26/11/2013

L'innaccessibilité des commerces est une question de priorité et de volonté !

Un sympathisant nous a adressé la photo d'un commerce récemment rénové avec des subventions publiques, ainsi que son analyse que bien des élus devraient prendre le temps de s'approprier...

2013-11-26 access commerce FISAC web petit.jpg

"Pour illustrer un exemple de situation paradoxale dans l’usage des subventions, vous trouverez ci-joint une photo prise à La Roche-sur-Yon.

Il ne s’agit pas de ma part de stigmatiser un établissement en particulier. Ce restaurant a manifestement reçu une subvention du FISAC puisqu’il l’affiche. Or, malgré des travaux très récents, son accessibilité aux PMR n’est pas conforme car il subsiste une marche à l’entrée. Les travaux de mise en accessibilité étant une obligation légale, le gestionnaire de cet établissement ne pouvait pas les inclure dans la base subventionnable.

Il a tout de même financé une partie de ses travaux de modernisation puisque le FISAC ne les prend pas en charge à 100 %. Il a donc trouvé des fonds propres pour cela mais pas pour la mise en accessibilité. Ce n’est donc pas une question de manque de ressources  mais de priorité dans l’utilisation des ressources disponibles.

Il est également possible que le gestionnaire n’ait pas été informé ni conseillé sur les travaux de mise en accessibilité et qu’il n’y ait pas pensé spontanément. Normalement, les promoteurs d’une opération FISAC sont chargés de cette mission d’information et de conseil."

Merci pour cette démonstration éloquente... En fait, nos subventions publiques servent à soutenir les commerçants qui ne respectent pas la loi et qui entretiennent cet apartheid des temps modernes dont nous sommes victimes au quotidien. Tout va bien !

100_6312.JPG

Commentaires

Que dire ?! No comment !
Nous sommes simplement condamnés à rester au pied du mur...
Lamentable !

Écrit par : hugues | 27/11/2013

comment le permis de travaux a-t-il pu être accordé sans obligation de mise en accessibilité basique ? Personne de la Ville n'est venu constater cette aberration ?!! Ah pour faire du lèche-vitrine, on en fait du lèche-vitrine ! Sommes-nous encore si invisibles que les commerçants ne pensent pas aux PMR ? Il faut faire encore plus de tapage, de manifs, de bruit, de polémiques pour exister ? Y EN A MARRE depuis très longtemps. 1975 1ère loi accessibilité cqfd

Écrit par : Daniel | 27/11/2013

Les commentaires sont fermés.