30/07/2013

La bénévole du mois : Cendrine

 2013-06_photo_cendrine_proud web.jpgCendrine, comment êtes-vous venue à l’APF ?

En 2008, enceinte de mon premier enfant et sans emploi, j’avais envie de m’investir dans une cause qui me tenait à cœur. J’ai cherché plusieurs associations sur Internet, et après une première sélection, et aussi parce que ma belle-soeur y travaille, j’ai pris contact avec l’APF…

Il est vrai aussi que, de par ma formation dans l’hôtellerie et la restauration, je peux être souvent confrontée à l’accueil des publics en situation de handicap. Je suis donc sensibilisée à ces questions. D’ailleurs, là où je travaille aujourd’hui, il est mis à disposition des réceptionnistes un livret d’accueil de ces publics. Mais je me rends compte qu’il y a encore beaucoup à faire.

 Qu’est-ce que vous faites en tant que bénévole à l'APF ?

Depuis mon arrivée à l’APF, j’ai participé à de nombreuses actions avec la Délégation de Vendée.

Pour commencer, c’était sur l'opération "paquets cadeaux" avec Bénouch. Sur les plannings, les appels téléphoniques pour mobiliser les équipes, et bien sûr la confection des paquets.

J’ai découvert les sensibilisations en milieu scolaire et ça m’a bien plu. Je suis prête à en refaire !

Dernièrement, pour la Fête du sourire, j’étais chargée de contacter les clubs de randonnées pédestres et les bénévoles APF en vue d’installer des points de collecte de téléphones portables usagés au départ des randos…

 Que retirez-vous de votre engagement bénévole au sein de la Délégation ?

Mon engagement bénévole à l’APF me fait prendre conscience de mon envie de l’élargir à ma vie de tous les jours, tant professionnellement que personnellement. C’est apporter et recevoir… C’est également pour moi la satisfaction de me rendre utile, d’apprendre et de partager des choses.

Par exemple, connaître les difficultés de scolarisation des enfants en situation de handicap m’ouvre les yeux, alors qu’autrement je n’y aurai peut-être pas porté la même attention.

Ça me permet enfin d’y voir plus clair dans la construction de projets.

16:45 Publié dans Bénévolat | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les personnes handicapées motrice ont des sous !

Paul a programmé des vacances culturelles avec sa petite famille et s'est rendu à Oradour sur Glane pour visiter le "Centre de la Mémoire" Quelle surprise lorsqu'il a découvert la politique tarifaire du centre !

Les personnes handicapées motrices payent, les personnes non-voyantes ou handicapées mentales ne payent pas. (voir l'ensemble des tarifs ici)

Conclusion : les personnes handicapées motrices ont des sous, les autres pas !

29/07/2013

MDPH de Vendée : les parents de Coleen sont très en colère "On a décidé de ne pas se laisser faire"

Les parents de Coleen ne décolèrent pas. Alors que jusqu'alors la fillette bénéficiait d'une carte d'invalidité, d'une carte de stationnement, de l'Allocation d'Education de l'Enfant Handicapé complément 3, la MDPH de Vendée a décidé de tout lui retirer, alors même que sa situation ne s'est pas améliorée et que personne ne l'a rencontrée !

Les parents ont également demandé, pour lui permettre une entrée en CP dans de bonnes conditions, l'octroi d'une Auxiliaire de Vie Scolaire individuelle 24 h / semaine et un ordinateur : là aussi : refus.

Pas de rencontre avec un médecin ou un professionnel de l'équipe pluridisciplinaire de la MDPH, pas de proposition de Plan Personnalisé de Compensation (PPC), pas d'invitation écrite à assister à la CDAPH, à y être accompagnés ou représentés : toutes ces décisions ont été prises dans le mépris de la règlementation et sans que les parents ne puissent jamais exposer leur point de vue, faire entendre la réalité de leur fillette et de leur vie.

Pour le Conseil Général, questionné par le Journal du Pays Yonnais : "Tout est normal, il n'y a aucun problème"

Pour le papa de Coleen, il y a au contraire un gros problème : "On n'a jamais vu personne. Il y a juste un médecin qui m'a appelé un jour pour me demander si ma fille coupait sa viande toute seule. J'ai cru que c'était un gag. Coleen est hémiplégique : elle est paralysée d'un côté donc non, évidemment que non elle ne coupe pas sa viande toute seule : comment pourrait-elle le faire ?"

La maman de Coleen est dépitée : "On fait tout pour avancer, faire progresser notre enfant, la tirer vers le haut et la MDPH fait juste l'inverse : elle la tire vers le bas. Elle refuse par exemple un ordinateur à ma fille qui entre au CP et qui va donc débuter l'apprentissage de la lecture et de l'écriture au motif que c'est "prématuré" ! Mais c'est justement maintenant qu'elle a besoin des outils pour compenser son handicap !"

Les parents de Coleen sont très inquiets pour la rentrée scolaire de leur fille qui entre au CP en septembre prochain : "Coleen a besoin d'être accompagnée et stimulée, l'ergothérapeuthe l'a clairement détaillé dans son rapport et demande une AVS 24h/semaine. Pourtant la MDPH n'octroie à notre fille une AVS que pour la moitié du temps scolaire. Qu'est-ce qu'elle va faire le reste du temps ? En plus elle sera exclue de certains enseignements faute d'accompagnement, ce n'est pas acceptable"

Ils unissent leurs voix pour exprimer leur détermination : "On a décidé de ne pas se laisser faire. On a pris un avocat pour contester les décisions de la MDPH devant le tribunal puisque notre demande de recours amiable a été refusée par le Directeur Adjoint de la MDPH au motif qu'il n'y avait pas d'éléments nouveaux. On veut aussi que la MDPH soit condamnée pour la manière dont ces décisions ont été prises. On le fait pour Coleen et pour les autres, car on espère que ça conduira la MDPH de Vendée à changer ses méthodes"

"Je suis prêt à faire une grève de la faim et à m'enchaîner aux grilles du Conseil Général. J'irai jusqu'au bout" conclut le papa excédé.

2013-07-25 PY MDPH coleen web.jpg

Journal du Pays Yonnais, 25 juillet 2013

2013-07-27 OF MDPH Coleen web.jpg

Ouest France 27 juillet 2013

La pensée de la semaine...

"Le point de vue le plus simple est toujours le meilleur"

Charlie Chaplin

26/07/2013

Accessibilité : les pharmaciens veulent-ils des dérogations ?

Pharmacies.jpgSuite à l'article que nous avions publié ici, la radio Vivre FM a mené sa petite enquête : 

La Fédération des syndicats pharmaceutiques de France (FSPF) a lancé une enquête auprès de ses adhérents pour attirer l’attention des Pouvoirs publics. Son objectif : faire l’état des lieux des officines en France pour la mise aux normes de ces établissements recevant du public (ERP).... Pour lire la suite de l'article, cliquez ici

Source : Vivre FM radio - http://www.vivrefm.com

N'écoutez pas les lobbying ! Signez et faites signer la pétition en ligne sur http://www.necoutezpasleslobbies.org

Transports en commun en Vendée : Un passager pas comme les autres …

Passager-pas-comme-les-autres-1.JPGAubaine, je vais pouvoir transporter mon fauteuil électrique pour les vacances ; la liaison en bus SOVETOURS « Les Sables – La Tranche » est pourvue de cars accessibles aux fauteuils roulants.

Cet après-midi, je décide de me présenter au départ de 14 heures à la gare routière des Sables. J’emprunte le quai de la Chaume, je contourne Port Olonna, et me voilà bientôt au guichet pour prendre mon billet. Seul, le battant de gauche de la double porte est ouvert ; impossible de rentrer en fauteuil ! J’appelle …  je vois d’autres passagers prendre leur  billet…  et moi, je reste à la porte. Enfin, le guichetier m’entend, et par une autre porte, il vient à  moi ; je peux m’acquitter de mon titre de transport.

Le car arrive. Le chauffeur, une femme, cela à son importance pour la suite du récit. Pas de problème pour elle, je peux embarquer. Tout de même, je mesure son embarras. 

Les passagers déposent leurs valises dans la soute,  puis montent dans le bus.  Le chauffeur ferme les portes du bus et décide de reculer. De son avis, le trottoir se trouvant le long du bus sera un obstacle à la montée du fauteuil roulant. Plus en arrière, il n’y a pas de trottoir ; on rouvre les accès du bus.

Prévenu par je ne sais qui, un responsable arrive : 

-    Mais Monsieur, il est impossible de vous emmener, le  système est  prévu pour des fauteuils normaux ; le  poids ne doit pas dépasser 230 kg !Passager-pas-comme-les-autres-5.JPG

Ma réponse ne se fait pas attendre :

-   Le mien fait 120 kg ; il faut essayer.

Le « formateur »  qui vient d’arriver en voiture intervient auprès du chauffeur. Il fait avancer le bus  le long du trottoir contrairement à ce qu'avait fait le chauffeur. Les passagers non montés encore dans le bus se déplacent en suivant la manœuvre.

  Il n’y a pas de raison pour que vous ne voyagiez pas avec votre fauteuil, me dit un passager qui, comme d’autres, me soutiennent.

Maintenant il s’agit d’ouvrir la porte d’accès à l’élévateur de fauteuils. On s’y met à plusieurs car l’affaire s’avère quelque peu compliquée. On tire sur cette porte, on cherche le « truc » qui la débloque, les minutes passent, les passagers regardent !

Dans ma tête, je prononce la formule magique : « Sésame, ouvre-toi … » ; la porte s’ouvre !

Il faut maintenant  brancher la télécommande qui permet de faire fonctionner l’élévateur ; ensuite, trouver le bon bouton qui permet de descendre cet élévateur. On essaie tous les boutons avant que l’élévateur accepte de descendre.

Puis, sous le bus, il y a un plan incliné à sortir. Même problématique ! On tire, on tente de décoincer … Viendra, viendra pas ? Oui, la plaque de tôle cède... Ce jour là, il fait 30°, il est temps de respirer un peu.

Passager-pas-comme-les-autres-6.JPGJe m’aperçois que mon fauteuil est trop long pour la dimension de la plateforme ; il ne rentrera pas ; c’est foutu !

Peut-être que non si je retire les repose-pieds ? Sitôt dit, sitôt fait ! Je peux très bien rester les jambes pendantes. 

Et me voilà à manœuvrer de mon mieux pour garer mon fauteuil sur cette plateforme ; et il rentre ! C’est gagné … Le chauffeur reprend la télécommande ; cette fois-ci, il s’agit de remonter la plateforme avec le fauteuil dessus et moi confortablement installé dans ma « décapotable ». Une fois de plus, on tâtonne tous les boutons ; je grimpe à hauteur des passagers. Mes repose-pieds sont rangés sous la plateforme ; on range le plan incliné ; on ferme la porte ; on passe des sangles pour que le fauteuil ne bouge pas ; et on me passe une ceinture à la taille. Le bus peut rouler.

Comme si je partais pour un grand voyage, à travers la vitre, je vois, non seulement mon épouse venue s’assurer de mon départ, mais aussi le responsable et le formateur  SOVETOURS me faire des grands « au revoir » en balançant leurs bras en l’air…..

Ce jour là, le bus Les Sables – La Tranche aura près de 15 minutes de retard sur son horaire prévu, par la venue d’un passager pas comme les autres.

Durant le trajet, je goûte le plaisir du voyage. Le paysage qui défile  m’emplit de joie, d’autant plus à l’idée que maPassager-pas-comme-les-autres-7.JPG persévérance à été positive.

Le bus arrive à l’arrêt où je dois descendre. Le chauffeur commence les manœuvres de débarquement. Le jeu recommence ! La porte délicate à ouvrir, la télécommande (on ne sait toujours pas sur quel bouton appuyer pour faire descendre la plateforme), le  plan incliné à déployer. Heureusement, un voyageur serviable, ingénieux et plutôt costaud, vient en aide au chauffeur, pour ces difficiles manipulations.

Fin août, je devrai prendre cette ligne en sens inverse pour ramener mon fauteuil à son home d’origine.  Je sais qu’une nouvelle aventure commencera peut-être…

François B.

 

"Zoom sur la Vendée" n°55 est en ligne !

Vous pouvez le consulter en cliquant sur l'image ci-dessous :

zoom 55 .jpg

Bonne lecture !

25/07/2013

Le bénévole du mois : Jean-Louis

 2013-07_photo_jean-louis_rouleau web.jpgJean-Louis, comment êtes-vous venu à l’APF ?

En retraite en 2005, je lis un appel à bénévoles APF Evasion dans la presse. Je connais, de par mes anciennes fonctions de Directeur de Maison Familiale, d’autres associations ou fédérations de personnes en situation de handicap, mais à l’époque je ne connais pas encore l’APF.

Je prends connaissance de témoignages de gens ayant déjà fait des séjours et je finis par envoyer ma candidature.

Eté 2005, je pars donc sur mon premier séjour en tant qu’accompagnateur, où je découvre concrètement ce qu’est le handicap.

En 2006, je m’engage à la Délégation et, dans le même temps, je deviens pour la première fois Responsable d’un séjour APF Evasion.

Qu’est-ce que vous y faites comme missions bénévoles ?

 Pour la Délégation je remplis pour l’essentiel des missions chauffeur. En 2010, je participe à ce titre avec d’autres bénévoles à une journée de formation chauffeur, ce que j’apprécie bien.

En 2011, en lien avec les missions chauffeur, je bénéficie aussi d’une formation aux gestes de premiers secours.

Les paquets cadeaux : « ce n’est pas mon truc, sauf si on veut que je gaspille du papier (rires). On peut tout de même m’appeler en cas de besoin… »

En septembre 2011, dans le cadre de l’action « Des Bâtons dans les roues », je participe à la mise en place d’une pyramide de fauteuils bloquant pendant 30 minutes environ l’accès principal à la Préfecture de Vendée. Action intéressante car non violente et marquante car ça ne s’était jamais fait !

 Que retirez-vous de votre engagement bénévole auprès de l'APF ?

Au départ en séjour, ce que j’apprécie beaucoup, c’est d’apprendre deux choses essentielles par un accompagnateur plus expérimenté que moi : savoir écouter et avoir conscience que le vacancier en situation de handicap est le plus à même d’expliquer comment s’y prendre avec lui.

La dynamique séjour APF Evasion m’a plu dès le début, notamment avec la responsabilité de la mission chauffeur. Et ça me plaît encore aujourd’hui !

Pour moi, c’est la satisfaction d’avoir rendu réalisable la pratique d’activités qui requièrent toutes les possibilités physiques à des vacanciers qui n’en jouissent pas complètement. Je pense ici par exemple au parapente et à la Joëlette.

Cette fierté de leur avoir rendu possible l’impossible !

Ça apprend à relativiser le handicap, en accompagnant la personne, et surtout sans faire à sa place…

Dans le cadre de la Délégation, j’apprécie et trouve intéressant le Café bénévole pour les échanges avec les autres bénévoles, et les formations que je trouve pertinentes tant sur le plan personnel que pour mon engagement bénévole.

15:11 Publié dans Bénévolat | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Billet d'humeur n°127 de notre Yonnais en colère... "GGG et manque d'Action !"

Après le "G8", le "GET 27", le "GR 20", le "G-spère", le "G-zite", le "G-pas-grand-chose-à-dire", le "G-tabli", le "G-numère", le "G-pas-fait-grand-chose", le "G-fait-n’importe-quoi", le "G-corche", le "G-vite", on trouve le "G31"...

Au départ j'ai failli le confondre avec le "GET 31" dis-donc ! Bref ! En lisant sa déclaration au "G31", j'ai fait une extraction et ça m'a inspiré ça : "Réflexions, Observations, Coordination, Organisation, Hégémonéisation, Inégalités territoriales, Compensation, Abrogation, Réflexion, Question, Organisation, Instauration (d’un droit universel à l’autonomie ne peut être considéré comme un réel progrès), Informations, Compensation, Participation, Orientation, Association, Concertation, Présentations, Décentralisation, Amélioration, …"

Vous trouvez pas qu'il manque le terme "Action" ou "Actions" ?

En effet, on parle d’acteurs, mais jamais d’action... On se demande bien pourquoi ?! Remarquez, toutes ces terminaisons en "Ion" riment aussi avec "Mollasson", "Pigeon", "Manipulation", "Bidon", "Élimination", "Révulsion", "Éradication", "Exclusion", "Prison", "Stagnation", "Prestidigitation", "Démission", "Déshumanisation", "Déscolarisation", "Clochardisation", "Paupérisation", "Élucubration", ...

J'pourrai faire une liste largement plus longue si vous voulez, mais là j'ai un "GET 27" avec des glaçONS qui m'attend ! Ben oui ! Avec toutes ces parlotes pour ne rien dire, c'est que ça m'a donné soif moi !... A la bonne vôtre M'sieurs Dames !

A la semaine prochaine

Mot n° 127 : "alors"

23/07/2013

« Souriez, vous êtes sensibilisés ! » l’APF à la rencontre des futurs Educateurs Spécialisés

2013-06-26 sensibilisation educ spés fauteuil - Copie.jpgLes 25 et 28 juin derniers, 24 étudiants en formation d’Educateurs Spécialisés (1ère année) ont bénéficié de l'intervention et des témoignages de personnes en situation de handicap.

Ces deux matinées d’échanges ont permis aux étudiants de prendre conscience des difficultés quotidiennes et récurrentes rencontrées (encore) aujourd’hui par les personnes en situation de handicap.

Elles se sont révélées complémentaires des nombreux apports théoriques dont ils ont pu bénéficier durant leur première année de formation sur la loi du 11 février 2005, les enjeux sociétaux de la mise en accessibilité, l’importance de la compensation intégrale et individualisée du handicap, l’inclusion, etc.

Les sujets principalement abordés, et sur lesquels l’APF joue un rôle militant d’accompagnement et de défense des droits : le respect des droits fondamentaux, les écarts constatés entre l’évaluation des besoins de compensation individuelle et la réalité des droits accordés, la continuité de la chaîne de déplacements, l’impact du regard porté sur le handicap des personnes (pitié, compassion, …), les conséquences du handicap sur la vie (familiale, sociale et professionnelle), …

2013-06-26 sensibilisation educ spés goûter - Copie.jpgCes futurs professionnels ont pu vivre l'expérience du handicap et de la dépendance au travers 4 mises en situation : un parcours en fauteuil, le partage d’un café, les transferts assis / debout et l’habillage / déshabillage (mettre / retirer une veste).

Une prise de conscience constructive pour ces futurs éducateurs.

22/07/2013

Pas d'école pour 6000 enfants en situation de handicap

Après les associations, les médias tirent le signal d’alarme : 

Europe 1 déclare que les associations ont alerté le défenseur des droits du non respect de la loi de 2005 sur le handicap, mais : « à la rentrée prochaine, 6.000 enfants handicapés n'auront pas de places dans des établissements médicalisés ou adaptés ». 

Trouver un lieu d'accueil pour son enfant en situation de handicap, est trop souvent devenu mission impossible. 

 "Il y a un manque de places qui existe depuis quelques années et qui ne permet pas que les enfants soient accueillis alors qu'une décision a été prise par la Maison départementale des personnes handicapées pour qu'ils puissent faire leur scolarité dans des conditions normales dans un institut médico-éducatif", explique Marie Derain, Défenseure des droits chargés des droits des enfants, Conséquence, "la plupart du temps ces enfants sont contraints de rester chez eux." 

Pourtant, rappelle le Magazine Elle, la loi prévoit que : tout enfant, tout adolescent présentant un handicap ou un trouble invalidant de la santé doit être inscrit dans l'école de son quartier ». Et qu’il « pourra ensuite être accueilli dans un autre établissement, en fonction du projet personnalisé de scolarisation ».  

M. Derain affirme qu'il est encore temps d'agir, et "de se mettre autour de la table pour envisager des solutions pour ces enfants dès la rentrée de 2013."

NDLR : Va falloir se presser !!!

source : le blog des parents d'enfants en situation de handicap

La pensée de la semaine...

L'enthousiasme est à la base de tout progrès.

Henri Ford

19/07/2013

APF Evasion recherche toujours des accompagnateurs, faites passer le message !

 Pour tout renseignement : cliquez ici et rendez-vous sur le blog d'APF Evasion !

14:35 Publié dans Bénévolat | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

APF Ecoute infos SEP

Pour suivre les nouveautés publiées sur le site APF de la sclérose en plaques et vous abonner à la newsletter, cliquez sur l'image ci-dessous :

numerovert_sepv1-19600.jpg

18/07/2013

L'école sur l'île pour les enfants de Noirmoutier - Ouest France du 16 juillet 2012

Nous vous en parlions ici. Pour lire l'article de "Ouest France", cliquez sur l'image ci-dessous :

Scolarisation des enfants de Noirmoutiers - web.jpg

Billet d'humeur n°126 de notre Yonnais en colère... "La vie est belle..."

pfouhh !! Allez ! Deux p'tites chansons pour la bonne humeur :

Des commentaires ?

Une simple question : pas d'école, pas de vacances non plus ?

A la semaine prochaine

Mot n° 126 : "comme"

17/07/2013

Une nouvelle procédure d’attribution de l’AAH devrait être généralisée

A quoi ressemblera la nouvelle procédure d’attribution de l’Allocation adulte handicapé (AAH) ?

Le rapport final de la démarche expérimentale d’évaluation de l’employabilité des personnes handicapées, rendu public début juillet, permet d’en dessiner les probables contours.

Durant cette expérimentation, menée en 2011/2012, dix MDPH ont proposé à des personnes lui adressant une demande d’AAH de suivre une évaluation, réalisée par un organisme extérieur. Ces MDPH « ont abouti à un consensus sur la pertinence du dispositif proposé : les grandes étapes sont validées, ainsi que sa compatibilité avec le processus d’évaluation des MDPH, dans le respect des délais de prise de décision », notent la Caisse nationale de solidarité pour l’autonomie (CNSA) et la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS). L’objectif, désormais, est de généraliser progressivement ce dispositif, comme annoncé par le gouvernement en janvier 2013 dans le cadre de son plan pluriannuel de lutte contre la pauvreté et pour l'inclusion sociale.

Pour lire la suite, cliquez ici

10:15 Publié dans MDPH | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

A Poitiers, les jeunes élus " slament " le handicap

« Comme des grains de sable dans l’œil, leurs rires me blessent et me limitent à n’être qu’un corps de travers », slame Chloé, une jeune handicapée motrice en fauteuil roulant, tee-shirt violet et petites lunettes cerclées de rouge.

Avec cinq camarades du Conseil communal de la jeunesse (CCJ) de Poitiers et l’aide de son animateur, Philippe Bouet, elle a participé au clip "Changeons notre regard sur le handicap".

Sobre et touchant, il a remporté de nombreux prix : Cap’ Com de l’Association nationale des conseils d’enfants et de jeunes 2012, le prix spécial du jury de la Cérémonie de l’accessibilité 2013, le prix Citoyenneté de l’Ocirp 2013 et le Trophée de la citoyenneté des jeunes de la Vienne.

Pour voir le clip, cliquez ici

Source : le blog de "Faire Face"

16/07/2013

L'APF à visage découvert

80 ans.jpg

Pour promouvoir et fêter ses 80 ans, l’APF lance l’opération : « L’APF à visage découvert ».

L’association invite tous ses acteurs à envoyer leur portrait sur le site 80ans.apf.asso.fr, accompagné d’un message, et à révéler ainsi le visage de ceux qui font l’association.

Adhérents, bénévoles, usagers, salariés, donateurs, proches, sympathisants… Chacun peut participer !

L’objectif est de symboliser la dimension humaine et dynamique de l’APF.

Merci d’avance de votre participation et rendez-vous sur 80ans.apf.asso.fr !

11:08 Publié dans Infos | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Journal du Pays Yonnais - scolarisation des enfants en situation de handicap - article du 11 juillet 2013

Pour lire l'article, cliquez sur l'image ci-dessous

2013-07-11 jpy - Copie 2.jpg

15/07/2013

La pensée de la semaine...

oscar wilde.jpgLa sagesse c'est d'avoir des rêves suffisamment grands pour ne pas les perdre de vue lorsqu'on les poursuit

Oscar Wilde

13/07/2013

Aide Handicap Ecole

aide handicap école.jpg
"Aide Handicap École" a été mis en place par le ministère de l'Education en août 2007 au regard des difficultés rencontrées par les familles pour la scolarisation de leurs enfants. Ce service aide les parents dans leurs relations avec les services scolaires pour obtenir des informations et réponses concrètes.

Aide Handicap École
0810 55 55 00

(communication facturée au tarif d'un appel local)
du lundi au vendredi, de 9h à 12h et 13h30 à 17h

aidehandicapecole@education.gouv.fr

N'hésitez pas à nous faire part des difficultés que vous rencontrez : dd.85@apf.asso.fr 

Une mobilisation locale est activée !

12/07/2013

Maisons de l’autonomie : le GR 31 prend position dans une déclaration

 Le GR 31 (groupe au sein du conseil de la CNSA qui regroupe toutes les associations du secteur du handicap et du secteur des personnes âgées et dans lequel l’APF est un membre actif) vient de prendre position dans une déclaration, au sujet des maisons de l’autonomie.

Cette déclaration fait suite à la présentation des rapports commandés par la ministre Michèle Delaunay à trois experts, Luc Broussy, Jean-Pierre Aquino et Martine Pinville sur les sujet de la prévention et de l’adaptation de la société au vieillissement de sa population.

Cette déclaration donne un certain nombre de positions notamment : la nécessité de respecter les principes et objectifs de la loi handicap de 2005 ; la priorité à donner à une vraie évolution des MDPH avant tout nouveau dispositif ; une gouvernance renforçant le rôle des représentants des personnes et usagers.

Pour lire la déclaration, cliquez ici

11:03 Publié dans Infos, MDPH | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

11/07/2013

Billet d'humeur n°125 de notre Yonnais en colère... "Rébus"

Mon premier est chat-gris-nez.

Mon second est Chat-riz-thé.

Qui sont-ils ?


"Je suis en colère, et ça me chagrine..." (Doublement) sympa le Dir'Cab du Préfet ! Il est cha-gri-né...

Pauv'garçon ! S'il avait la moindre idée de la colère que provoque son chagrin chez les enfants, les jeunes et les familles... Il ferait moins le fanfaron et sortirait son séant de son siège pour que les choses bougent enfin !

Bref ! A la lecture des articles couvrant la manif' de ce vendredi, j'ai voulu décompresser un peu et je suis sorti faire une p'tite promenade pour me changer les idées. Et en me promenant, je suis tombé sur ça :

125 web.jpg

Un bateau nouvelle génération : ressaut trop haut, en biais et étroit à souhait... Du bricolage neuf et pas frais quoi ! Casse gueule quoi !

Comme le travail des représentants de l'Etat en Vendée quoi ! Comme toutes les plus hautes instances en la matière : Etat, Régions, Collectivités, ... Du grand n'importe quoi, ni bien fait, ni à faire... Quand on se dit "sensibilisé sur la question de la scolarisation des enfants et des jeunes", ben on se bouge !

Remarque : Anne Valin, élue de la ville de La Roche sur Yon a posté un commentaire sur ce blog pour dire "Je suis de tout coeur avec vous". Faut dire que leur cheval de bataille (entre autres), c'est l'école... Bravo Madame, il faut des élus engagés comme vous. J'espère que vous serez présente lors des prochaines manifs !

A la semaine prochaine

Mot n° 125 : "n'oubliera"

10/07/2013

Scolarisation : la Direction Académique de Vendée part en vacances du 20 juillet au 18 août

Sur le site de l'Académie de Nantes il est indiqué que pour la Vendée "les courriers relatifs aux affectations en CLIS et en ULIS  seront transmis aux familles, les vendredi 28 juin 2013 et lundi 1er juillet 2013.

Les parents qui le souhaitent pourront contacter le service de l'ASH de la Direction Académique à ce sujet à partir du mardi 2 juillet 2013 en appelant le 02 51 45 72 64."

Mail du secrétariat : ce.0850053w@ac-nantes.fr

N'hésitez pas à solliciter sans attendre des réponses à toutes les questions que vous vous posez, car les services de l'Education Nationale en Vendée seront fermés du 20 juillet au 18 août.

Nous ne pouvons que regretter qu'aucune continuité de service ne soit organisée au sein de la DASEN de Vendée alors que la rentrée scolaire de septembre est un enjeux important...

08/07/2013

"La colère des parents d'élèves handicapés" : article Ouest France

2013-07-06 OF Manif Préfecture le 5.07.2013 web.jpg

"Encadrement des enfants handicapés à l'école, toujours plus bradé !"

C'est le titre du communiqué de presse envoyé par les syndicats qui dénoncent la fin des emplois d'Assistants d'Education qui occupaient des fonctions d'Assistants de Vie Scolaire (AVS) auprès des élèves en situation de handicap.

Selon les syndicats, ces personnels déjà en situation précaire ont été jetés comme des Kleenex par la Direction Académique de Vendée seulement quelques jours avant le fin de l'année scolaire !

Pour lire le communiqué de presse dans son intégralité, cliquez ici.

La pensée de la semaine...

DSCN7990.JPG"Lorsqu'un seul homme rêve, ce n'est qu'un rêve. Mais si beaucoup d'hommes rêvent ensemble, c'est le début d'une nouvelle réalité."

F. Hundertwasser

On aimerait que le Directeur Académique de l'Education Nationale, la Directrice de l'Agence Régionale de Santé, le Directeur de la MDPH et le Préfet rêvent avec nous...

ou appliquent la loi, au choix.

06/07/2013

Scolarisation : des cercueils déposés devant la Préfecture pour dénoncer le sacrifice de l'avenir de plus de 300 enfants en Vendée

Nous étions une trentaine vendredi devant la préfecture pour dénoncer le manque de moyens mis en oeuvre en Vendée pour la scolarisation et la prise en charge des élèves en situation de handicap.

Retrouvez ici une partie des problèmes que nous pointons. Après trois rencontres en un mois et demi avec le Préfet, puis son Directeur de Cabinet, puis la Direction Académique des Services de l'Education Nationale, on voulait poser une question simple :

DSCN8039.JPG"Vont-ils continuer à sacrifier l'avenir des enfants en situation de handicap ?"


Retrouvez ici l'intervention du Représentant Départemental Thierry Craipeau

 DSCN8028.JPG

La réponse que l'on a obtenue à notre question lors d'une audience avec le Directeur de Cabinet du Préfet est dramatiquement simple : OUI.

OUI ils vont continuer.

Les cercueils que nous avons déposés devant la Préfecture de Vendée symbolisent donc le sacrifice de l'avenir de plus de 300 enfants et jeunes en situation de handicap sur le département de la Vendée.

Sacrifice au nom du principe de réalité.

Parce que "ça ne se fait pas comme ça", parce que "les processus sont longs", parce que...

Nous on sait tout ça, que c'est la MDPH qui évalue les besoins de chaque enfants, que c'est une commission qui décide, que c'est l'ARS qui créé les places, que blablabla. On sait même qu'ils sont 450 à travailler à l'ARS : y'en aura bien un qui aura un peu de temps pour rédiger un appel à projet non ? Suffit juste que quelqu'un le veuille.

Pas besoin d'une audience en Préfecture pour qu'on nous l'explique. Ce qu'on attend, ce sont des engagements, des réponses, une volonté affirmée. On veut des actes.

Et on n'a rien de tout ça. On n'a pas entendu "on y travaille : ça va être long, mais on va faire ce qu'il faut. Des appels à projets pour la création de places en IME, SESSAD, etc. vont être publiés dans les 3 mois, des ULIS, des CLIS, des ULIS pro vont être ouvertes à la rentrée"

C'est pourtant possible. Il aura fallu quelques familles qui fassent le foin sur les Herbiers et Chantonnay pour qu'en 3 mois le Directeur Académique de l'Education Nationale décide d'ouvrir 2 ULIS, tient, justement aux Herbiers et Chantonnay ! Et l'ARS continue de publier des appel à projets.

Tout est question de volonté.

Ce qu'on a entendu du Directeur de Cabinet c'est "Il faut évaluer la situation de chaque enfant", "Reconnaissez que la situation s'améliore", "Nous ne sommes pas inactifs, même si c'est insuffisant je vous le concède", "Je suis sensibilisé mais on a un principe de réalité", "Que voulez-vous que je vous dise : vous êtes en colère, moi ça me chagrine", "Les processus sont longs"

Le Représentant de l'APF a fait part de sa colère : "Je ne peux pas entendre et accepter que le Représentant de l'Etat n'ait pas de solution, pas de réponse à apporter. Ce déni et ce mépris faits aux enfants est intolérable et insupportable"

La représentante de la FCPE (Fédération des Conseils de Parents d'élèves) a imploré le Directeur de Cabinet du Préfet : "Agissez. Je vous en supplie, agissez. Faites le pour les enfants. Mettez les processus en route"

Face à cette colère et ce désespoir le Directeur de Cabinet a finit par déclarer : "Le Préfet agira. Je peux vous le garantir"

Où, quand, comment ? Ce n'est pas cette rencontre qui nous a rassurés en quoi que ce soit...

C'est dépité, ému et en colère que Thierry Craipeau a annoncé aux manifestants que le Représentant de l'Etat n'avait apporté aucune réponse, n'avait pris aucun engagement, si ce n'est celui de "faire remonter et alerter"

DSCN8012.JPG


Scolarisation : "Qu'est-ce que vous voulez que je vous dise ? Qu'on va créer une place pour chacun ?"

Frederic-LAVIGNE.jpgCette question déconcertante : "Que voulez-vous que je vous dise ? Qu'on va créer une place pour chacun ?", c'est Frédéric Lavigne, Directeur de Cabinet du Préfet, qui nous l'a posée vendredi.

Ben..."oui" ! Oui c'est ce qu'on veut.

Ce OUI, les représentants de l'APF et de la FCPE l'ont prononcé à l'unisson, franchement surpris par la question, tant c'est évident que c'est ce qu'on veut.


Le mail qu'on lui a envoyé n'était pas assez clair ? On concluait par : "Nous espérons vraiment que vous pourrez faire des annonces précises sur les moyens concrets qui seront mis en œuvre sans délai pour palier à cette situation qui ne peut plus durer.". Mais c'est p't'être pas assez bien formulé...

A quoi s'attendait-il notre Directeur de Cabinet ??? Qu'on négocie un "quota acceptable" d'enfants laissés sur la touche ?

Et on pousse le sordide jusqu'où ? On procède comment ? On tire au sort ? On prend les derniers de la liste alphabétique ? On cible ceux qui n'ont plus de parents ? On choisit les blonds, les bruns, les roux ? Tssss...

Et pis oui, c'est ce qu'on veut : qu'il y ait une place pour chacun. C'est pas comme si on demandait un truc complètement suréaliste, délirant, un truc de fou, un truc impossible quoi. Un truc du style :

- creuser un immense trou sous la mer et y faire passer des trains ... ou

- aller sur la lune... ou

- cloner des moutons.

Non... faut pas exagérer quand même ! Faut être rai-so-nable. Faut être prag-ma-tique. Y'a des choses, c'est pas possible et pis c'est tout.

Nous, tout ce qu'on demande c'est que chaque enfant aille à l'école et ait les soins dont il a besoin. C'est si délirant que ça comme demande ? C'est plus délirant et plus fou que de vouloir aller sur la lune ? Que de vouloir cloner des moutons ? Que de vouloir faire passer des trains sous la mer ?

Parce que pour le représentant de l'état, ce qui est impossible, c'est bien que chaque enfant vendéen reçoive l'éducation adaptée et les soins dont il a besoin.

"Dire qu'on va tendre à l'exaustivité, ce n'est pas tenable ! Il y a des principes de réalité." insiste notre Directeur de Cabinet...

Notre principe de réalité à nous, ce sont les droits humains, les droits des enfants, c'est le respect de la dignité de chacun, de son présent, de son devenir. C'est le respect de la loi en somme. Et n'est-ce pas l'une des missions de l'Etat et de ses représentants que de faire respecter la loi et les conventions que notre pays ratifie ?

DSCN7989.JPG

Le Représentant et la Directrice de l'APF ont questionné à 3 reprises le Directeur de Cabinet : "Si ce n'est pas le représentant de l'état qui peut apporter des réponses, prendre des engagements, qui le peut alors ?" Ils se la pose encore...

"Pour ce qui est de l'avenir, il ne s'agit pas de le prévoir mais de le rendre possible" Antoine de Saint-Exupéry