Billet d'humeur n°120 de notre Yonnais en colère...

Bonjour Mesdames et Messieurs !

Ravi de revenir en 120ème semaine ! J'ai en effet encore le droit de m'exprimer sur ce blog...

Et vous allez voir que je respecte les règles... V'là une gente Dame qui mérite bien qu'on s'arrête sur sa bêtise (on a dit "pas de grossièreté").

Tout savoir sur la gente dame ici

En résumé, si les PME n'embauchent pas les Z'handicapés, c'est la faute à la longue crise que traverse le pays depuis 1975, et si elles en embauchent, ça va vite devenir un cauchemar pour elles. Pire encore, si les PME n'embauchent pas les Z'handicapés, alors la loi va les punir et elles vont perdre leur bonne humeur... Ben mince alors ! Déjà que c'est pas la joie avec cette satanée crise qui dure, qui dure...

Ah ! La tolérance... Ben v'là le pompon ! Si les PME embauchent les Z'handicapés, c'est qu'elles ont pitié d'eux et qu'elles vont devoir se saigner à blanc pour ne pas être punies par la loi... Drôle de conception de la tolérance !

120.jpgUn peu plus léger : la dernière question, elle n'y répond même pas c'te pauv'blonde décolorée (ola ! j'ai failli être border line, mais on m'a dit "pas de nom") !

Pour conclure, cette gente Dame, elle n'a d'Ethic que l'étiquette des Grands Patrons qu'elle représente soi-disant. Certains d'entre eux doivent même avoir honte d'adhérer à son pseudo syndicat.

Alors voilà, chère gente Dame, avec mon grand sens du sacrifice, je vais vous aider en vous précisant que nous ne sommes plus au moyen âge et que nous, ce qu'on veut (lorsque nos capacités nous le permettent) c'est du boulot, et certainement pas la charité, votre charité à 1 Denier ! Un dernier rappel, chère gente Dame, le taux de chômage des Z'handicapés est le double de celui des personnes valides... A cause de gens comme vous !

A la semaine prochaine

Mot n° 120 : "mais"

Commentaires

  • Tu as raison le Yonnais mais il faut dire aussi que loin de la charité ou de la peur du gendarme , le recours aux personnes en situation de handicap au boulot est profitable (comme on dit en mauvais français) aux entreprises : ils sont plus consciencieux, plus dévoués, ont moins d'absentéisme que leurs collègues valides. Mieux, ils "donnent" une couleur plus sympa à l'ambiance de l'entreprise, une sorte de motivation supplémentaire à ceux du groupe qui se la jouait d'ordinaire un peu mou du genou. Quand quelqu'un pour qui s'est difficile, aime son travail, s'y consacre sans barguigner, ça donne l'exemple. Beaucoup d’entreprises ont en fait l'expérience et s'en félicitent. Nous aussi.

Les commentaires sont fermés.