Scolarisation : "La vie d'Alexandre au collège c'est du bonheur tous les jours"

Françoise est la maman d'Alexandre, un jeune garçon de 14 ans autiste. Elle nous a adressé un mail qui nous a beaucoup touchés, un témoignage de bonheur qui nous conforte dans le bienfondé de notre action, de notre détermination.

Lorsque nous lui avons proposé de partager son témoignage porteur d'espoir sur le blog, elle a accepté sans hésitation, indiquant : "Il faut que notre histoire serve à tout le monde, tant aux administrations souvent trop rigides, aux familles dans le désarroi, qu’aux associations qui défendent nos droits: ce succès c’est aussi le leur. Comme quoi tout est possible "

"Aujourd’hui Lundi de pentecôte, cela fait déjà un an que l’APF nous a reçu dans ses locaux pour nous offrir une oreille attentive face à la problématique de tous ces parents confrontés au manque de solutions pour la scolarisation des enfants en situation de handicap.
 
Mon fils Alexandre, autiste, 13 ans en 2013 avait donc été maintenu en Clis faute de place dans une structure adaptée, nous avions alors fait le choix d’un IME car il n’y avait à l’époque aucune solution de proximité (ULIS) dans notre localité : Chantonnay (donc quitte à être délocalisé , à nos yeux il valait mieux qu’il le soit dans un IME ou ses difficultés d’ordre alimentaire seraient sans doute mieux considérée du moins nous l’espérions).
 
Grâce à la mobilisation des parents et des membres de l’APF, des solutions d’urgence ont été mise en place notamment par la création d’une ULIS à Chantonnay, ce qui à changé la donne pour la scolarisation d’Alexandre car il est devenu évident que c’était la solution que nous n’aurions jamais osé espérer pour lui. A partir de là ce fut une course contre la montre pour provoquer une nouvelle ESS (Equipe de Suivi de Scolarisation) à laquelle la Psy scolaire m’a clairement dit qu’Alexandre ne pourrait pas s’intégrer dans un environnement collège et que de toute façon elle ne voulait pas revenir sur ce qui avait été précédemment établit ; puis à suivre, il y a eu la commission plénière à la MDPH pour défendre et appuyer le dossier d’Alexandre (il fallait faire réviser l'orientation vers un IME pour obtenir une orientation vers une ULIS) ; tout cela m’a été largement simplifié grâce à votre soutien et aux courriers que vous avez fait parvenir aux instances concernées pour les sensibiliser.
 
La vie d’Alexandre au collège c’est du bonheur tous les jours : j’ai un enfant qui a le sourire car il se sent tout simplement un collégien comme les autres. Cela l’a énormément aidé à progressé dans son rapport avec les autres et en plus il se trouve avec des enfants qu’il connait et qui le connaissent et ça s’est hyper important pour se construire. A l’ESS de cette année, l’infirmière scolaire a dit qu’Alexandre avait trouvé sa place au sein du collège. En début d’année, il était intégré en sport dans une classe de 6ème; en cours d’année il a obtenu son ASSR 1 (sécurité routière permettant de passer le BSR) et depuis début Mai il a été décidé de l’intégrer en Histoire-Géo dans sa classe de 6ème et ça c’est une victoire de plus.
 
Il lui reste donc encore une année à faire au collège avant qu’on ne reparle d’orientation : en fait il aura 16 ans en février 2016, mais je crains qu’on ne se retrouve dans la même galère qu’Erwan et Léa l’année dernière, et qu’on ne l’autorise pas à terminer sa scolarité à partir du moment ou les 16 ans sont atteints (je trouve cela discriminatoire et particulièrement injuste c’est une manière d’exclure de la société les enfants en situation de handicap et qui aiment aller à l’école) ;il faudra à nouveau être combattif, nous pensons alors que l’IMPRO sera sans doute la solution... en espérant qu’il  y ait une solution! A suivre...
 
Encore mille fois merci du bonheur que nous avons vécu cette année.
 
Merci à tous les membres de l’APF pour leur soutien.
 
Merci aux 8 associations du collectif vendéen de rester mobilisé pour la question de la scolarisation des enfants en situation de handicap.

à bientôt. Françoise"

Les commentaires sont fermés.