Billet d'humeur spécial de notre Yonnais en Colère : "Utopie ?"

Ce matin, quand je me suis levé, j'avais une drôle de sensation, un sentiment de liberté aussi flou que perturbant...

En me levant, je me dirige vers la salle de bain pour prendre une douche en toute tranquillité. Il n'y a personne et je me réveille tout doucement en sentant la fraîcheur tonique du carrelage sous mes pieds nus... Après ça, je prépare le petit déjeuner, ou plutôt il s'est préparé tout seul. Le bol de café se met tout seul à la hauteur de ma bouche, et s'incline tout seul pour que je puisse boire sans difficulté. Quelle drôle de sensation !

Pour aller au travail, je hèle le bus qui s'arrête automatiquement. Je m'y installe sans souci : ce matin il y a de la place, et j'espère que les places réservées aux personnes valides vont être respectées ; les pauvres, il y a toujours quelques indélicats Z'handicapés qui se moquent du monde. Je n'aimerais pas être à la place des valides, euh ! Pardon des personnes valides ou en situation de validité...

Qu'est-ce que ça doit être compliqué et même blessant d'avoir à supporter ça quotidiennement ! Mon travail, c'est justement d'accompagner les personnes en situation de validité dans leur parcours du combattant : accéder à leurs droits fondamentaux, favoriser leur inclusion, ... Et ce n'est pas tous les jours facile, vous pouvez me croire ! Je serai encore bien fatigué ce soir en rentrant chez moi. Mais bon ! Ma compagne m'y accueillera chaleureusement comme elle sait si bien le faire... Peut-être même ferons-nous l'amour ?! Je dis ça parce que c'est important de bien prouver aux indélicats Z'handicapés que les personnes en situation de validité ont aussi le droit d'avoir une vie affective et sexuelle ! En effet, ma compagne est une personne en situation de validité... Notre rencontre, ça n'était ni pour faire bien, ni pour prouver quoi que ce soit, c'était par amour ! Simplement le coup de foudre quoi...

poisson avril.jpgCe qui est sûr pour moi aujourd'hui, c'est que ma compagne est un poisson, et que nous sommes le 1er avril ! Haha !

Alors ? Vous y avez cru à mon histoire ? Utopie ?!

"!"

Commentaires

  • Tu es un poète mon cher Yonnais ; merci de ce rafraichissant poisson d'avril. Ton inversé utopique me rappelle un conte de Voltaire : "le crocheteur borgne" celui qui "n'avait point l’œil qui voit le mauvais coté des choses". Le borgne, voleur à la tire, rencontre une grande princesse qui "avait un œil de plus que lui, ce qui ne l’empêcha pas de la trouver fort belle"

  • Inverser les rôles ne serait-ce que pour quelques semaines, quelques mois... quelle révolution !
    Que les Z'handicapés décident des droits qu'ils veulent bien consentir aux valides, quelle leçon !
    J'imagine déjà le truc : "Tu auras le droit de vivre sous le seuil de pauvreté toute ta vie, peut-être que tu auras le droit de travailler mais tu subiras le chômage 2 fois plus que les z'handicapés, tu auras le droit de te loger dans l'un des rares appartements que je te dédierai, tu auras le droit de prendre les transports, mais seulement quelques uns, et jamais avec l'un de tes amis valides : un seul à la fois c'est déjà bien, etc, etc.
    Ensuite certains de ces z'handicapés un peu plus humanistes que les autres se mettront au service des valides pour tenter de faire valoir leurs droits, mais au prix d'une énergie folle.
    Et au final les z'handicapés du ministère annulerons les droits prévus par la loi. Ben vi, si tous les valides commencent à réclamer leurs droits, on va pas s'en sortir ! Crise oblige.

  • dans mes rêves, je suis souvent debout, comme avant, comme la majorité des gens. Après avoir lu ce billet, peut-être vais-je faire ce rêve. En te lisant, je m'y suis vu. Dommage qu'on soit le 1er avril...

Les commentaires sont fermés.