26/08/2013

La bénévole du mois : CLaudine

 2013-08_photo_claudine.jpgClaudine, comment êtes-vous venue à l’APF ?

Ma « petite porte d’entrée » à l’APF, c’est quand j’arrive en retraite en 2009. France Bénévolat m’informe de l’opération paquets cadeaux menée par l’APF à Joué Club Sud Avenue, et je m’y engage très vite, puis en 2010, 2011 et 2012 aussi.

Ma « grande porte d’entrée », c’est l’appel à bénévoles lancé par APF Evasion à l’été 2012 sur une grande chaîne de TV nationale. Mon conjoint me dit « on y va… », et c’est cette réaction de sa part qui me pousse à franchir le pas.

Il est vrai qu’il est déjà sensibilisé à la question du handicap…

Que faites-vous comme actions bénévoles ?

Depuis 2009, je participe aux paquets cadeaux sur novembre et décembre.

De façon moins formelle, je collecte les téléphones portables usagés en diffusant l’information et en mobilisant autour de moi : les amis et le groupe de marche « la Gambade » par exemple.

Septembre 2012, l’idée du Café bénévole émerge. Je contribue à sa mise en place et à son organisation. Premier rendez-vous : janvier 2013 !

Le 5 juillet dernier, je participe à la manifestation devant la Préfecture, visant à dénoncer les difficultés de scolarisation des enfants et jeunes en situation de handicap de Vendée. La veille, je réalise la banderole…

Retour à l’été 2012 : c’est donc ma première participation comme accompagnatrice à un séjour APF Evasion. 15 jours précédés de 2 journées de formation qui permettent de bien se préparer et surtout de prendre conscience de la réalité de l’accompagnement au quotidien, en ce sens que le handicap n’est pas quelque chose d’insurmontable.

Qu’en retirez-vous de votre engagement bénévole ?

La convivialité, la richesse des contacts et du mélange des âges, notamment avec les jeunes.

Avec APF Evasion, les 2 journées de préparation permettent un échange de savoir être et de savoir faire avec les autres bénévoles, qui viennent de tous horizons. Ça crée une certaine dynamique de groupe. Quant au rapport avec les vacanciers, « c’est ça le bonheur ! »

Des trucs tout bêtes comme prendre un pot en terrasse représentent pour eux de véritables moments de plaisir. Ce sont des temps forts sur le plan émotionnel : des regards qui en disent long, des moments de panique, des rigolades, des pleurs, des joies, …

C’est enfin la découverte d’un monde avec ses difficultés, avec ses particularités. Ça permet de relativiser beaucoup de choses.

14:31 Publié dans Bénévolat | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Les commentaires sont fermés.