Accessibilité : "Le carton rouge existe-t-il en politique ?"

 3483857071.JPGLes radios ont relayé le communiqué de presse du gouvernement annonçant sans état d'âme la prolongation du délai de mise en accessibilité prévu au 1er janvier 2015. point.

Les plus grands criminels, en France écopent d'une peine de 22 ans de sureté maximum. Quelle est la nature de notre crime, puisqu'en 1975 on en a pris pour 30 ans ?

En 2005, promis, juré, craché, on ne vous en rajoute que 10 ans. Et hier on nous impose d'attendre la sortie dans 9 ans. C'est malheureusement le cas de nombreuses personnes en situation de handicap, isolées, sans soutien familial ou amical, de rester dans leur logement sans pouvoir en sortir, donc d'être comme incarcéré sans gardien ?
Aucun juge ne s'est prononcé, tout les dirigeants sont complices au pays des Droits de l'Homme.
On peut légitimement s'interroger sur ce qu'il en reste. On nous offre royalement des conditions dignes des goulags soviétiques ou des geôles maoïstes en matière d'accessibilité. Devrons nous déposer plainte pour séquestration arbitraire et en demander les dommages et intérêts correspondants ?

De plus, à défaut de logements adaptés et/ou adaptables, le ministère du logement annonce, comme les groupes de constructions, (les lobbys ou taupes fonctionnent à plein régime) que cela coûte trop cher et je ne sais quoi encore, pour ne pas se plier à une indispensable évolution de nos habitudes de logement inadapté à plus de 50% de la population très prochainement. On va droit de le mur, ce n'est pas grave les consommateurs et les contribuables paieront, non pas les supposés 15 % de départ mais le double ou le triple au vu des incompétences.

Je suis dépité et à ceux qui nous empêchent de sortir, j'ai une proposition, aussi débile que celle qu'on nous impose, de vous empêcher de rentrer (à la mairie, aux chambres parlementaires nationales et européennes, d'avoir un travail, de ne pouvoir avoir accès à la santé, à l'école....) car c'est de fait ce que vous nous proposez, sans sourciller, de vivre quotidiennement.

C'est du foutage de gueule et je ne vous remercie pas.

Jean-Pierre Blain, Représentant départemental adjoint de Loire Atlantique

Trouvé sur le blog de la Délégation 44

Commentaires

  • A ceux qui m'excluent de la société en ne me permettant pas d'accéder aux mêmes endroits qu'eux, je réponds que mon "monde" vit aussi sans eux sans leurs lieux : qu'ils se les gardent bien profond, leurs mairies inaccessibles, leur trains, leurs gares, écoles, universités, cinéma, bistro resto boulots et autres cabinets médicaux et pharmacies. Je suis comme mes frères d'ostracisme juifs, arabes et blacks je ne cherche pas à convaincre le raciste, je vis une belle vie pleine, intelligente, poétique, musicale, drôle, amoureuse, amicale, artistique, militante, etc..
    Je suis comme la femme face aux machistes, l'homo face aux homophobes : je vous en..nuie, je vis ma belle vie et tant pis pour vous que vous vous passiez de mon humanité. Quand on commence à trier les humains où s’arrête-t'on ?

  • Même sur ton "carton rouge", personne ne réagit !
    Ouais : "foutage de gueule" !

Les commentaires sont fermés.