourâge (Centre Local d'Information et de Coordination Gérontologique de l'agglo = guichet unique pour les personnes âgées) à la demande de la Communauté d'Agglomération.

Cette enquête ne répond pas du tout aux objectifs fixés dans nos réunions avec l'agglo en matière de transport. Un enquête qui, telle qu'elle est construite à ce jour, ne permettra en rien d'envisager la priorisation de mise en accessibilité du réseau Impulsyon ou faire évoluer le transport adapté.

Par contre cette enquête apportera une multitude d'informations personnelles au CLIC sur des questions qui n'ont rien à voir avec les difficultés rencontrées en matière de transport.

Pour toute information complémentaire, n'hésitez pas à nous contacter.

Commentaires

  • Terrifiant !!! Je viens de lire votre article et le courrier que vous avez adressé au président de l'agglo (bravo) avec beaucoup d'attention et, franchement, je suis atterré ! Depuis quand et de quel droit des gens du CLIC s'autorisent ils ce genre de démarche ? Hormis si c'est un ordre de leur employeur qui est aussi le même pour le transport public, donc l'agglo... Il faudrait aussi que les gens qui font ce genre d'enquête se posent les bonnes questions : est ce que c'est mon boulot ça ? est-ce que les gens de 20, 30, 40 ans ou 50 ans ont les mêmes envies que les gens de 80 ? et de quel droit je vais chez eux comme ça ? N'en déplaise au CLIC...
    et il faut aussi que ça fonctionne dans l'autre sens, si on les reçoit chez nous et qu'on répond à leurs questions, il faut qu'ils nous apportent les bonnes réponses, comme il est dit dans le courrier :un énième interlocuteur à qui on va raconter notre vie, qui va s'en servir et pour quoi faire ???

  • Totalement IN-DI-GNEE je suis ! Quelle honte ! On se croirait dans une mise en garde judiciaire. C'est une atteinte à la personne que de lui poser des questions "intimes" et qui n'ont absolument RIEN A VOIR AVEC LE TRANSPORT. C'est une intrusion dans son intimité, c'est du forcing. Je suis même surprise de ne pas trouver la question suivante "avez-vous une vie sexuelle et à quelle fréquence ?" ben oui, vu le questionnaire, on aurait pu s'y attendre. Quand comprendra t-on que la personne handicapée a suffisamment de problèmes à résoudre pour vivre son handicap au quotidien sans lui rajouter un questionnaire qui sort de l'entendement et qui ferait plonger un "bon vivant" dans un état dépressif. Quand on pense que les hôpitaux manquent de personnel... mais que certains autres services ont du temps à passer et du personnel à déléguer pour faire ce sale boulot. Honte à vous Monsieur le président qui avez la chance de pouvoir conduire et marcher sans doute, sans avoir à penser si le bus que vous devez prendre est accessible ou pas. Une idée me traverse l'esprit : au lieu de perdre un temps précieux dans des enquêtes stériles et des réunions qui n'aboutissent à rien, une partie de votre personnel serait probablement plus efficaces reconvertis en chauffeurs d'Handiyon !!! Pour ma part, un
    enquêteur avec ce type de questions chez moi, je le flanque à la porte ! Malheureusement on profite de la faiblesse de personnes qui ne peuvent pas se défendre.

    Jacqueline

  • Bravo, chère Jacqueline, pour votre intervention, et croyez bien que je la partage ! C'est efffectivement complètement scandaleux ! On prend vraiment pour des cruches, pour ne pas dire plus...
    C'est à se demander à quoi et par qui sont payés les "professionnels du CLIC" ??? Ouais, c'est vachement "professionnel" comme enquête, sachant que les 3/4 des questions sont hors sujet, et du domaine de la vie privée !!! N'en déplaise à ces biens pensants si "professionnels", je considère que ma vie privée ne regarde que moi !
    A BOYCOTTER !!!

Les commentaires sont fermés.