Manque de places médico-sociales. Utilisez la procédure de traitement des "situations critiques"

Le 22 novembre 2013, et suite à "l'affaire Amélie", la CNSA et la Direction Générale de la cohésion sociale ont publié une circulaire relative à la mise en œuvre d'une procédure de prise en compte des situations individuelles critiques.

Les situations critiques sont des situations de ruptures de parcours (retour en famille non souhaité, exclusion d'établissement, non admission en établissement) et dans lesquelles l'intégrité, la sécurité de la personne ou de sa famille sont mises en cause.

Chaque MDPH a mis en place une commission en charge de la gestion des situations critiques, commission qui travaillera en lien avec la CDAPH. Elle doit formuler une solution et signaler à l'ARS les situations pour lesquelles aucune solution n'est trouvée.

A son niveau, l'ARS doit désigner un référent des situations critiques.

Pour lire l'intégralité de la circulaire précisant le dispositif, cliquez ici.

Si vous ne bénéficiez pas d'une place en strucuture médico-sociale, malgré une notification de la MDPH, activez cette procédure !

Appelez le 3977

image procédure - web petit.jpg

Nous venons d'apprendre que cette cellule ne prend plus en compte la situation des enfants... Dans le cas d'un mineur, il faut contacter le 119 : cliquez ici

Commentaires

  • encore une belle usine à gaz !!! Ils peuvent bien mettre en place toutes les commissions qu'ils veulent, nommer tous les référents qu'ils veulent, ça règlera pas le problème ! Le problème c'est qu'il n'y a pas de places, pas assez d'établissements ! C'est quand même incroyable ce qui se passe ! C'est un sketch ? Elle est où la caméra cachée ? Faut pas des commission ad hoc les gars, faut juste des places en plus.

  • Georges a raison. Au lieu de payer des fonctionnaires pour des commissions qui n'auront aucune solution à proposer, payons des professionnels pour pallier au manque de place !
    Qu'ont ils dans la tête ces gens qui nous gouvernent ?.....
    Si ils ne savent pas comment faire pourquoi ne demandent ils pas à ceux qui pourraient leur dire : APF, etc...

Les commentaires sont fermés.