04/10/2012

Billet d'humeur n°85 de notre Yonnais en colère... "Confidentialité et action"

Chère Conseillère de quartier,

J'ai relu plusieurs fois votre réaction à mon dernier billet d'humeur avant de vous répondre (cliquez ici). Sachez que je l'ai beaucoup appréciée (votre réaction), car elle montre bien que je n'écris pas dans le vide. Je profite donc de l'occasion pour rappeler que mon objectif est bien de porter tout haut ce que pensent les gens tout bas.

Il est vrai, et je vous le concède bien volontiers, que je n'y vais souvent pas de main morte, mais y'a des trucs qui m'agacent au plus haut point ! Bien sûr je connais cette instance participative qui s'appelle le Conseil de quartier, et bien sûr j'y vois une grande utilité et aussi tout l'intérêt. De là à y avoir toute ma place, sur le fond, oui, mais vous comprendrez aisément je pense, comme les lecteurs assidus de mes billets, que je ne puis à présent dévoiler qui je suis : pour être grillé, je serais vraiment très grillé...

83.JPGDe plus, et vous le savez aussi bien que moi, le "politiquement correct", ce n'est pas ma tasse de thé ! C'est pourquoi j'ai tout récemment changé mon identité visuelle : la cape rappelle celle de Batman, en moins classe, certes, mais pour passer incognito, c'est l'idéal.

Pour en revenir aux Conseils de quartier, bien entendu il faudrait que les personnes en situation de handicap, quel que soit leur handicap, y soient présentes et/ou représentées. De par leur présence, leur participation, leur action, les personnes en situation de handicap pourraient alors faire passer plus facilement et dans un esprit de co-construction le message pour une société inclusive !

Mais le veulent-elles ? Ou plutôt le peuvent-elles ? Osent-elles tout simplement supporter le regard porté sur leur personne ? Osent-elles se confronter à une normalité toute acquise à nos édiles qui, tant qu'ils ne sont pas directement concernés par le handicap, balaient d'un revers de la main les droits les plus fondamentaux ? Le droit de se déplacer, d'avoir une scolarité avec tous, de travailler, de visiter un musée...

Et pourquoi pas le droit de pouvoir toucher les animaux en ferraille du futur bestiaire de la place Napoléon, comme tout le monde, et avec tout le monde, pendant le grand chantier d'aménagement... Il n'y a en effet que des escaliers pour accéder à un point de vue sur le chantier au-dessus des palissades ! Cherchez l'erreur...

Au fond, je suis rassuré, car en claquant des doigts, on aura bientôt des rampes d'accès pour regarder le chantier ! Je blague...

Pour finir sur une note positive, ce message s'adresse tout particulièrement aux personnes en situation de handicap qui hésiteraient encore à devenir Conseiller ou Conseillère de quartier : "Allez-y et foncez !" Vous y rencontrerez peut-être notre chère Conseillère de quartier que je félicite pour son engagement et pour sa volonté d'aller vers une société inclusive...

Très cordialement Madame la Conseillère.

A la semaine prochaine

Mot n° 85 : "lorsque"

Commentaires

Cher conseiller de cartier petite question comment voulez vous venir aux réunions de cartier quand nous avons pas de moyen de transport apres 20 h?

Écrit par : alexis | 04/10/2012

Les commentaires sont fermés.