MDPH - Page 11

  • MDPH de Vendée condamnée : article de "Ma ville Solidaire"

    ma ville solidaire.jpgVisiblement bousculé par ce qu'il a entendu lors de la conférence de presse, le rédacteur de "Ma Ville Solidaire" conclut son article par un questionnement :

    "Jamais une conférence de presse, comme nous l'avons vécue ce matin, n'aura été aussi pesante. Comment peut-on décider de l'avenir d'une personne sans la voir ? Comment peut-on considérer les personnes comme des dossiers, des numéros ? Face au combat exemplaire de cette famille qui a fait preuve de force, de courage et de dignité, les responsables de cette situation devraient faire preuve d'éthique en tirant les conséquences sur ce qui deviendra "La jurisprudence Jean-Marc""

  • MDPH de Vendée condamnée - "C'est un combat de trop qui n'était pas à mener" Témoignage des parents de Jean-Marc

    DSCN7817.JPGCe vendredi 21 juin s'est tenue une conférence de presse suite à la décision du Tribunal de Nantes de condamner la MDPH de Vendée pour faute. Le témoignage de Nadine et Roland Muller, accompagnés de leur fille et du parrain de Jean-Marc, a boulversé l'auditoire.

    "Nous sommes contents de cette décision qui servira à d'autres. Mais qu'elle arrive après le décès de Jean-Marc, c'est trop dur.

    Ca faisait 7 ans qu'on attendait que les droits de Jean-Marc soient respectés.

    Lorsqu'il était bébé, à 25 jours, Jean-Marc a été victime d'une erreur médicale. On nous avait dit qu'il ne vivrait pas plus d'un an. Tout l'amour qu'on lui a porté lui a permi de vivre 29 ans.

    Ce qu'on veut faire passer, c'est qu'il faut oser se battre pour sa dignité, ses droits. Ce n'est pas si compliqué. Si nous y sommes arrivés, d'autres peuvent aussi y arriver.

    C'est Jean-Marc qui nous a insufflé le courage d'aller de l'avant. Mais on n'était pas censé devoir se battre pour ça.

    C'est un combat de trop."

  • Condamnation de la MDPH de Vendée : journal de France 3

    C'est sur la condamnation de la MDPH de Vendée que France 3 Pays de La Loire a ouvert son journal du 12/13 le 19 juin. Le reportage a été repris dans l'édition du 19/20.

  • La MDPH de Vendée condamnée pour faute, devra verser 15 000 € aux parents de Jean-Marc en réparation du préjudice subi

    justice marteau.jpgLa décision du tribunal de Nantes a été rendue dans l'affaire "Jean-Marc" (voir ici l'audience du 9 avril) :

    La MDPH de Vendée est condamnée pour faute ayant entraîné un préjudice moral et un préjudice financier.

    Le Tribunal indique que la réalité de la nature et l'étendue des dommages matériels et moraux ne peut être contestée.

    Cette décision est remarquable car la justice vient rappeler à l'institution qu'il y a des règles et qu'elle doit les respecter. Elle offre un espoir aux personnes en situation de handicap qui voient leurs droits baffoués par la MDPH de Vendée : l'impunité n'est plus de rigueur.

    Voir le communiqué de presse ici.

  • Plaidoyer pour une MDPH qui réponde aux besoins et aux attentes des personnes en situation de handicap

    APF bouge les lignes gros.jpgDepuis plusieurs années nous dénonçons les dysfonctionnements de la MDPH de Vendée, en vain.

    Dans un esprit de co-construction, à partir des constats déplorables que nous faisons chaque semaine, nous soumettons des pistes d'amélioration à l'institution. En 2011 nous rédigions un premier Plaidoyer sur la MDPH de Vendée à l'attention des élus du Conseil Général et de la Direction de la MDPH.

    Régulièrement, nous intervenons en COMEX (COmmission EXécutive) et en CDAPH (Commission des Droits et de l'Autonomie) pour alerter et faire progresser les pratiques dans le sens du respect de la loi et des intérêts des personnes en situation de handicap.

    En 2013 nous avons co-rédigé un second plaidoyer avec des assocations et institutions partenaires pour faire entendre la voix des personnes en situation de handicap.

    Découvrez ici le plaidoyer co-signé avec la FNATH, l'UNAFAM et Autisme sans Frontières 85

  • Vacances : faire prendre en charge les coûts d'hébergement et de restauration de son auxiliaire de vie

    La prestation de Compensation du Handicap (PCH) doit prendre ne charge les surcoûts liés à l'aide humaine à l'occasion des vacances, dans son volet "charges exceptionnelles"

    En clair, si vous partez en vacances avec une auxiliaire de vie, ce n'est ni à elle, ni à vous de payer son transport, son hébergement et ses repas.

    Cette décision a été rendue par le Tribunal du Contentieux de l'Incapacité des Pays de la Loire : voir ici.

    Pensez donc à déposer votre demande au moins 4 mois avant votre départ en vacances.