06/07/2013

Scolarisation : des cercueils déposés devant la Préfecture pour dénoncer le sacrifice de l'avenir de plus de 300 enfants en Vendée

Nous étions une trentaine vendredi devant la préfecture pour dénoncer le manque de moyens mis en oeuvre en Vendée pour la scolarisation et la prise en charge des élèves en situation de handicap.

Retrouvez ici une partie des problèmes que nous pointons. Après trois rencontres en un mois et demi avec le Préfet, puis son Directeur de Cabinet, puis la Direction Académique des Services de l'Education Nationale, on voulait poser une question simple :

DSCN8039.JPG"Vont-ils continuer à sacrifier l'avenir des enfants en situation de handicap ?"


Retrouvez ici l'intervention du Représentant Départemental Thierry Craipeau

 DSCN8028.JPG

La réponse que l'on a obtenue à notre question lors d'une audience avec le Directeur de Cabinet du Préfet est dramatiquement simple : OUI.

OUI ils vont continuer.

Les cercueils que nous avons déposés devant la Préfecture de Vendée symbolisent donc le sacrifice de l'avenir de plus de 300 enfants et jeunes en situation de handicap sur le département de la Vendée.

Sacrifice au nom du principe de réalité.

Parce que "ça ne se fait pas comme ça", parce que "les processus sont longs", parce que...

Nous on sait tout ça, que c'est la MDPH qui évalue les besoins de chaque enfants, que c'est une commission qui décide, que c'est l'ARS qui créé les places, que blablabla. On sait même qu'ils sont 450 à travailler à l'ARS : y'en aura bien un qui aura un peu de temps pour rédiger un appel à projet non ? Suffit juste que quelqu'un le veuille.

Pas besoin d'une audience en Préfecture pour qu'on nous l'explique. Ce qu'on attend, ce sont des engagements, des réponses, une volonté affirmée. On veut des actes.

Et on n'a rien de tout ça. On n'a pas entendu "on y travaille : ça va être long, mais on va faire ce qu'il faut. Des appels à projets pour la création de places en IME, SESSAD, etc. vont être publiés dans les 3 mois, des ULIS, des CLIS, des ULIS pro vont être ouvertes à la rentrée"

C'est pourtant possible. Il aura fallu quelques familles qui fassent le foin sur les Herbiers et Chantonnay pour qu'en 3 mois le Directeur Académique de l'Education Nationale décide d'ouvrir 2 ULIS, tient, justement aux Herbiers et Chantonnay ! Et l'ARS continue de publier des appel à projets.

Tout est question de volonté.

Ce qu'on a entendu du Directeur de Cabinet c'est "Il faut évaluer la situation de chaque enfant", "Reconnaissez que la situation s'améliore", "Nous ne sommes pas inactifs, même si c'est insuffisant je vous le concède", "Je suis sensibilisé mais on a un principe de réalité", "Que voulez-vous que je vous dise : vous êtes en colère, moi ça me chagrine", "Les processus sont longs"

Le Représentant de l'APF a fait part de sa colère : "Je ne peux pas entendre et accepter que le Représentant de l'Etat n'ait pas de solution, pas de réponse à apporter. Ce déni et ce mépris faits aux enfants est intolérable et insupportable"

La représentante de la FCPE (Fédération des Conseils de Parents d'élèves) a imploré le Directeur de Cabinet du Préfet : "Agissez. Je vous en supplie, agissez. Faites le pour les enfants. Mettez les processus en route"

Face à cette colère et ce désespoir le Directeur de Cabinet a finit par déclarer : "Le Préfet agira. Je peux vous le garantir"

Où, quand, comment ? Ce n'est pas cette rencontre qui nous a rassurés en quoi que ce soit...

C'est dépité, ému et en colère que Thierry Craipeau a annoncé aux manifestants que le Représentant de l'Etat n'avait apporté aucune réponse, n'avait pris aucun engagement, si ce n'est celui de "faire remonter et alerter"

DSCN8012.JPG


Commentaires

"J'aime mon pays, celui de la Déclaration universelle des droits de l'Homme, mais entre cette revendication historique et la réalité actuelle des personnes handicapées, il y a un fossé qui frôle la publicité mensongère !" (Frank Morvan-Denègre)

Écrit par : Daniel | 06/07/2013

Je suis de tout coeur avec vous.
Oui, tous les enfants, quel que soit leur âge. ont droit à l'école obligatoire et, bien sûr, pas dans n'importe quelles conditions.

Écrit par : Valin Anne | 08/07/2013

Madame Valin,

Nous vous remercions vivement de votre message et sommes très touchés. Nous mesurons pleinement l'importance de l'implication des élus sur ce dossier, et nous aurons besoin du soutien de tous, car la rentrée 2013 s'annonce catastrophique en Vendée...
Encore MERCI à vous.

Thierry Craipeau
Représentant Départemental

Écrit par : Thierry Craipeau | 08/07/2013

Les commentaires sont fermés.