Rémi n'a toujours pas son AVS, et est en partie privé d'école...

Plus de 6 mois après que la CDAPH ait reconnu à Rémi le besoin d'être accompagné par un Auxiliaire de Vie Scolaire, ce petit garçon reste désespéremment seul, sans aucune aide, et avec un accès à l'école très limité...

L'Inspection d'Académie de Vendée ne respecte pas les droits de cet enfant, et ne lui accorde pas d'AVS, malgré une notification en ce sens de la MDPH. Les conséquences sont importantes, tant pour Rémi, que pour ses parents et ses frères et soeurs...

Sans AVS, Rémi ne peut aller à l'école que partiellement : il reste la plupart du temps à la maison, ne comprenant pas pourquoi ses copains, ses deux frères et sa petite soeur peuvent eux, aller à l'école, et pas lui... Cette absence de scolarisation nuit lourdement au développement de cet enfant, à ses apprentissages, à son avenir. Avant son accident, Rémi était un très bon élève. Depuis l'accident, ses capacités sont affectées, et il a réellement besoin d'être soutenu, accompagné dans ses apprentissages. Seulement voilà : l'administration ne respecte pas ses droits, et aujourd'hui, Rémi est le dernier de la classe.

Ses deux frères et sa petite soeur ne comprennent pas pourquoi les adultes infligent cela à Rémi. Son grand frère est frustré de le voir ainsi perdre ses acquis scolaires.

Ses parents subissent également les conséquences du non respect du droit de Rémi à être scolarisé en présence d'un AVS : ils ont du aménager leurs travails respectifs pour être présents tous les après-midi à la maison, afin de garder Rémi. qui n'est pas scolarisé faute d'AVS.

En début d'année, l'Inspecteur d'Académie de Vendée déclarait "Tous les élèves méritent d'aller à l'excellence, donc il faut les accompagner. Passons de l'école pour tous, à la réussite de chacun" (cliquez ici) Est-ce ainsi qu'il conçoit sa responsabilité envers le petit Rémi ?

Les parents ont décidé de mettre en demeure l'Inspecteur d'académie (pour en savoir plus sur cette démarche, cliquez ici). Monsieur le Préfet est informé de cette situation, ainsi que la Cellule Aide handicap Ecole du Ministère de l'Education nationale (cliquez ici).

Les parents ont reçu comme explication que la situation est bloquée car Rémi est scolarisé dans une école privée... Nous avons décidé de saisir le défenseur des droits, car si c'est là une raison évoquée, elle nous semble innacceptable.

Nous ne manquerons pas de vous donner des nouvelles du petit Rémi au plus vite.

 

photo REMI Bourrasseau.JPG

Sur cette photo : Rémi en premier plan, avec ses 2 frères et sa petit soeur.

Commentaires

  • Les hommes et femmes politiques, les hauts fonctionnaires, bref, les acteurs et décideurs n'ont-ils pas de coeur pour laisser, sans solution, des situations comme celle-ci ? Et derrière de beaux discours humanistes, la réalité, la vraie vie, de bons petits soldats qui nous toisent avec leurs calculatrices. Nous sommes réduits à des numéros de dossiers avec un coût. La vie de Rémi ne vaut-elle pas celle de ses copains de classe, de sa famille ? Je souhaite qu'il gagne sa liberté pour être, lui aussi, intouchable...

  • bonsoir .
    je suis la maman du petit kilian qui n'avait pas d'avs a la rentrée scolaire , nous sommes sur challans en lisant cet article qui me touche beaucoup ,je suis outré de voir que le pauvre petit rémi ne puisse pas aller à l'école . je vois que le problème des avsi n'est toujours pas résolu , alors que moi même j'ai postulé à un poste , j'ai eu un entretien et l'on ma refuser un poste alors que des enfants ne sont toujours pas à l'école ,il y a de quoi se mettre en colère. nous soutenons de tout coeur les parents de rémi car je sais que le combat n'ai pas facile . battez vous !!!!!! car la meilleur récompense est le bonheur de votre enfant .

    mme bocquier

  • je suis la maman de kilian.Nous avons vecu ce combat et pas facile .Mais avec mon experience je sais qu il faut se battre.Je souhaite rapidement 1 avs pour remy et courage a ses parents

Les commentaires sont fermés.