Colloque départemental loisirs et sports : n'oublions pas les autres sujets !

Nous vous annoncions dans cet article l'évènement départemental co-organisé par la Direction Départementale de la cohésion sociale et le Conseil Général de Vendée :  la "semaine de l'accès aux loisirs des personnes en situation de handicap".

Au regard des réactions que de nombreuses personnes ont exprimées, le Conseil Départemental a décidé d'adresser un courrier au Préfet et au Président du Conseil Général pour exprimer le souhait de voir cette mobilisation se poursuivre sur des sujets tels que le logement, le transports, l'accessibilité des ERP ou encore la scolarisation et l'emploi.

Pour lire le courrier, cliquez ici

Commentaires

  • Franchement vous faites fort les vendéens. Lucides, précis. Pédagogues.
    Ouais, on ne file pas des raquettes de ping-pong ou des patins à roulettes à ceux qui vivent en dessous du seuil de pauvreté et qu'on oblige à fournir 10 % de leur maigre revenu annuel d'AAH pour financer leur fauteuil roulant. Il y a des priorités. Évidement ça partait d'un bon sentiment. Mais pour la population, elle comprendra que quand on en est à s'occuper des loisirs des PSH c'est, comme il a été bien dit, que tout ce qui est essentiel a déjà été fait. ça s'appelle planter l'arbre qui cache la forêt. Pendant ce temps-là l'association des maires cherche à faire passer à la trappe les lois d'accessibilité. Guignol tragique.

  • Y'en a assez de parler de sport, de sport et toujours de sport. Comme si les personnes handicapées passaient leur temps à faire du sport ! Comme si les bien pensants n'étaient prêts qu'à leur autoriser ça : faire du sport. C'est se foutre du monde. Ma réalité c'est certaineemtn pas d'aller faire du sport ou d'aller voir un spectacle. Ma réalité c'est de prioriser entre un manteau suffisemment chaud pour passer l'hiver, remplir le frigo ou mettre le chauffage. C'est ça ma réalité. Qu'il renoncent donc à leurs salaires, leurs primes, leurs tickets resto, leurs bons vacances et ne conserve que 750 euros par mois. Et après on en repalrera de leur envie de faire du sport. Y'en a marre de se faire prendre pour des moins que rien qu'il faudrait absolument faire rouler après un ballon.
    Ce qui m'énerve le plus c'est que ça va couter combien tout ça, entre les salaires de tous ces fonctionnaires et tout le reste ? Et c'est payé avec quoi ? Et ben avec l'argent public une fois de plus. Je dois payer une partie de mes médicments, je vis sous le seuil de pauvreté, j'entends parler de crise depuis des années, mais quand il sagit d'organiser ce ty^pe de bétise comme par hasard y'a aucun problème d'argent.
    C'est révoltant.

  • c'est pas du sport qu'on veut, c'est un logement, du travail, des transports, l'accès à tous les batiments et l'école et la formation pour tous!

Les commentaires sont fermés.