MDPH : le Député Hugues Fourage soutient les revendications de l'APF en matière de gouvernance des MDPH

Lundi 27 mai, Daniel Sellier et Stéphanie Ottou ont rencontré le Député Hugues Fourage pour faire part de la détermination de l'APF à rester vigilente sur le fonctionnement des MDPH.

C'est la conclusion de "la tournée des Parlementaires" que le Conseil Départemental a initié pour contrer le projet de loi qui visait à supprimer la participation des associations au sein de la Commission Exécutive de la MDPH (COMEX), celles-ci devenant de simples services des Conseils Généraux.

Certes la Ministre a informé l'APF en février que le chapitre concernant les MDPH avait été retiré de l'avant projet de loi sur la décentralisation, mais il avait été décidé de ne pas relâcher la pression et notre détermination car :

- le sujet de la gouvernance des MDPH risque fort de revenir à l'occasion d'autres débats, en particulier celui relatif à la "dépendance" : les discussions au sujet des Maisons de l'Autonomie pourraient être l'occasion d'essayer pour certains de revenir sur les modes de gouvernance des MDPH.

- la question du fonctionnement des MDPH reste entier, et il est plus que nécessaire de continuer à porter nos revendications concernant les dysfonctionnements.

 DSCN7584.JPG

Hugues Fourage rejoint l'APF dans cette revendication : "Je ne souscris pas du tout à l'idée de ne plus avoir les associations au sein de la COMEX. Ca serait à l'encontre de l'objectif que les personnes concernées soient partie prenantes du fonctionnement de la MDPH. Si cette disposition devait être maintenue, je déposerai un amendement en la matière"

Lorsque nous avons exposé notre volonté de voir effective l'application de la loi du 28 juillet 2011 relative à la signature de CPOM (Contrats Pluriannuels d'Objectifs et de Moyens) pour les GIP-MDPH pour leur permettre un meilleur fonctionnement, Le Député de la 5ème circonscription nous a expliqué que "les baisses budgétaires étaient inéluctables et que dans le contexte budgétaire actuel il faut faire des choix drastiques". Nous avons défendu l'idée que les ajustements ne doivent pas se faire sur les personnes les plus fragilisées, comme les personnes en situation de handicap. Les difficultés sont suffisemment nombreuses sans qu'on en rajoute encore : une AAH qui maintient les personnes sous le seuil de pauvreté, accès aux soins difficile, accès à l'emploi difficile, accès au travail difficile, accès à la scolarisation difficile, compensation du handicap pas toujours effective, etc. Comment demander aux personnes en situation de handicap de "faire des efforts" ?

"Il faut qu'on ait une vie qui soit une vie, pas une survie" a-t-on affirmé.

Hugues Fourage pense que la solidarité familiale ne s'exprime pas assez, que tout ne peut pas venir de l'Etat. Nous avons expliqué que faire appel à la famille doit être un choix et non une contrainte imposée aux personnes dépendantes. C'est une condition d'accès à l'autonomie et de maintient de l'équilibre des familles. Le Député comprend la volonté d'autonomie des personnes et constate que le regard porté sur la différence est parfois très dur.

Nous avons pu échanger sur les questions d'accessibilité, et le Député a remis sa casquette de maire de Fontenay le Comte pour envisager de mener en partenariat avec l'APF une action d'information et de sensibilisation des commerçants de la ville.

Il a confirmé son annonce faite lors de notre Assemblée Départementale : il affectera 1/4 de sa réserve Parlementaire (130 000 €) au soutien de projets liés à l'accessibilité sur sa circonscription.

Les commentaires sont fermés.