- Page 2

  • Billet d'humeur n°148 de notre Yonnais en colère... "Les fous du volant"

    Ton histoire Hugues, elle rappelle un peu ça :


    Voyez ce que ça fait, à la fin de cet extrait, lorsqu'on fait subir à quelqu'un la privation de sa liberté de déplacement !

    C'est l'arroseur arrosé...

    Bonne route !

    Mot n° 148 : "soi-même

  • L'APF actrice de la politique locale du handicap

    APF bouge les lignes gros.jpgNotre association, au niveau départemental, vient d'être nommée dans des instances importantes pour porter la parole des personnes en situation de handicap :

    - le CDCPH : Conseil Départemental Consultatif des Personnes Handicapées (en savoir + ici) (renouvellement)

    - la Commission Permamente du CDCPH (renouvellement)

    - la COMEX (COmmission EXécutive de la MDPH) (renouvellement)

    - la Commission d'Appel à Projet (pour les réations de structures médico-sociales) (nouvelle nomination)

  • L'inclusion scolaire, c'est maintenant !

    collectif inclusion scolaire.jpgUn collectif de parents et de citoyens engagés, "Collectif pour l'inclusion" a mis en ligne une pétition pour un meilleur accueil des enfants handicapés à l'école, à l'attention du Premier Ministre et de 3 Ministres du gouvernement : ici

    Le Collectif a remis les 30 000 signatures aux ministères délégués aux personnes handicapées et à la réussite éducative lors de deux rendez-vous les 19 novembre et 6 décembre. Le Collectif a adressé ce message aux signataires de la pétition :

    "C'est une étape importante qui nous donne espoir : lors de ces rendez-vous, nous avons présenté vos signatures et commentaires, ce qui nous a donné un poids certain lors de ces discussions. Et nous avons eu le sentiment que nos constats étaient partagés par nos interlocuteurs : la scolarisation des enfants handicapés n'est pas satisfaisante, et il y a beaucoup à faire.

    Grâce à votre soutien populaire, ceux-ci ont compris que cette question correspond à une aspiration citoyenne forte et que nous étions déterminés à faire en sorte que la politique d'inclusion scolaire passe des discours aux actes.

    Nous leur avons demandé de mettre en place des réunions suivies avec notre collectif pour faire le point sur les avancées. Et nous avons obtenu que la Direction générale de l'enseignement scolaire, un organisme qui défini la politique éducative et pédagogique et les programmes d'enseignement des écoles, nous rencontre pour examiner ce qu'il est possible de mettre en œuvre. 

    Tout ceci n'aurait pas été possible sans votre soutien. Et pour obtenir des engagements concrets, nous avons plus que jamais besoin de vous.

    Merci encore pour votre aide et votre soutien,

    Magali et le collectif pour l'inclusion scolaire.

    PS : Pour lire l'intégralité du compte rendu de ces rencontres, cliquez ici"

  • La bénévole du mois : Jacqueline

    2013-12-06_photo_jaqueline_charon.jpgComment êtes-vous venue à l’APF ?

    Je connaissais l’APF de nom, sans savoir ce qu’elle était précisément. Je suis arrivée à l’APF en 2011, en répondant à un appel à bénévoles paru dans la presse, pour les paquets cadeaux.

    Dans une association, on n’est pas dans une entreprise. C’est donc le partage des valeurs humaines défendues par l’APF qui m’ont fait y venir.

    Qu’est-ce que vous y faites ?

    Je fais les paquets cadeaux car c'est un plaisir pour moi, et la clientèle de Noël est super sympa. Perfectionniste, je ne m'engage que lorsque je suis certaine d'en être capable. N'hésitez pas et venez rejoindre les bénévoles « paquets cadeaux », entre autre.

    J’ai aussi participé au comité de pilotage des dernières élections du Conseil départemental de l’APF.

    Qu’en retirez-vous ?

    Pour moi, aller à l’APF, c’est le plaisir de trouver un accueil souriant. J’aime les associations où chacun se respecte, où il n’y a pas de compétition. Le bénévolat, ça doit être un échange : apporter quelque chose, aider l’autre, et aussi recevoir, ne serait-ce qu’un sourire.

    A l’APF, les bénévoles sont ma deuxième famille, je m’y sens bien.

    Des liens d’amitié s’y créent, et c’est essentiel.

     

  • "Bref, je me suis promenée rue Clémenceau"- Et si les Zhandi-mini-justiciers Yonnais passaient à l'action ?

    Marie nous a adressé ce mail sur l'encombrement du trottoir rue Clémenceau à La Roche sur Yon, devant le Grand Café  :

    "J'ai vu les affiches que vous avez mises sur les commerces de la rue Clémenceau il y a quelques semaines, et je soutiens complètement vos actions pour l'accessibilité. Je ne suis pas handicapée, mais j'ai des enfants et même si c'est certainement moins compliqué pour moi que pour une personne en fauteuil roulant, croyez-moi, je galère beaucoup avec ma poussette ! Je vous envoie cette photo prise samedi rue Clémenceau devant le grand café.

    Non seulement ce commerce est totalement inaccessible, tant en poussette qu'en fauteuil roulant (il y a plusieurs marches), mais en plus il en rajoute en nous empêchant de passer sur le trottoir. Ils mettent des tables sur le trottoir, et on doit marcher sur la route avec nos poussettes et nos enfants ! C'est quand même fort de café !"

    2013-12-14 Grand Café - web.jpg

    Bref... On le connait bien ce problème de l'encombrement du trottoir devant le Grand Café... On en a même parlé en août dernier, au Monsieur du Grand Café et aux collaborateurs du Cabinet du Maire Pierre Régnault avec lesquels on était en réunion justement dans cette rue pour en constater les défauts d'accessibilité : voir ici. Mais ils n'ont pas été très réceptifs... Bref, rien n'a changé.

    Alors on a compté sur l'efficacité d'un concept élaboré par la ville elle-même : les "Minis Justiciers". On a bien espéré qu'ils nous viendraient en aide nos supers mini justiciers, mais eux non plus ils n'ont pas été très réceptifs... Bref, rien n'a changé. voir ici

    Alors on a décidé d'essayer la bonne veille méthode du courrier : on a écrit au monsieur du Grand Café le 13 novembre dernier. On a aussi écrit au Maire de la ville et au Président de l'association des commerçants, mais là encore, gros flop... Bref, rien n'a changé. voir le courrier ici

    Et le résultat est là : on ne peut toujours pas passer sur le trottoir...

    Bref, on lance un appel à toutes les bonnes volontés pour tester une nouvelle idée : jouer aux handi-justiciers comme nous y incite finalement chacun de nos interlocuteurs pas réceptifs.

    Vous avez envie que ça change ? Vous avez envie de vous amuser avec nous ? Contactez-nous ! Les Zhandi-mini-justiciers-Yonnais vont bientôt frapper !