- Page 6

  • Ecole inclusive : Léa et Erwan, 16 ans, virés du système scolaire pour cause de handicap

    Nous vous racontions ce qui arrive à Léa et Erwan ici.

    DSCN7995.JPGCes 2 jeunes auront 16 ans d'ici la fin de l'année : le collège ne veut pas continuer à les accueillir, le lycée ne veut pas d'eux parce qu'ils n'ont pas les capacités requises (vive l'école inclusive !) et les IME ont tous refusé de les accueillir par manque de place. Et personne ne propose rien.

    A ce jour, dans la droite lignée de l'absence d'information, de réponse, de prise en compte des demandes, du mépris que dénoncent les familles, ni le Directeur Académique des Services de l'Education Nationale, ni le Délégué Territorial de l'Agence Régionale de Santé, ni le Directeur de Cabinet du Préfet ne nous a répondu.

    Seul le Directeur de la MDPH a eu la courtoisie de nous apporter des éléments de réponse jeudi :

    "Ces 2 jeunes disposent de notifications récentes (mars et juin). Les réunions de concertation animées par la MDPH ont  consisté à inciter les établissements et services à épuiser les listes d’attente des 2 ou 3 années précédentes et à traiter les urgences à caractère social. Des désistements sont toujours possibles et chaque année quelques admissions interviennent en cours d’année."

    En clair : on gère la pénurie et le manque de moyen comme on peut. Dans le meilleur des cas ces jeunes pourront intégrer un IME dans 2 ou 3 ans, c'est-à-dire à 18 ou 19 ans.

    Et que dire de l’Éducation Nationale qui a l'audace, pour ne pas dire l'indécence, d'exclure des jeunes au motif "qu'ils n'ont pas les capacités requises".

    DSCN7990.JPGN'est-ce pas au système se s'adapter aux capacités des jeunes, de créer des réponses innovantes, adaptées ? Ne parle-t-on pas très pompeusement de refondation de l’École de la République pour "La réussite scolaire pour tous", "Un système éducatif juste et efficace", "Les élèves au cœur de la refondation" ???

    A bah ça c'est sûr : en virant les élèves en situation de handicap, on créé un système juste et efficace permettant la réussite de tous. Un système dont on peut être fier en somme.

    DSCN8042.JPG

     Erwan et léa.

    On a demandé au Directeur de Cabinet ce qu'il fallait répondre à ces jeunes qui attendent de savoir ce qu'ils vont faire l'année prochaine. Embarras. Pas de réponse.

    Nous, ce qu'on a assuré à ces jeunes et à leurs parents, c'est qu'on ne les laissera pas tomber. On ne les laissera pas se faire virer de l’Éducation Nationale en silence et sans rien faire.

  • Scolarisation à Noirmoutier : sous la pression l'Education Nationale finit par mettre en place une solution "expérimentale"

    Que d'énergie pour en arriver là ! Depuis 4 ans maintenant, des enfants en situation de handicap qui habitent sur l'île de Noirmoutier font chaque jour 3 heures de route pour bénéficier d'une scolarité adaptée dans une CLIS (Classe d'Inclusion Scolaire) sur le continent. Pourquoi ? Parce que la Direction Académique des Services de l'Education Nationale refuse obstinément d'ouvrir une CLIS sur l'île.

    Il aura fallu que les parents se constituent en association "Ensemble sur l'île de Noirmoutier", qu'ils alertent le Délégué du Défenseur des Droits,  que Noël Faucher, Maire et Président de la communauté de communes de Noirmoutier se mobilise sans relâche, que l'APF alerte Préfet le 20 mai dernier, pour qu'enfin, jeudi soir le DASEN annonce à Noël Faucher l'ouverture d'un dispositif expérimental pouvant s'adresser à 5 enfants sur l'île...

    Une annonce qui doit maintenant se concrétiser en actes !

    Vendredi, lors de notre rassemblement devant la Préfecture de Vendée, Gwenaelle De Pillot, Présidente de l'association "Ensemble sur l'île de Noirmoutier" a déposé un petit bouquet de fleurs sur les cercueils symbolisant le sacrifice de l'avenir des enfants, en guise d'espoir...

    DSCN8020.JPG

    Un manque de volonté criant.

    Thierry Craipeau, Représentant Départemental de l'APF, s'indigne :

     "Qu’on ne vienne pas dire que c’est une question de budget, car l’argent est là : il est juste très mal utilisé : chaque jour 120 € sont consacré à chaque enfant pour financer son transport en taxi à 3 h de route de Noirmoutier ! Cela représente un budget annuel de 17 000 € par enfant !

     Alors que le gouvernement veut faire des économies, et que pour une fois, ça servirait les intérêts des enfants en situation de handicap, il va peut-être falloir que les institutions Vendéennes se décident à mettre un peu de cohérence dans tout ça ! Financer un enseignant spécialisé pour faire la classe aux enfants de Noirmoutier sur l’île de Noirmoutier, sera non seulement bénéfique aux enfants mais aussi au budget de la France ! Mais qu’est-ce qu’ils attendent bon sang !"

  • Bilan annuel de la scolarisation des élèves en situation de handicap

    Lundi 8 juillet, le Directeur Académique des Services de l'Education Nationale (DASEN) invite les associations à un bilan annuel dans le domaine de la scolarisation des élèves en situation de handicap.

    Nous vous tiendrons informés de ce bilan.

  • Les Directeurs et Instituteurs dénoncent le non respect des élèves handicapés et de leurs droits

     La Délégation Vendéenne du Syndicat National Unifié des Directeurs et Instituteurs Force Ouvrière a publié aujourd'hui un communiqué de presse pour dénoncer les dérives constatées en Vendée, pour l'accompagnement des élèves handicapés :

    Depuis la loi du 11 février 2005 relative à l’égalité des droits et des chances, les élèves handicapés pouvaient, sur notification de la MDPH (Maison Départementale des Personnes Handicapées), se voir octroyer une AVS-I (Auxiliaire de Vie Scolaire -Individuelle) pour une quotité horaire définie.

    Cette notification était opposable : c'est-à-dire que l'administration de l'Education Nationale avait obligation de respecter ce qui avait été notifié.

    Force Ouvrière s'est toujours battue par le passé pour le respect des notifications. En effet, il arrivait très souvent que les heures attribuées d'AVSI ne soient pas pourvues en totalité ou même parfois que l'AVSI soit recruté avec plusieurs mois de retard.

     Nous pouvions opposer la décision de la MDPH …et nous obtenions satisfaction ! Ce qui posait problème…

    Alors, M. Ayrault a eu une idée qu'il a transformée en décret n°2012-903 du 23 juillet 2012.

    Dorénavant, la MDPH pourra préconiser une AVS-Mutualisée : et d'un coup de baguette magique, la quotité horaire disparait !

     Les élèves ont droit à une aide. Point-barre. C'est le Directeur Académique qui décidera de l'enveloppe globale sur une école.

    Sur quels critères ? Mystère…

    Par exemple, sur une école Vendéenne, 2 élèves handicapés qui bénéficiaient d'une AVS-I n'en auront plus ! Ils auront à se partager (disputer ?) une AVSM nommée pour aider 4 élèves, pas dans la même classe, avec même un élève au collège…

    Bien évidemment, les professionnels qui ont en charge ces élèves n'ont jamais demandé cela : ils avaient conclu, lors des réunions de suivi de ces élèves, qu'il fallait la poursuite de l'aide AVS-I. Mais que vaut leur avis face à un critère budgétaire ?

    Le recours en conciliation engagé par la famille a été rejeté par la MDPH de Vendée…

    Ce décret est proprement scandaleux et révoltant !

    Le SNUDI-FO mettra tout en œuvre pour garantir le droit à l'instruction des élèves handicapés, l'ouverture de toutes les classes spécialisées (avec un enseignant spécialisé diplômé !) nécessaires.

  • Billet d'humeur n°124 de notre Yonnais en colère... "Indignez-vous disait Stéphanie Hessel"

    Bonjour Messieurs Dames,

    "Afin de répondre pleinement aux besoins spécifiques de l'enfance, la communauté internationale adopte, à l'unanimité, lors de l'Assemblée générale des Nations Unies du 20 novembre 1959, la Déclaration des droits de l'enfant. Le texte commence par le rappel des grands thèmes qui ont présidé à la rédaction de la Charte des Nations Unies et de la Déclaration des droits de l'homme. Référence est faite ensuite à la Déclaration de Genève. Le texte énonce 10 principes".

    Est-il besoin de tous les énoncer ces principes ? Non ! Mais vous pouvez les lire en cliquant ici.

    Je t'en donnerai moi de la "Liberté, Egalité, Fraternité". Je pense ici à Stéphane Hessel en écrivant ces quelques mots... Lui qui a œuvré et résisté toute sa vie pour que les droits fondamentaux de chaque être humain soient respectés. Il doit se retourner dans sa tombe le pauvre homme.

    A la semaine prochaine

    Mot n° 124 : "l'espoir"

  • Lutter contre le stationnement gênant en sensibilisant : la bonne idée de la ville de La Roche sur Yon

    Un voiture garée sur le trottoir ou sur un passage piéton, et c'est tout notre cheminement qui est perturbé ! Pour sensibiliser les Yonnais à la nécessité de ne pas garer les voitures n'importe où, des opérations de sensibilisation ont débuté en partenariat avec les associations et la ville.

    La première action s'est déroulée ce lundi 1er juillet dans le quartier de la Vigne aux Roses. Il s'agit de déposer des petits papillons de sensibilisation sur les pare-brise et de discuter avec les conducteurs pour leur faire prendre conscience des conséquences de leur incivisme.

     Vignes aux roses groupe sans Catherine - Copie.jpg

    René Clautour (AVH), Thierry Craipeau (APF), Laurence Tirateau (Conseillère de quartier), Sandra Hériteau (Auxiliaires des Aveulgles), Charlotte Poitrail (correspondante de quartier)

    Vignes aux roses Catherine - Copie.jpgCatherine Baudet, chargée de mission accessibilité à la ville, ici en pleine action de "papillonnage", coordonne les actions avec dynamisme et efficacité !