Le bénévole du mois : Jean-Louis

 2013-07_photo_jean-louis_rouleau web.jpgJean-Louis, comment êtes-vous venu à l’APF ?

En retraite en 2005, je lis un appel à bénévoles APF Evasion dans la presse. Je connais, de par mes anciennes fonctions de Directeur de Maison Familiale, d’autres associations ou fédérations de personnes en situation de handicap, mais à l’époque je ne connais pas encore l’APF.

Je prends connaissance de témoignages de gens ayant déjà fait des séjours et je finis par envoyer ma candidature.

Eté 2005, je pars donc sur mon premier séjour en tant qu’accompagnateur, où je découvre concrètement ce qu’est le handicap.

En 2006, je m’engage à la Délégation et, dans le même temps, je deviens pour la première fois Responsable d’un séjour APF Evasion.

Qu’est-ce que vous y faites comme missions bénévoles ?

 Pour la Délégation je remplis pour l’essentiel des missions chauffeur. En 2010, je participe à ce titre avec d’autres bénévoles à une journée de formation chauffeur, ce que j’apprécie bien.

En 2011, en lien avec les missions chauffeur, je bénéficie aussi d’une formation aux gestes de premiers secours.

Les paquets cadeaux : « ce n’est pas mon truc, sauf si on veut que je gaspille du papier (rires). On peut tout de même m’appeler en cas de besoin… »

En septembre 2011, dans le cadre de l’action « Des Bâtons dans les roues », je participe à la mise en place d’une pyramide de fauteuils bloquant pendant 30 minutes environ l’accès principal à la Préfecture de Vendée. Action intéressante car non violente et marquante car ça ne s’était jamais fait !

 Que retirez-vous de votre engagement bénévole auprès de l'APF ?

Au départ en séjour, ce que j’apprécie beaucoup, c’est d’apprendre deux choses essentielles par un accompagnateur plus expérimenté que moi : savoir écouter et avoir conscience que le vacancier en situation de handicap est le plus à même d’expliquer comment s’y prendre avec lui.

La dynamique séjour APF Evasion m’a plu dès le début, notamment avec la responsabilité de la mission chauffeur. Et ça me plaît encore aujourd’hui !

Pour moi, c’est la satisfaction d’avoir rendu réalisable la pratique d’activités qui requièrent toutes les possibilités physiques à des vacanciers qui n’en jouissent pas complètement. Je pense ici par exemple au parapente et à la Joëlette.

Cette fierté de leur avoir rendu possible l’impossible !

Ça apprend à relativiser le handicap, en accompagnant la personne, et surtout sans faire à sa place…

Dans le cadre de la Délégation, j’apprécie et trouve intéressant le Café bénévole pour les échanges avec les autres bénévoles, et les formations que je trouve pertinentes tant sur le plan personnel que pour mon engagement bénévole.

Les commentaires sont fermés.