Billet d'humeur n°103 de notre Yonnais en colère... ""

Bonjour ! J’ai lu un peu entre les lignes le discours de François Hollande au Congrès de l’UNIOPPS. Extraits…

"Puisque je parle du Handicap, nous avons un objectif qui est l’accessibilité. Une échéance a été fixée, c’est 2015, mais soyons là encore francs et sincères. Nous savons bien que cet objectif est difficile à atteindre, à réaliser. En septembre dernier, nous avons décidé de publier un rapport, commandé par le précédent gouvernement et qui dormait dans un tiroir depuis un an.

Ce rapport indiquait que le délai de 2015 serait très difficile à respecter, notamment pour l’accessibilité dans les bâtiments. J’ai demandé que ce rapport puisse être remis au Conseil national consultatif des personnes handicapées parce que je veux la transparence et plutôt que de nier les difficultés, mieux vaut nous mettre autour de la table et nous dire ensemble « comment faisons-nous pour atteindre cet objectif et dans quels délais ».

Mieux vaut la vérité, mieux vaut en tirer les conclusions, mais gardons la perspective de l’accessibilité. […]"

Dans ce premier passage, Monsieur Hollande ne fait ici qu’affirmer des constats déjà faits depuis des années, et même bien avant 2005, ceux qui font la preuve d’une absence flagrante de politiques volontaristes et transversales en matière de handicap de la part de nos décideurs élus.

Ne se sentent-ils donc pas concernés à ce point ?!

Et puis renvoyer la balle à ses prédécesseurs n’est pas très fair-play. En effet, le handicap doit dépasser les seuls clivages politiques. Sur bien d’autres sujets, lors de sa campagne électorale, ne prônait-il pas haut et fort qu’il « puiserait » dans tous les courants…

"Nous avons d’abord, la scolarisation des enfants handicapés qui est un devoir. Dès la rentrée 2012, nous avons créé 1.500 nouveaux postes d’accompagnateurs de vie scolaire et nous veillerons à ce que la formation puisse leur être apportée, parce que ces personnels font un travail très difficile, et qui ont été recrutés par des « contrats aidés », restent en moyenne un an pour effectuer ce service, et quand ils commencent à être suffisamment rodés, ils sont remplacés. Nous aurons dorénavant une politique de formation des personnels pour accompagner les enfants handicapés dans la vie scolaire. […]"

Que les personnels accompagnant les enfants en situation soient rodés, soient formés et voient leurs postes pérennisés, soit. Mais dans les faits, attendons juin prochain… Ce sont aussi et surtout les enfants qui ont besoin de stabilité ! Poursuivons donc l’effort…

"Pour toutes ces politiques que je viens d’évoquer, qu’elles concernent la lutte contre la pauvreté, le Handicap, le vieillissement et l’enfance, rien ne sera possible sans l’intervention des associations et donc sans votre participation. […]"

Presque en même temps, il est annoncé que les Conseils Généraux assureront la gouvernance des dispositifs créés pour les personnes en situation de handicap : les MDPH. Ce qui signifie que les associations n'auront plus leur mot à dire sur leur fonctionnement. Ca peut sous entendre aussi la disparition des instances où les associations représentant les personnes en situation de handicap sont présentes. Pas très cohérent tout ça !

"C’est pourquoi je souhaite, et c’est le sens de ma présence ici, qu’une relation nouvelle puisse se nouer entre l’Etat et le secteur associatif, une relation fondée sur la confiance et la reconnaissance mais aussi sur la clarté dans les rôles de chacun. […]"

Plutôt que confiance et reconnaissance, même si elles sont importantes, j’aurais plutôt parlé de co construction !

(François Hollande au Congrès de l’UNIOPPS)

Ma conclusion à moi : depuis 1975, il serait peut-être temps de passer aux actes, de respecter la loi de 2005 et d’arrêter ces palabres… Oui j’égratigne souvent, oui je suis souvent en colère, mais vous avouerez qu’il y a de quoi non !

Merci à mon "Ami "de me modérer de temps en temps tout de même !!

A la semaine prochaine

Mot n° 103 : incertaine"

Les commentaires sont fermés.