31/10/2013

La Députée Sylviane Bulteau questionne la Ministre Carlotti sur la situation Vendéenne

sylviane bulteau facebook.jpgSylviane Bulteau est une députée efficace qui s'engage pour les enfants, les jeunes et les adultes en situation de handicap.

Après être intervenue pour que nous soyons reçus par le Directeur de Cabinet de la Ministre de la famille (voir ici), la Député Bulteau vient d'alerter la Ministre Déléguée aux personnes handicapées sur la situation Vendéenne et la souffrance des familles, ce mardi 29 octobre.

Soucieuse de mieux comprendre la situation Vendéenne en matière de scolarisation et d'accompagnement des jeunes en situation de handicap, situation catastrophique que nous dénonçons, Sylviane Bulteau nous a reçus vendredi 25 octobre.

Nous avons pu lui communiquer les données vendéennes précises relatives aux manques, notamment en matière d'établissements et de services médicaux sociaux : 479 places manquent. voir ici.

Nous avons pu lui faire part de notre étonnement face à cette déclaration de la Ministre Carlotti :"Ce qui est aujourd’hui particulièrement inacceptable est la méconnaissance du nombre exact d’enfants qui restent sans solutions. Nous devons mieux connaitre les besoins pour mieux adapter les réponses. Aujourd’hui, il n’existe pas de données précises" (ici), alors même que la Ministre n'a pas daigné répondre à notre courrier du 1er août dernier et que l'obtention des données précises (qui existent !) n'est qu'une simple question de volonté... Ces données peuvent notamment être obtenues via les Agences Régionales de Santé, ou encore les MDPH, ou encore les CDCPH... 

Nous avons également informé la Députée Bulteau du taux d'équipement insuffisant en Vendée, et largement inférieur à la moyenne nationale : 7,61 places pour 1000 jeunes alors que la moyenne nationale est de 9,3... Voir l'article de Faire face ici.

La Députée Bulteau a pris la mesure de notre inquiétude et de notre colère face à cette situation, alors même qu'au niveau départemental rien ne bouge. Elle s'est engagée à faire remonter cette situation au niveau de la Ministre Déléguée aux personnes handicapée, Marie-Arlette Carlotti.

D'autant plus que la Ministre Carlotti a fait savoir que les mots d'ordre portés avec tant de conviction par notre Président Jean-Marie Barbier récemment décédé résonnent par delà son absence et qu'elle les fait siens... (lire ici). Nous attendons que l'hommage de la Ministre à Jean-Marie Barbier se concrétise par des actes.

Et il n'a fallu que 4 jours à notre députée engagée Sylviane Bulteau pour concrétiser son engagement en alertant la Ministre en personne !

Pour écouter son intervention cliquez ici (sélectionnez "Sylviane Bulteau dans la liste de droite).

Billet d'humeur n°141 de notre Yonnais en colère... "On lâche rien"

HK & LES SALTIMBANKS ont la même motivation, le même moteur que nous Jean-Marie...


Et même si beaucoup de nos politiques formulent le souhait de nous voir fléchir, qu'ils se le tiennent pour dit : "on lâche rien !"

A la semaine prochaine

Mot n° 141 : "fondamentaux"

29/10/2013

Actualité juridique du 9 novembre 2013

Retrouvez la lettre d'actualité juridique du 9 novembre 2013 qui offre un résumé de l'actualité juridique touchant différents domaines du droit des personnes en situation de handicap, en cliquant ici.

Fermeture de nos bureaux

logo+signWeb.png

Pendant les vacances de la Toussaint,

nos bureaux seront fermés le mercredi 30 octobre toute la journée

et le jeudi 31 octobre après-midi

28/10/2013

Handicap : comment ça se passe chez nos voisins belges, suédois et italiens ?

Savez-vous qu' en Suède toutes les personnes handicapées (et pas seulement les Suédois) ont droit à un ou plusieurs auxiliaires de vie au nom des Droits de l'Homme ? Le portrait de Gisèle Caumont, une française handicapée moteur cérébral qui vit maintenant là bas, est édifiant.


Savez-vous également qu'en Italie depuis 30 ans les enfants handicapés sont accueillis dans les mêmes écoles que les petits valides ? 

A voir nos voisins, il reste beaucoup à faire en France... et si eux le peuvent, nous aussi !

Regardez sans attendre Avenue de l'Europe, émission de France 3 du samedi 26 octobre. Il reste 5 jours pour visionner ce reportage de 16 min qui laisse rêveur sur le retard français au regard de nos collègues européens...

Retrouver ce reportage en cliquant ici

Avant d'être député européen, cet élu a été élu local dans le Nord de la France. Et là, il a décidé d'agir avec le soutien d'un ministre :

Téléthon : le coup de gueule de Bruno, Myopathe Vendéen

Le blog Ma Ville Solidaire publie un coup de gueule : l'AFM (Association Française contre les Myopathies) refuse d'apporter une aide de 10 000 € à Bruno, adhérent, militant et parrain du Téléthon, alors que celui-ci recherche désespérément des financements pour aménager son véhicule...

Cela amène deux remarques :

1 : la loi de 2005 pose le principe de la compensation intégrale du handicap, et créé pour cela la Prestation de Compensation du Handicap et le Fond Départemental de Compensation. Si la loi était respectée dans son application et son esprit, Bruno n'aurait ni à chercher d'autre sources de financement, ni à supporter un quelconque reste à charge.

2 : en offrant des dons à téléthon, la majorité des personnes pensent que cela permettra aussi d'apporter une aide matérielle aux malades. Depuis le lancement du Téléthon l'AFM a collecté près de 2 milliards d'euros : ici.

Pour lire l'article de Ma Ville Solidaire, cliquez ici.

13:43 Publié dans Infos | Lien permanent | Commentaires (3) |  Facebook | |

Réponses médico-sociales pour les enfants handicapés : la Vendée sous dotée de 22%

Combien manque-t-il de places en établissements et services pour les enfants handicapés ?

Alors que la Ministre Marie-Arlette Carlotti, ministre déléguée aux personnes handicapées, s'indigne publiquement en déclarant : "Ce qui est aujourd’hui particulièrement inacceptable est la méconnaissance du nombre exact d’enfants qui restent sans solutions", le Magazine Faire Face réalise une enquête et présente une estimation nationale sur la base de la situation Vendéenne (voir les chiffres ici).

Pour le secteur médico-social, il n'est en effet pas très compliqué d'avoir la connaissance de la situation. Il est étonnant que la Ministre ait à s'offusquer publiquement de ne pas avoir de données...


La Vendée est sous-dotée en établissements et services. Son taux d’équipement est de 7,61 places pour 1 000 jeunes de 0 à 19 ans, alors que la moyenne nationale est de 9,3 en France : elle devrait avoir 22 % de places en plus pour être dans la moyenne nationale.

Pour lire l'article de Faire Face, cliquez ici

La pensée de la semaine...

jean Marie Barbier blanc micro.jpg"Nous ne cèderons pas."

Jean-Marie Barbier. Discours de clôture du Congrès APF de Bordeaux.

27/10/2013

Obsèques de Jean-Marie Barbier

Les obsèques de Jean-Marie BARBIER auront lieu lundi 28 octobre à 15 heures en l'église d'Ormesson-sur-Marne. Sa famille ne souhaite ni fleurs, ni couronnes, mais des dons peuvent être adressés à L'APF (don en ligne ici ou auprès de la Délégation ici) ou à la fondation Ellen Poidatz (www.fondationpoidatz.com)

Afin de lui rendre hommage, l'APF a mis en place un livre d'or qui sera transmis à sa famille. Celui-ci peut être signé ici.

12:26 Publié dans Infos | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | |

26/10/2013

Et si un jour j'étais en fauteuil roulant ?

C'est l'expérience que 3 personnes ont accepté de vivre...

Saint Hilaire de Riez : information des commerçants pour une accessibilité nécessaire et utile à tous

accessibilité tous hp.jpgLe 16 octobre dernier, la ville de Saint Hilaire de Riez a organisé une réunion d'information à destination des commerçants, en partenariat avec la CCI (Chambre de Commerce et d'Industrie), la CMA (Chambre des Métiers et de l'Artisanat), la DDTM (Direction Départementale des Territoires et de la Mer, la CAPEB (Confédération de l'Artisanat et des Petites Entreprises du Bâtiment) et l'APF.

Thierry Craipeau, représentant Départemental et Louis Toupet, représentant de l'APF en commission accessibilité (en savoir plus ici) ont participé à cette réunion très intéressante et instructive.

"Je pense que chacun a pris conscience que l'accessibilité n'est pas que pour les personnes en situation de handicap, mais que c'est utile à l'ensemble de la population, y compris les estivants, et que ça participe au maintien du commerce de proximité.

La plupart du temps, la CCI ou la CMA peuvent proposer un diagnostic gratuit. En plus la Mairie de Saint Hilaire de Riez propose un soutien et une aide, tandis que la CAPEB propose son réseau d'artisans compétents, notamment ceux qui sont labellisés HANDIBAT.

Si il s'avère que la mise en accessibilité n'est techniquement pas possible, ou représente un coût démesuré pouvant mettre en péril le commerce, la DDTM peut instruire des demandes de dérogation.

En résumé : l'accessibilité, c'est possible !"

Louis Toupet

25/10/2013

"Bref, je suis allée au Tribunal du Contentieux de l'Incapacité" - Témoignage de Stéphanie

Hier, je suis allée au Tribunal du Contentieux de l'Incapacité, vous savez, le tribunal auquel s'adressent les personnes en situation de handicap... 

Une dame arrive. Elle est en fauteuil roulant. Jusque là, rien d'étonnant, même franchement banal et prévisible. Cette dame vient pour plaider sa cause devant le tribunal, sauf qu'elle n'arrive pas à entrer dans les locaux à cause de la marche et du seuil de porte !

Ouf, elle est accompagnée. Sauf que son accompagnatrice n'y arrive pas non plus...

Je me dis qu'à 3 on va bien finir par y arriver, alors je propose mon aide. Aide acceptée !

On élabore un plan : la dame se tient au fauteuil, l’accompagnatrice soulève le fauteuil côté cale-pieds et moi je pousse sur les poignées arrières pour faire basculer le fauteuil en arrière : en se mettant sur les 2 roues, on pourra franchir les obstacles plus facilement en marche arrière...

On est en position : suffit maintenant de tirer pour franchir la marche et le seuil !

lumbago.jpgEt là : crac le dos ! Bref, Lumbago.

Bref, vivement que l'accessibilité ça se fasse pour de vrai !

Pacte pour la réussite éducative : quand les mots se moquent des maux

Nombreux sont ceux qui ne savent pas que nous avons une Ministre de la Réussite Éducative. Nous vous proposons de faire sa connaissance, à l'occasion du Pacte pour la réussite éducative qu'elle vient de signer :

Discours de George Pau-Langevin, ministre déléguée chargée de la réussite éducative


Pacte pour la réussite éducative : discours de... par EducationFrance


Intervention de Dominique Bertinotti, ministre déléguée auprès de la ministre des affaires sociales et de la santé, chargée de la famille


Pacte pour la réussite éducative : Intervention... par EducationFrance

Pour télécharger le pacte pour le réussite éducative, cliquez ici.

Nous on a juste quelques petites questions, tout émerveillé qu'on est par cette belle initiative qui mobilise nos Ministres et leur fait prononcer ces beaux discours :

1- Que vont comprendre les enfants de ce monde dans lequel ils vivent, alors même que leur pays (LE pays des Droits de l'Homme) ne respecte pas leurs droits ? (en référence à ça)

2- Comment ça s'obtient la réussite éducative quand les enfants et les jeunes sont déscolarisés ?

Etablissements et handicap : l'État trouve une place à Amélie... et renonce à faire appel de la décision de justice

 amélie,ars,conseil d'etat,justice,place,établissement,établissementsL’État vient de faire volte-face et de renoncer à faire appel de la décision de justice dans l’affaire Amélie Loquet, cette jeune femme lourdement handicapée qui vit au domicile de ses parents depuis un an, faute de place en établissement adapté.

Le 7 octobre, le Tribunal administratif de Pontoise avait enjoint à l’Agence régionale de santé (ARS) d’Île-de-France de lui proposer « la prise en charge effective, dans un délai de quinze jours (c’est-à-dire avant le 24 octobre), par un établissement médico-social adapté à son état ».

Hier matin, 23 octobre, l’ARS annonçait aux parents d’Amélie qu’ils auraient une place pour leur fille à compter du 4 novembre prochain, avec un mois d'essai.  « Dans une Maison d’accueil spécialisée à Beaumont-sur-Oise (Val-d’Oise) », pas très loin de chez ses parents, confirmait à l’AFP Jacques Loquet, le père de la jeune fille. Mais dans la soirée, le ministère délégué aux personnes handicapées annonçait, qu'il avait fait appel tout en précisant qu'« en réalité, ce recours ne concerne pas Amélie ».

Lire la suite sur Faire Face

14:36 Publié dans Infos | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | |

24/10/2013

MDPH : le trajet d'une demande de PCH (Prestation de Compensation du Handicap)

Vous êtes nombreux à vous demander comment se passe l'étude des demandes que vous adressez à la MDPH.

Comme le montre ce schéma (cliquez sur l'image pour agrandir), le demandeur dispose de la possibilité de faire connaître ses besoins à trois étapes de la procédure :

1) lors du dépôt de son dossier à la MDPH, lorsqu’il définit son projet de vie
2) dans les 15 jours qui suivent la date de réception de la proposition de son PPC (Plan personnalisé de Compensation)
3) devant la commission le jour où elle doit statuer.

source : http://appui-pch.blogs.apf.asso.fr/

La MDPH dispose de 4 mois pour donner réponse (cliquez ici pour en savoir plus). Une non-réponse à l'issue de ce délai est considérée comme un refus. Il est alors possible de former un recours.

Il est également possible dans des cas très précis, de demander la PCH en urgence : le Président du Conseil Général dispose alors de 15 jours pour donner réponse (cliquez ici pour en savoir plus)

procédure étude dossier - web.jpg

14:20 Publié dans MDPH | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Billet d'humeur n°140 de notre Yonnais en colère... "Serrer des mains"

Mon commentaire sur la visite de la ministre : "trop occupée à serrer des mains pour envoyer son Directeur de cabinet à la rencontre des représentants de l'APF ?"

Souhaitons maintenant qu'il agisse avec ses collègues, parce que visiblement, les ministres, eux, ont des choses plus futiles à faire : une poignée de main par ci, un petit bisou par là !!

140 main.jpg140 bisou.jpg

A la semaine prochaine


Mot n° 140 : "je"

23/10/2013

Livre d'or en hommage à Jean-Marie Barbier

Jean-Marie Barbier est décédé mardi 22 octobre, des suites d'une atteinte cérébrale. L'APF pense tout particulièrement à son épouse et à ses trois enfants, et tient à leur adresser ses sincères condoléances.

« Enfant de l'APF », adhérent de « toujours », entré au Conseil d'administration de l'APF en 1987, Jean-Marie Barbier a été président de l'association de mars 2007 à avril 2013. De nombreux combats ont été menés durant ses années de présidence, notamment la manifestation « Ni pauvre ni soumis » du 29 mars 2008, l'adoption du projet associatif « Bouger les lignes ! Pour une société inclusive » et la concrétisation des processus de démocratie interne dans toutes les strates de l'association.


Aujourd'hui, l'APF lui rend hommage avec ce livre d'or, vous souhaitez laisser un message, cliquez sur l'image ci dessous :

hommage livre dor bouton.jpg

Groupe relais Sud : réunion le jeudi 24 octobre à Luçon

La prochaine rencontre des adhérents du groupe relais Sud aura lieu

jeudi 24 octobre à 14h30 à la Maison des associations,

rue des Mûriers à Luçon.

Cette réunion permet aux personnes en situation de handicap et à leur entourage de se retrouver pour échanger et envisager les actions à mener localement (sensibilisation, accessibilité, défense des droits, représentations, loisirs, et autre). Ouverte à tous. Contact : tél. 02 51 37 03 47, dd.85@apf.asso.fr, http://dd85.blogs.apf.asso.fr/.

Hors série de notre Yonnais en colère "Salut à toi Jean-Marie"

Submergé par l'émotion, je ne trouve pas les mots...
Pourtant j'ai envie de te dire toute mon admiration devant toutes tes victoires pour et surtout avec les personnes en situation de handicap que tu savais si bien défendre et représenter !
Jamais impressionné, un vrai militant, un vrai combattant au service de la cause !
Je partage la douleur de ta famille à qui j'adresse toute ma sympathie...

Salut l'Artiste !

22/10/2013

En mémoire à Jean-Marie Barbier

Jean-Marie Barbier était un militant admirable, un Président formidable, attentif à chacun, proche du terrain, déterminé, incisif, accessible. Son décès nous bouleverse tous profondément. 

Nous gardons tous en tête ce discours merveilleux qu'il a prononcé lors du Congrès APF de Bordeaux. Un moment de partage qui a marqué chacun d'entre nous. Il a été notre voix, sans concession.

Salon virtuel de recrutement de candidats en situation de handicap

 9d9bf1ba86c79f8214d58beb611fe3296d04a7c0.jpegTalents Handicap National est un salon virtuel 3D de recrutement de candidats en situation de handicap, organisé en partenariat avec les principaux acteurs de l’emploi et du handicap qui se mobilisent pour informer, conseiller et accompagner les candidats en situation de handicap, afin de les aider dans leurs orientations professionnelles et leurs recherches d’emploi.

 Talents Handicap National mobilise de nombreux employeurs nationaux afin de faciliter aux candidats l’accès à des recruteurs et des offres d’emploi ciblés, avec un accompagnement et un important gain de temps.

 Lieu du salon : C'est un salon virtuel à visiter de n'importe où en France ET directement sur internet : www.talents-handicap.com

20:24 Publié dans Emploi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

APF Evasion présente le catalogue Adultes Hiver-Printemps 2014

1993655791.jpg

 

 

 

Pour tout savoir,

rendez-vous sur le blog d'APF Evasion

(cliquez ici)

Décès de Jean-Marie Barbier. L'APF est en deuil

JMB.jpgC'est avec une grande tristesse et beaucoup d'émotion que nous apprenons ce jour la disparition de Jean-Marie Barbier, ancien Président de l'APF. 

La Délégation et tous ses adhérents souhaitent apporter tout leur soutien et leur amitié à ses proches.

Pour en savoir plus, cliquez ici.

21/10/2013

MDPH : "Je suis à bout" - Témoignage

Madame G. est excédée. Elle a déposé une demande d'Allocation Adulte Handicapée et ne comprend pas pourquoi tout est si compliqué avec la MDPH. Elle témoigne :

"Lorsque j'ai déposé ma demande d'AAH, j'ai reçu un courrier m'indiquant que mon dossier était complet à la date du 16 juillet. Puis j'ai reçu une convocation pour assister à la commission des droits et de l'autonomie le 14 octobre qui devait étudier ma demande. Quelques jours avant la commission, j'apprends que finalement mon dossier ne sera pas étudié, qu'ils veulent des examens complémentaires ! Pourquoi ils ne les ont pas demandés en juillet ?

Ils ont tout dans le dossier dont 2 IRM avec des conclusions on ne peut plus claires : le rhumatologue écrit que ma pathologie est dégénérative, invalidante, qu'il ne fait aucun doute que je suis définitivement inapte à toute activité professionnelle. Qu'est-ce qu'il leur faut de plus ? Je souffre en permanence, je ne peux plus rien faire, je porte des orthèses, je suis obligée d'utiliser un fauteuil roulant, je suis sous morphine et opium. Je n'en peux plus.

photo MDPH visite médicale Challans.jpgCa sert à quoi d'avoir des médecins spécialistes qui font tous ces examens si la MDPH n'en tient pas compte ? Parce que je l'ai vu le médecin de la MDPH. Un rendez-vous hallucinant dans un pré-fabriqué à Challans (photo). Il pleuvait : il n'y avait pas de salle d'attente, on attendait dehors sous la pluie, et ça a duré 5 minutes. Ce n'est pas des conditions décentes !

En juillet ils me disent que mon dossier est complet et maintenant ils veulent une expertise de plus avec un autre médecin rhumatologue. Sauf que personne ne peut me dire quand je l'aurai ce rendez-vous et combien de temps ça va encore prendre tout ça. J'habite sur l'ile de Noirmoutier : ça va encore m'obliger à venir en voiture : ça me provoque beaucoup de douleurs, ils ne se rendent pas compte ! Et puis ça coût de faire un tel déplacement, alors que je n'ai absolument plus rien.

Ils ne se rendent vraiment pas compte comme c'est dur. Il y a quelques mois mon médecin me disait "Vous êtes handicapée, il faut que vous preniez conscience de ça". Et ce n'est vraiment pas évident d'accepter ça... d'autant plus que j'ai toujours travaillé, je me suis toujours débrouillée et je n'ai jamais rien de mandé à personne. Et maintenant que j'ai besoin d'aide je suis traitée comme ça. C'est très stressant. J'en ai plein le dos. Mon médecin généraliste est scandalisé par ce qui se passe.

Je leur ai dit à la MDPH à quel point je suis en colère. S'il faut que je m'attache devant leurs grilles pour être entendue, je le ferai. Je vais aussi écrire à la ministre des personnes handicapées. Je suis à bout"

17:20 Publié dans MDPH | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | |

Handicapés, ils attendent leur auxiliaire scolaire

2013-10-18_article OF AVS - Copie.jpg



Article de "Ouest-France" vendredi 18 octobre, secteur des Sables d'Olonne

Pour lire l'article, cliquer sur l'image

Témoignage : ils sont parents de malade psychique.

dd.85@apf.asso.fr_20131021_103047 - Copie.jpg


Article du Journal du Pays Yonnais du 17 octobre 2013

Pour lire l'article, cliquez sur l'image

La pensée de la semaine... spéciale dédicace à Dominique Bertinotti, Ministre de la Famille

"La réussite éducative se définit comme la recherche du développement harmonieux de l’enfant et du jeune. Elle est plus large et englobante que la seule réussite scolaire et tend à concilier l’épanouissement personnel, la relation aux autres et la réussite scolaire. Elle permet l’articulation de tous les temps de l’enfant et du jeune et vise à leur donner les moyens de s’intégrer pleinement dans la société. Elle s’adresse prioritairement à ceux qui sont le plus en difficulté (NDLR : dont les jeunes en situation de handicap) et dans les territoires les plus défavorisés (NDLR : comme la Vendée). Elle se réfère aux valeurs et objectifs de la convention internationale des droits de l’enfant de 1989."

Pacte pour la réussite éducative signé mardi 15 octobre 2013 par George Pau-Langevin, ministre déléguée chargée de la réussite éducative en présence de Dominique Bertinotti, ministre déléguée à la famille.

19/10/2013

"Bref, je suis allée à la Maison des adolescents" Témoignage de Jeannine

Le billet d'humeur "Bref, je suis allée à la CAF et à l'URSAFF" de Hugues a inspiré Jeannine, une de nos militantes accessibilité ! Vous aussi, envoyez-nous vos "Bref, je suis allé à ..."

Je suis allée à la Maison des Adolescents Bd Briand à La Roche sur Yon. C'est récent ce bâtiment, je voulais voir s'il était accessible.

Constat il y a 2 marches, un panneau signalétique qui indique que pour les personnes handicapées, l'entrée se fait par la rue Haxo.

Je me suis donc rendue à l'autre entrée pour voir... Un panneau indique "Maison des Adolescents, sonnez pour ouverture". Il y a un digicode, il faut faire défiler les noms pour obtenir la Maison des Adolescents. Pas pratique. Je cherche. Je sonne. J'attends. Pas de réponse. Personne pour ouvrir.

Une personne avait RV chez un docteur, je suis entrée dans le hall de l'immeuble avec elle. J'ai frappé fort à la Maison des adolescents, car il n'y a pas de sonnette à la porte. Pas de réponse. Je suis sortie. J'ai recommencé le jeu du digicode : recherche de la Maison des Adolescents, sonnez... et encore attente... Personne n'est venu m'ouvrir.

Fatiguée d'attendre, je suis allée à l'entrée principale, j'ai franchi les 2 marches, sans aide de main courante. J'ai poussé la porte.

La secrétaire était assise à l'accueil. Je lui ai demandé si elle avait entendu les appels émis au digicode. Elle m' a répondu "oui", mais qu'elle n'y a pas prêté attention, car souvent les gens qui viennent dans l'immeuble se trompent et que ce n'est pas pour eux. Elle m'a dit qu'elle ouvrait rarement cette entrée. (NDLR : Ben tu m'étonnes même si quand ça sonne elle ouvre pas !)

Dans le couloir, il y a deux tables l'une par dessus l'autre, c'est un espace de stockage.

Mon sentiment : l'entrée secondaire n 'a pas la prestation équivalente de l'entrée principale.  Les personnes en fauteuil ou avec poussettes qui se présentent doivent faire comme moi : passer au moins un quart d'heure à essayer d'entrer par l'entrée secondaire, revenir vers l'entrée principale, tourner et se retourner sur le trottoir, espérant que l'hôtesse d'accueil les aperçoive ou qu'un aimable passant valide monte les marches pour prévenir que quelqu'un voudrait rentrer à la maison des Adolescents.

Bref. Scandaleux.

Jeannine

Le Directeur de Cabinet de La Ministre de la Famille nous a reçus !

Que de rebondissements en 2 jours ! Certains diront que nous sommes obstinés, mais ce sont ceux-là même qui nous en apprennent la nécessité, et l'utilité !

Petit retour sur 36 heures de folie...

Rappelez-vous : Lundi nous sollicitons une audience pour les parents d'Erwan, avec la Ministre de la Famille qui vient en visite en Vendée, notamment dans une Classe d'Inclusion Scolaire (CLIS) de l'école Rivoli de la Roche sur Yon. L'idée est que les parents puissent être écoutés et pris en compte. Ils sont en effet royalement ignorés et méprisés par l'ensemble des institutions du Département et de la Région qui s'attachent à ignorer les courriers, les alertes.

Nous voulons également nous faire le porte parole de tous les autres enfants au regard des difficultés générales en Vendée, et plus particulièrement Léa qui est dans la même situation d'urgence qu'Erwan.

colère mauvais poil.jpgJeudi après-midi, nous apprenons que nous n'aurons pas d'audience.

Forcément, ça nous a pas fait plaisir. Ça a même fait l'effet d'une grosse colère... qui est arrivée aux oreilles de la Députée Sylviane Bulteau.

Ni une ni deux, la Députée Bulteau intervient auprès des collaborateurs de la Ministre pour essayer d'obtenir l'audience.

Et voilà le Directeur de Cabinet de la Ministre, Philippe Ranquet, qui contacte à son tour notre Délégation. Il explique que par principe, aucune audience n'est accordée pour respecter le programme établi. Il se montre à l'écoute des difficultés que nous souhaitons faire connaître à la Ministre et propose de travailler avec ses équipes pour voir ce qui serait éventuellement possible de faire pour nous recevoir le lendemain. Pleins d'espoir (on est des optimistes nous) nous lui adressons un dossier dans la soirée.

douche froide homme pas content.jpgVendredi matin, douche froide. Le Directeur de Cabinet nous informe qu'il n'y aura pas d'audience. Il propose à la place que la Ministre serre la main des parents concernés, sans échange, et qu'un contact téléphonique avec les parents soit organisé la semaine prochaine.

Refus de la maman d'Erwan :"Si la Ministre me serre juste la main, ça ne sert à rien ! Je veux des solutions et des réponses. Elle est la Ministre de la Famille, il faudrait quand même qu'elle fasse un minimum pour nos enfants ! Si elle vient en Vendée juste pour serrer des mains, autant qu'elle reste dans son bureau."

11h30 : le Directeur de Cabinet de la Ministre est informé que la Ministre Bertinotti n'aura pas de mains à serrer.

même pas peur.jpg14h30 : une quinzaine de militants APF s'installe devant l'école Rivoli, et pas pour serrer des mains. Les banderoles (réalisées la veille par nos supers bénévoles) sont malicieusement cachées, les affiches astucieusement dissimulées. On est prêt !

14h50 : la Ministre est annoncée, elle est en route pour l'école.

14h55 : coup de théâtre ! L'audience nous est accordée !

bertinotto DirCab philippe ranquet.jpg15h00 : Le cortège de la Ministre arrive. Thierry Craipeau, Représentant Départemental APF et Stéphanie Ottou, Directrice de la Délégation, sont reçus par Philippe Ranquet, Directeur de Cabinet de la Ministre de la famille.

Un audience rapide mais efficace, avec un Directeur de Cabinet attentif. Nous avons pu présenter l'état sinistré de la scolarité des élèves handicapés en Vendée et lui remettre une note synthétique avec l'ensemble des chiffres (voir ici).

Philippe Ranquet nous a questionnés sur les raisons d'une telle situation. Selon nous, c'est un manque de pilotage des différentes administrations, un manque d'implication qui conduit chacune à se cantonner à ses seules compétences. Nous avons rappelé que la loi de 2005 est une loi transversale signée par les 23 Ministres de l'époque : chaque Ministère, donc chaque administration, doit se sentir concerné ! Il a convenu qu'un pilotage inter-ministériel était également nécessaire. Il s'est engagé à travailler la question avec ses collègues des autres Ministères.

Le Directeur de Cabinet n'a pas de solution immédiate, mais nous lui avons expliqué que le plus important à ce stade est d'avoir l'engagement que quelqu'un allait s'atteler au sujet. Non seulement pour apporter une réponse satisfaisante à Léa et Erwan rapidement,  mais aussi pour que les institutionnels locaux se mettent au travail dans la concertation. En Vendée tout le monde est informé : personne ne fait rien.

Nous avons demandé que la Ministre Bertinotti prennent en compte les difficultés que nous exposons et qu'elle alerte :

- la Ministre du Handicap sur la réalité de notre Département, Ministre qui n'a pas daigné répondre à notre courrier inter-associatif,

- le Ministre de l’Éducation Nationale pour que des solutions soient mises en œuvre pour construire l'école inclusive à laquelle il aspire, Ministre qui n'a pas non plus daigné répondre au courrier inter-associatif qu'on lui a adressé

- la Ministre de la Santé pour que l'ARS prenne la mesure de la situation et lance des appels à projets pour créer les places nécessaires dans les services et établissements médico-sociaux en Vendée

- le Ministre du budget pour que chacun ait les moyens de travailler et de mettre en œuvre les réponses satisfaisantes attendues depuis trop longtemps sur le département.

Nous sommes satisfaits de cette rencontre. Il était inconcevable pour nous que la Ministre de la Famille vienne en Vendée et refuse d'entendre la réalité de ces centaines de familles dont les enfants sont en difficulté du fait du non respect de la loi par les institutions Vendéennes. Aujourd'hui elle sait. Elle a même reçu un dossier très complet en mains propres. Son directeur de Cabinet nous a entendus. Ils ne peuvent plus dire qu'ils ne savent pas.

Madame la Ministre, on compte sur vous : "le politique ne doit pas être dans l’immo­bilisme, mais dans l’audace, la volonté." C'est vous qui le dites !

17/10/2013

Billet d'humeur n°139 de notre Yonnais en colère... "Hommage au courage"

Lorsque j'ai commencé mes billets d'humeur, je disais que, de temps à autres, je positiverai, je rendrai parfois hommage aussi...
Je ne pensais pas, alors, rendre hommage un jour au courage !

De savoir Monsieur Villette "effrayé" me laisse plutôt perplexe et sans voix... (en réaction à ça)
La situation est si critique que ça en Vendée, en matière de scolarisation, pour que cet élu s'en inquiète, s'en effraie même ?!

Qu'il ait le courage de dire sa crainte, sa peur, ben chapeau bas !

Rares sont en effet les femmes et les hommes politiques qui osent aujourd'hui assumer publiquement leurs émotions...

Et ça, alors même que l'agence régionale de santé et l'inspection académique restent muettes, et aussi sourdes à la souffrance des familles !

risquons l'impossible.jpgUne petite citation pour l'encourager encore davantage notre courageux élu :
"Risquons l'impossible..." (André Trannoy, président fondateur de l'APF)

Moralité : lorsqu'on est élu du peuple, il y a des risques à prendre qui provoquent parfois la peur, cette peur serait donc par nature indissociable d'un parcours politique ?... Gérard Villette l'a sûrement compris, alors bravo !

A la semaine prochaine

Mot n° 139 : "Certains"