Pas de place en IME : "Il est hors de question qu'Astrid soit descolarisée !"

Les parents d'Astrid sont en colère, inquiets, désabusés : comment faire pour être entendus, pour que les droits de leur fillette soient respectés par l'Etat ?

Astrid bénéficie d'une orientation en IME (Institut Médico-Educatif), mais faute de place, elle est restée à l'école primaire, dans une classe spécialisée (CLIS). A la rentrée prochaine, elle doit quitter l'école primaire qui n'est évidemment pas du tout adaptée à ses besoins, et encore moins à son âge : Astrid a 13 ans ! Quel parents accepterait que son enfant valide soit maintenu à l'école primaire jusqu'à 13 ou 14 ans, juste parce qu'il n'y a pas de place pour lui après ? Aucun !

Mais alors Qu'Astrid devrait entrer dans un IME, ses parents viennent d'apprendre, pour la 2ème année consécutive qu'il n'y a pas de place pour elle.

2 ans d'attente. 2 ans de patience. Ça suffit. Ces parents l'ont bien compris : ils vont devoir se battre pour que les droits de leur fillette soient respectés. Et ils sont prêts, très déterminés.

Avec le soutient de l'APF, ils ont interpellé l'ARS (Agence Régionale de Santé) qui est responsable du manque de places en IME, la MDPH qui est responsable de l'effectivité des orientations rendues, le Défenseur des Droits et la cellule "119 - Allo enfance en danger"

"Nous sommes déterminés à faire respecter les droits de notre enfant. Nous n'hésiterons pas à engager la responsabilité de l'Etat devant les tribunaux si nécessaire.

Nous sommes usés par cette situation qui dure et se répète... C'est de l'avenir de notre petite fille dont il s'agit ! Nous ne devrions pas avoir à nous battre pour que les droits d'une enfant de 13 ans soient simplement respectés, au Pays des Droits de l'Homme..."

Si vous aussi vous rencontrez des difficultés, ne restez pas seul : contactez la FCPE ou l'APF. Il manque plus de 100 places en IME, et ce n'est qu'ensemble que nous parviendrons à faire bouger les choses...

Les commentaires sont fermés.