Scolarisation : "Qu'est-ce que vous voulez que je vous dise ? Qu'on va créer une place pour chacun ?"

Frederic-LAVIGNE.jpgCette question déconcertante : "Que voulez-vous que je vous dise ? Qu'on va créer une place pour chacun ?", c'est Frédéric Lavigne, Directeur de Cabinet du Préfet, qui nous l'a posée vendredi.

Ben..."oui" ! Oui c'est ce qu'on veut.

Ce OUI, les représentants de l'APF et de la FCPE l'ont prononcé à l'unisson, franchement surpris par la question, tant c'est évident que c'est ce qu'on veut.


Le mail qu'on lui a envoyé n'était pas assez clair ? On concluait par : "Nous espérons vraiment que vous pourrez faire des annonces précises sur les moyens concrets qui seront mis en œuvre sans délai pour palier à cette situation qui ne peut plus durer.". Mais c'est p't'être pas assez bien formulé...

A quoi s'attendait-il notre Directeur de Cabinet ??? Qu'on négocie un "quota acceptable" d'enfants laissés sur la touche ?

Et on pousse le sordide jusqu'où ? On procède comment ? On tire au sort ? On prend les derniers de la liste alphabétique ? On cible ceux qui n'ont plus de parents ? On choisit les blonds, les bruns, les roux ? Tssss...

Et pis oui, c'est ce qu'on veut : qu'il y ait une place pour chacun. C'est pas comme si on demandait un truc complètement suréaliste, délirant, un truc de fou, un truc impossible quoi. Un truc du style :

- creuser un immense trou sous la mer et y faire passer des trains ... ou

- aller sur la lune... ou

- cloner des moutons.

Non... faut pas exagérer quand même ! Faut être rai-so-nable. Faut être prag-ma-tique. Y'a des choses, c'est pas possible et pis c'est tout.

Nous, tout ce qu'on demande c'est que chaque enfant aille à l'école et ait les soins dont il a besoin. C'est si délirant que ça comme demande ? C'est plus délirant et plus fou que de vouloir aller sur la lune ? Que de vouloir cloner des moutons ? Que de vouloir faire passer des trains sous la mer ?

Parce que pour le représentant de l'état, ce qui est impossible, c'est bien que chaque enfant vendéen reçoive l'éducation adaptée et les soins dont il a besoin.

"Dire qu'on va tendre à l'exaustivité, ce n'est pas tenable ! Il y a des principes de réalité." insiste notre Directeur de Cabinet...

Notre principe de réalité à nous, ce sont les droits humains, les droits des enfants, c'est le respect de la dignité de chacun, de son présent, de son devenir. C'est le respect de la loi en somme. Et n'est-ce pas l'une des missions de l'Etat et de ses représentants que de faire respecter la loi et les conventions que notre pays ratifie ?

DSCN7989.JPG

Le Représentant et la Directrice de l'APF ont questionné à 3 reprises le Directeur de Cabinet : "Si ce n'est pas le représentant de l'état qui peut apporter des réponses, prendre des engagements, qui le peut alors ?" Ils se la pose encore...

"Pour ce qui est de l'avenir, il ne s'agit pas de le prévoir mais de le rendre possible" Antoine de Saint-Exupéry

Commentaires

  • Et ben... on n'est pas sorti de l'auberge avec un tel discours !

Les commentaires sont fermés.