26/06/2013

Scolarisation : Léa et Erwan ne doivent pas être abandonnés !

Les parents d'Erwan, et les parents de Léa sont dépités : les adolescents devraient être accueillis en Institut Médico-Educatif (IME), mais il n'y a pas de place. Tous deux auront 16 ans d'ici la fin de l'année, et ils viennent d'apprendre qu'ils ne pourront pas rester au collège.

C'est indignés par la situation que ces parents nous ont contactés : "que vont devenir nos enfants ? On nous dit qu'ils doivent quitter l'ULIS (classe spécialisée au collège), mais aucun IME ne peut les accueillir, il n'y a de place nulle part. Et on ne nous propose rien !"

Nous avons demandé

- au Délégué Territorial de l'Agence Régionale de Santé (qui décide de la création des places en établissements spécialisés),

- au Directeur Académique des Services de l'Education Nationale (qui décide de la création des classes spécialisées dans les établissements scolaires),

- au Directeur de la MDPH (qui doit assurer le suivi de la mise en oeuvre des décisions),

- au Directeur de Cabinet du Préfet (qui représente l'Etat)

de nous informer des dispositions qui vont être mises en oeuvre pour répondre aux besoins et aux attentes de ces jeunes.

Léa et Erwan ne sont malheureusement pas les seuls jeunes à subir le manque de moyens affectés à la scolarisation, la formation et l'accompagnement des enfants et des jeunes en situation de handicap.

Leur situation illustre l'absence de coordination entre les différentes institutions : ARS, Education Nationale, MDPH. Chacun agit dans son coin et au final le jeune et sa famille sont délaissés de tous.

 

Les commentaires sont fermés.