10/12/2013

Scolarisation : rencontre du collectif inter-associatif avec les institutions Vendéennes

Ce lundi 9 décembre 2013, les 8 associations qui unissent leurs voix sur la question de la scolarisation des élèves en situation de handicap en Vendée (2LPE Yon 85, AAD Makaton, APF, ASF 85, Ensemble sur l'Île de Noirmoutier, FCPE, PEP 85 et UNAFAM) ont été reçues en Préfecture pour échanger avec les institutions Vendéennes : la DASEN, l'ARS, la MDPH et la DIRECCTE.

2013-12-09 inter préfecture - web.jpg

Les représentants associatifs, optimistes et enthousiastes, devant la Préfecture avant la rencontre

Présidée par le Directeur de Cabinet du Préfet, Frédéric Lavigne, cette réunion a permis aux institutions de présenter un état des lieux et d'annoncer quelques mesures à venir :

- 33 enfants n'ont pas de places en CLIS et ULIS : ils sont scolarisés en classes ordinaires. Cela s'explique par le manque de places dans les établissements médico-sociaux et le fait que les enfants sont accueillis au sein de l'éducation nationale.

- 90 enfants n'ont pas encore leur AVS mais suite à une dotation du rectorat, les recrutement sont relancés en Vendée. Chaque enfant sera accompagné par son AVS au plus tard le 1er février 2014.

La DIRECCTE a annoncé pouvoir travailler avec pôle emploi pour anticiper les recrutements pour la rentrée prochaine, en repérant dès le premier semestre 2014 les potentiels candidats. Les associations estiment en effet qu'il n'est pas acceptable que les élèves passent la moitié de l'année sans AVS dès lors que la notification a été rendue avant les vacances d'été.

- l'ARS observe que le département de la Vendée souffre d'un retard important en matière d'offre médico-sociale pour les jeunes. En 2012/2013, 40% du montant des mesures nouvelles ont été consacrés au développement de l'offre en Vendée et cette démarche va être poursuivie avec entre autres la création d'un ITEP en 2014 et de 100 places supplémentaires en SESSAD d'ici 2016. L'objectif de l'ARS est de placer la Vendée dans la moyenne régionale.

Nous avons indiqué que l'objectif d'être dans la moyenne régionale, voire nationale n'est pas suffisant : actuellement le taux d'équipement de la Vendée est de 7,61 places pour 1000 jeunes de 0 à 19 ans, alors que la moyenne nationale est de 9,3 : il faudrait donc 20% de places en plus. En atteignant cette moyenne, 20% des 479 jeunes actuellement sans place dans le médico-social auraient donc une place, c'est-à-dire 96 jeunes. Il resterait tout de même 383 jeunes sans solution dans le médico-social... Sachant que le taux de progression du manque de places a été de 47% entre 2012 et 2013, les quelques places créées se révèlent très largement insuffisantes au regard des besoins actuels et à venir.

Le département manque de places en internat et n'a aucune offre pour les jeunes en situation de handicap moteur qui sont contraints de quitter le département.

L'ARS et la DASEN ont débuté un travail de collaboration, mais il n'est à ce jour pas prévu d'y associer les associations.

Nos 8 associations ont renouvelé le souhait de travailler dans une démarche partenariale avec les institutions. Des projets innovants peuvent être soumis par les associations qui doivent avant tout être perçues comme forces de propositions, l'intérêt premier étant de répondre aux mieux aux besoins et aux attentes des jeunes et de leurs familles.

Nous souhaitons maintenant passer à une phase opérationnelle, sortir des constats et avancer de manière concrète pour répondre aux besoins de chaque enfant, permettre à chacun de grandir dans de bonnes conditions et dans le respect de ses droits.

Espérons que notre souhait sera partagé.

Les commentaires sont fermés.