Acte 4 : le sous-Préfet refuse au dernier moment de recevoir l'APF ! Dommage, il a pas tout compris.

Frederic_LAVIGNE-a2fa8.jpgPS : le "Il a pas tout compris" est fait exprès : pas de "n'" pour mieux donner le ton de l'article... Merci à celles et ceux qui, pensant qu'il s'agissait d'une vilaine fôte d'orthographe nous ont alertés !

Hier, lundi 12 mai, nous avons été informés que le Préfet de Vendée, Jean-Benoit Albertini, en réponse à notre demande d'audience formulée il y a un mois tout juste, avait mandaté le sous-Préfet, Directeur de Cabinet, Frédéric Lavigne, pour nous recevoir (photo, source Préfecture de Vendée).

On devait se voir à 13h, à l'issue de notre rassemblement, sauf que...

Sauf que ce qui devait arriver arriva ! Lorsque les agents de la Préfecture se retrouvaient bloqués par notre joyeuse bande, on les invitait à aller s'en offusquer auprès de leur patron, Monsieur le Préfet. Ben oui quoi, qu'en 2014 au Pays des Droits de l'Homme certains d'entre nous puissent se retrouver bloqués, interdits de circuler librement, interdits d'accès, c'est scandaleux. Il faut s'en indigner et ne pas laisser faire ! Qui a le droit d'empêcher quiconque de circuler librement ?? Personne de devrait s'octroyer ce droit, encore moins en France, Pays des Droits de l'Homme.

Alors très rapidement l'information a circulé et est arrivée jusqu'au patron. Parfait !

Et notre sous-Préfet, il a tout compris ! Il l'a dit : c'est INADMISSIBLE. C'est IRRESPECTUEUX. Il s'est fermement indigné que des citoyens puissent subir ce que nous leur avons fait subir : ne pas avoir la liberté de circuler comme ils le veulent, ne serait-ce que 30 minutes. Sauf qu'au lieux de nous dire "Je vous ai compris" il nous a dit "J'veux plus vous voir"... Dommage.

A 12h30, à peine une demi heure après le début de notre action, si symbolique au regard des 10 ans supplémentaires que l’État veut nous infliger, il nous a fait savoir par l'intermédiaire du Chef de Cabinet qu'il nous laissait 5 minutes pour lever le camp sinon quoi il annulait l'audience...

Ni une ni deux, on a organisé un référendum, et à l'unanimité les militants plus déterminés que jamais ont refusé de céder à la "terrible" menace, ont refusé de se soumettre, même à la colère d'un Représentant de l'Etat. Car leur colère à eux, elle est bien plus forte. Ça fait des décennies qu'on est bloqué chaque jour, qu'on ne peut pas accéder aux écoles, aux mairies, aux tribunaux, aux restaurants, aux boulangeries, aux coiffeurs, aux musées, aux piscine, et on en passe.

IMG_1782.JPGQue l'audience soit annulée, ce n'est pas grave. On fera ce qu'on a prévu de faire. C'est le message que la Directrice de la Délégation a donc remis au Chef de Cabinet.

On a donc terminé notre action, bloqué le passage durant 1 heure comme prévu, et à 13h on a mis fin au rassemblement, comme prévu. Nos engagements, on les tient nous.

On n'a pas eu d'audience, tant pis. Le sous-Préfet, Représentant de l'Etat a préféré vivre notre action de son petit local à l'entrée de la Préfecture (c'est le monsieur qui est assis à droite) :

IMG_1812.JPG

Nous, on a atteint notre objectif. On a répondu à l'appel des 100, on a soutenu nos 100 Représentants Départementaux de l'APF, notre Président Alain Rochon, et on a porté la parole de colère des millions de personnes en situation de handicap qui subissent discrimination, exclusion et humiliation depuis 40 ans, date de la première loi jamais appliquée.

40 ans d'immobilisme, ça suffit !

Notre liberté d'aller et venir n'attendra pas 10 ans de plus !

liberte égalité accessibilité web petit.jpg

Commentaires

  • Je viens de lire votre article : quel délice ! Bravo pour ce ton si léger, j'en rit encore. J'imagine que le monsieur de la chaise a pas du rire lui, en lisant l'article, mais c'est dommage, parce que votre action elle est sympa, et votre manière de raconter est extra. Continuez, c'est un plaisir de vous suivre et de vous soutenir !

Les commentaires sont fermés.