- Page 5

  • Quand les familles doivent se battre encore et encore contre l'Etat...

    «Je pensais que l’Etat avait enfin compris» «Les déclarations de la ministre, c’était du flan»

    "Mi-octobre, la condamnation de l’Etat dans l’affaire Amélie, cette jeune femme lourdement handicapée gardée à la maison faute de place dans une structure adaptée, avait secoué le cabinet de la ministre Carlotti. Pour la première fois, l’Etat a été condamné à trouver une solution de prise en charge, estimant que la vie d’Amélie et celle de ses parents étaient en danger. La ministre déléguée en charge des Personnes handicapées avait alors annoncé dans l’émotion (et un brin de pathos) un «plan» pour les «cas d’urgence comme Amélie». «Il faut que cette histoire aide les autres derrière elle. Amélie aura été utile», avait assuré la ministre.

    «Si on ne trouve pas de solution, ma femme devra s’arrêter de travailler. Donc, déposer son préavis rapidement. On a fait les calculs dans tous les sens. Avec les crédits et un seul salaire, on passe pas. Il faut vendre la maison.»"

    Retrouvez l'histoire des parents d'Elias ici

  • Erwan : le sacrifice du présent et de l'avenir d'un jeune Vendéen en situation de handicap

    honteux noir.jpgLes parents d'Erwan souhaitent partager leur désespoir de ne rien voir bouger pour leur fils de 16 ans, déscolarisé alors qu'il devrait être pris en charge dans une IME. Mais en Vendée il manque 109 places en IME... Et comme Erwan a 16 ans, le collège privé Jean Yole (aux Herbiers) dans lequel il était accueilli jusque là en ULIS a décidé que pour lui, la scolarité, c'est fini.


    "Les nouvelles du jour : on en est au même point ! "Stage" (strictement occupationnel sans but précis) toute les semaines pour notre fils Erwan... Non ce n'est pas une vie pour lui. C'est un établissement spécialisé dont il a besoin, pour qu'il apprenne autre chose.
    Mais on en est toujours au même stade .
    Alors il faudrait que ça bouge un peu plus...  Heureusement on s'en occupe beaucoup parce que ça serait la misère pour lui. C'est un jeune de 16 ans qui n'a pas de solutions. Je plains les autres jeunes qui vont eux aussi subir ce que subit notre fils."

    L'APF a adressé le 17 octobre dernier un énième courrier à l'ARS, la DASEN et au Préfet de Vendée (voir ici). Un énième courrier sans effet... Seule la DASEN a apporté une réponse pour indiquer être attentive à la situation, être en lien avec les partenaires en vue de trouver la meilleure solution.

    Mais en attendant, Erwan ne bénéficie pas de l'accompagnement adapté nécessaire à ses besoins, et tout cela, dans l'indifférence la plus totale des conséquences sur lui comme sur ses parents.

    A l'heure où le Ministre de l’Éducation Nationale Vincent Peillon se bat pour une école inclusive, où la Ministre Carlotti veut apporter une réponse aux "situations critiques", on ne peut que s'étonner d'un tel immobilisme.

  • Schéma départemental en faveur des adultes handicapés 2013-2017

    Le Conseil Général de Vendée vient de publier le schéma départemental en faveur des adultes handicapés 2013-2017.

    Pour télécharger le document, cliquez ici.

  • Scolarisation : rencontre du collectif inter-associatif avec les institutions Vendéennes

    Ce lundi 9 décembre 2013, les 8 associations qui unissent leurs voix sur la question de la scolarisation des élèves en situation de handicap en Vendée (2LPE Yon 85, AAD Makaton, APF, ASF 85, Ensemble sur l'Île de Noirmoutier, FCPE, PEP 85 et UNAFAM) ont été reçues en Préfecture pour échanger avec les institutions Vendéennes : la DASEN, l'ARS, la MDPH et la DIRECCTE.

    2013-12-09 inter préfecture - web.jpg

    Les représentants associatifs, optimistes et enthousiastes, devant la Préfecture avant la rencontre

    Présidée par le Directeur de Cabinet du Préfet, Frédéric Lavigne, cette réunion a permis aux institutions de présenter un état des lieux et d'annoncer quelques mesures à venir :

    - 33 enfants n'ont pas de places en CLIS et ULIS : ils sont scolarisés en classes ordinaires. Cela s'explique par le manque de places dans les établissements médico-sociaux et le fait que les enfants sont accueillis au sein de l'éducation nationale.

    - 90 enfants n'ont pas encore leur AVS mais suite à une dotation du rectorat, les recrutement sont relancés en Vendée. Chaque enfant sera accompagné par son AVS au plus tard le 1er février 2014.

    La DIRECCTE a annoncé pouvoir travailler avec pôle emploi pour anticiper les recrutements pour la rentrée prochaine, en repérant dès le premier semestre 2014 les potentiels candidats. Les associations estiment en effet qu'il n'est pas acceptable que les élèves passent la moitié de l'année sans AVS dès lors que la notification a été rendue avant les vacances d'été.

    - l'ARS observe que le département de la Vendée souffre d'un retard important en matière d'offre médico-sociale pour les jeunes. En 2012/2013, 40% du montant des mesures nouvelles ont été consacrés au développement de l'offre en Vendée et cette démarche va être poursuivie avec entre autres la création d'un ITEP en 2014 et de 100 places supplémentaires en SESSAD d'ici 2016. L'objectif de l'ARS est de placer la Vendée dans la moyenne régionale.

    Nous avons indiqué que l'objectif d'être dans la moyenne régionale, voire nationale n'est pas suffisant : actuellement le taux d'équipement de la Vendée est de 7,61 places pour 1000 jeunes de 0 à 19 ans, alors que la moyenne nationale est de 9,3 : il faudrait donc 20% de places en plus. En atteignant cette moyenne, 20% des 479 jeunes actuellement sans place dans le médico-social auraient donc une place, c'est-à-dire 96 jeunes. Il resterait tout de même 383 jeunes sans solution dans le médico-social... Sachant que le taux de progression du manque de places a été de 47% entre 2012 et 2013, les quelques places créées se révèlent très largement insuffisantes au regard des besoins actuels et à venir.

    Le département manque de places en internat et n'a aucune offre pour les jeunes en situation de handicap moteur qui sont contraints de quitter le département.

    L'ARS et la DASEN ont débuté un travail de collaboration, mais il n'est à ce jour pas prévu d'y associer les associations.

    Nos 8 associations ont renouvelé le souhait de travailler dans une démarche partenariale avec les institutions. Des projets innovants peuvent être soumis par les associations qui doivent avant tout être perçues comme forces de propositions, l'intérêt premier étant de répondre aux mieux aux besoins et aux attentes des jeunes et de leurs familles.

    Nous souhaitons maintenant passer à une phase opérationnelle, sortir des constats et avancer de manière concrète pour répondre aux besoins de chaque enfant, permettre à chacun de grandir dans de bonnes conditions et dans le respect de ses droits.

    Espérons que notre souhait sera partagé.

  • Kimsi : une voiture qui se conduit en fauteuil - Article Ouest France

    napl_3722731_4.jpg86.jpg

     "...Elle s'appelle Kimsi et son concepteur, Franck Thomas, veut la fabriquer intégralement en Vendée. Un petit monospace électrique réservé à la mobilité des personnes handicapées.

    Avec sa bonne bouille de monospace rondouillard, elle piaffe dans un recoin des ateliers de Creastyl à Mortagne-sur-Sèvre (Vendée). C'est là que, dans l'odeur douce de résine, se cisèlent les moules de la prochaine série. La citrouille de Franck Thomas attend de devenir carrosse !..."

    Lire la suite ici, source Ouest France 

    Voir le site de la société Ellectra : cliquer ici


  • Le bénévole du mois : Darkaoui

    2013-12-05_photo_darkaoui_kassim.jpgComment êtes-vous venu à l’APF ?

    Je suis arrivé en 2009. Je cherchais un fauteuil roulant pour ma tante, en situation de handicap à Mayotte. Elle était alitée depuis plusieurs années, et pour elle qui a toujours été quelqu’un de dynamique, cette situation était très difficile à vivre.

    L’APF Vendée lui a fait don d’un fauteuil roulant, et je l’en remercie beaucoup, ça apporte énormément à ma tante.

    Qu’est-ce que vous y faites ?

    Depuis, je suis bénévole et adhérent. Mes missions sont multiples.

    Je suis chauffeur, je fais les paquets cadeaux, j’ai participé pendant plusieurs années à la Fête du sourire, je suis présent sur des stands APF permettant à celle-ci de faire connaître son action (par exemple sur le festival familial Mai’Scène II), …

    J’aide à la préparation de manifestations et j’y participe, j’aide aussi à l’organisation de l’Assemblée départementale de l’APF (installation et rangement de salle, …), …

    Je m’implique aussi dans la collecte de téléphones portables usagés : chercher des nouveaux points de collecte, assurer le suivi, …

    Qu’en retirez-vous ?

    Je viens à 10 heures prendre le café à la Délégation (rires). Ça m’apporte le bien-être d’être en contact avec les gens, d’aider. C’est une belle occasion de connaître d’autres personnes, de créer des liens d’amitié.J’aime la dimension humaine de l’association, le partage des choses de la vie à travers mon engagement bénévole à l’APF.

    C’est parti d’une simple demande de renseignements (pour le fauteuil roulant), et c’est devenu plus qu’un engagement bénévole, un engagement militant !

    C’est faire partie d’une famille.

    Pour que la vie soit meilleure pour tout le monde…