26/11/2015

Baromètre de la compensation : évaluez votre situation et donnez votre avis !

 flyer barometre maj.jpg

En quelques clics et en seulement 5 minutes, vous pourrez noter plusieurs critères : l’accueil, l’information et l’accompagnement, l’évaluation des besoins, les délais d’instruction, les aides accordées ainsi que la gestion et le suivi des aides. Vous obtiendrez ainsi le niveau de votre compensation noté sur 10. Vous pourrez ensuite comparer votre résultat avec la note dans votre département et au niveau national. 

Alors à vos clics sur compensationhandicap.fr Partagez vos résultats sur les réseaux sociaux et parlez-en autour de vous !

13:33 Publié dans MDPH | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

14/10/2015

MDPH : les personnes handicapées veulent garder leurs maisons

Mobilisation-MDPH-octobre-2015-660x330.jpgJournée de mobilisation nationale à l’appel de l’Association des Paralysés de France pour dire non au démontage des Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH). Dans la Capitale, une pétition de plus de 36 000 signatures a été remise à Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales, pour défendre ces guichets uniques d’accès à leurs droits.

Lire la suite ici sur faire-face .fr

17:06 Publié dans MDPH | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

13/10/2015

Maisons départementales du handicap ou Maison de l'autonomie ?

2015_10_12__16_52_touche_pas_a_ma_mdph.jpgMalika Boubekeur, conseillère nationale en Compensation et Autonomie à l'APF, invitée de Vivre fm, nous parle de la situation des MDPH et de leur avenir incertain. Pour l'écouter, cliquez ici


Pour rappel, une journée d'action nationale aura lieu demain mercredi 14 octobre afin de soutenir le maintien des Maisons départementales et le renforcement de leurs actions. Un rassemblement est prévu à 14h afin de remettre les 36 000 signatures de la pétition "Touche pas à ma MDPH" www.change.org/p/touche-pas-%C3%A0-ma-mdph à la ministre Marisol Touraine.

16:51 Publié dans MDPH | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

08/10/2015

Alerte sur l'accès aux droits des personnes handicapées et de leur famille : Stop à la casse des MDPH !

MDPH Stop à la casse Web.jpgLe 14 octobre l’APF appelle à  une journée nationale d’actions  afin de dénoncer les menaces qui pèsent sur les Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH), notamment, dans le cadre, du projet de loi d’adaptation de la société au vieillissement.

Depuis janvier 2014, l’APF est en effet mobilisée face à l’inquiétante question du devenir des MDPH dont l’indépendance et l’impartialité décisionnelle sont remises en cause par la  politique de certains conseils départementaux.

Ces guichets uniques d’accès aux droits, grande avancée de la loi handicap de 2005, sont en danger : ils pourraient être remplacés par des dispositifs de plus en plus intégrés aux Conseils départementaux avec le risque de désavantages certains pour les personnes en situation de handicap et leur famille. Alors que de nombreuses personnes expriment déjà leurs difficultés pour accéder à leurs droits, cette remise en cause des MDPH va accroître ces complications !

Aujourd’hui la priorité n’est pas de modifier les MDPH mais bien de leur donner des moyens supplémentaires afin d’améliorer leur fonctionnement dans l’objectif de répondre efficacement aux attentes et besoins des personnes.

L’APF organise donc à Paris un rassemblement devant le Ministère des Affaires Sociales, de la Santé et des Droits des Femmes le mercredi 14 octobre à 14h et remettra les 34 000 signatures de la pétition à madame la ministre Marisol Touraine.

Pour lire le communiqué de presse complet, cliquez ici

Source: reflexe-handicap.org

17:26 Publié dans MDPH | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | |

01/09/2015

MDPH : l'APF sollicite l'analyse du Préfet de Vendée

Depuis des années l'APF intervient auprès de la Direction de la MDPH, auprès des cadres et des élus du Conseil Départemental (anciennement Conseil Général), mais aussi dans le cadre de la CDAPH et de la COMEX pour faire évoluer des pratiques que nous jugeons contraires aux textes et contraires aux intérêts des personnes en situation de handicap.

Pour mettre un terme à ces échanges stériles et obtenir un arbitrage fiable et incontestable, nous avons décidé d'interpeler le plus haut représentant de l'Etat dans le Département, le Préfet Jean-Benoit Albertini.

Pour lire le courrier adressé au Préfet de Vendée, cliquez ici.

Le Représentant et la Directrice de l'APF (Thierry Craipeau et Stéphanie Ottou) ont rencontré en juillet le nouveau Président du Conseil Départemental de Vendée Yves Auvinet et la nouvelle Présidente de la MDPH, Isabelle Moinet. Ces nouveaux élus ont exprimé une forte volonté de voir la situation s'améliorer et se sont engagés à étudier les demandes et propositions de l'APF pour y apporter une réponse fin septembre.

03/05/2015

Droit du handicap : décisions de justice rendues publiques

Une avocate du barreau de Paris spécialisée en droit du handicap s'est rapprochée de notre Délégation Départementale de Vendée pour avoir copie des arrêts de la CNITAAT concernant  les affaires Jean-Marc Muller contre la MDPH de Vendée (voir ici). De son côté elle rend publiques les décisions de justice qu'elle obtient.

Elle souhaite ainsi contribuer à aider les familles à faire valoir leurs droits.

Décisions concernant les enfants

Décisions concernant les adultes

29/04/2015

Pas de place en Sessad pour une fillette handicapée, l’État condamné

Aurore,douze ans, scolarisée en milieu ordinaire, n’a pas obtenu de place en Service d’éducation et de soins à domicile (Sessad) pendant un an. L’État vient d’être condamné à l’indemniser, elle et ses parents. Un jugement qui pourrait conforter les actions en justice d’autres parents et enfants confrontés au même problème.

C’est une première mais certainement pas une dernière. Il y a quelques semaines, le Tribunal administratif de Poitiers a condamné l’État à indemniser une jeune fille handicapée et ses parents parce qu’il ne lui avait pas octroyé une place en service d’éducation et de soins à domicile (Sessad).

Lire la suite sur Faireface.fr

En Vendée, les derniers chiffres connus font état de 271 places manquantes en SESSAD. Des enfants restent sans aucune prise en charge pendant parfois 4 ans !

Si votre enfant ne bénéficie pas de place en SESSAD, n'hésitez pas à nous contacter : nous vous accompagnerons pour faire valoir vos droits auprès du tribunal.

10/03/2015

Jurisprudence Jean-Marc : témoignage de Nadine et Roland, ses parents

Après la confirmation de la condamnation de la MDPH de Vendée par la Cour Nationale (CNITAAT), Nadine et Roland Muller partagent leur satisfaction. Leur combat, ce combat de trop regrettaient-ils en 2013, ils l'ont mené jusqu'au bout, pour leur Jean-Marc et pour tous les Jean-Marc de France :

"Cette jurisprudence Jean-Marc est d'ores et déjà acquise puisque le directeur de la MDPH nous a téléphoné pour nous prévenir de son intention de ne pas aller en cassation. Cet appel téléphonique nous a surpris car nous avons des avocats et c'est leur travail de finaliser ces jugements !


Jean-Marc tribunal - Copie.jpgCette jurisprudence est un immense hommage à notre Jean Marc trop tôt disparu.
Je sais , que de là ou il est,  il est très fier que ses droits bafoués pendant des années  soient enfin reconnus !
Je sais aussi qu'il est très fier que cette jurisprudence Jean-Marc puisse servir à toutes les personnes en situation de handicap de France pour qui la loi n'est pas appliquée par les MDPH !


Merci à l'APF pour le travail et le soutien qui nous a été apporté !
Nadine et Roland"

Rappelons qu'en 2013, après la 1ère condamnation de la MDPH par le Tribunal des Pays de la Loire, le Conseil Général avait diffusé un communiqué de presse relayé par les médias, indiquant  "Nous estimons que la MDPH a fait son travail" et affirmait ne pas comprendre la décision du tribunal. (voir ici)

20:27 Publié dans MDPH | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | |

La MDPH de Vendée voit sa condamnation pour faute confirmée par la Cour Nationale !

justice marteau.jpgNous relations en juin 2013 la condamnation de la MDPH de Vendée par le Tribunal des Pays de la Loire (TCI), pour faute ayant entraîné un préjudice moral et financier. Une première en France. C'est l'affaire nommée du souhait même des parents "Jurisprudence Jean-Marc"

Retrouvez les articles et communiqués de presse de 2013 ici et ici.Après cette 1ère condamnation de la MDPH par le Tribunal des Pays de la Loire, le Conseil Général de Vendée présidé par Bruno Retailleau avait diffusé un communiqué de presse relayé par les médias, indiquant  "Nous estimons que la MDPH a fait son travail" et affirmait ne pas comprendre la décision du tribunal. (voir ici)

Cette décision de justice a donc été contestée, et c'est la Cour Nationale (CNITAAT) qui vient de rendre son jugement. Elle confirme la condamnation de la MDPH. Cette dernière devra verser 15 000 € aux parents de Jean-Marc, ainsi que 4 000 € au titre de l'article 700 du code de procédure civile.

Dans un même temps, en réponse à un deuxième recours formé par les parents avec l'appui de l'APF, la Cour Nationale reconnait également le besoin de Jean-Marc à bénéficier de 23h d'aide humaine par jour, alors que la MDPH ne lui en accordait que 9h.

Deux condamnations prononcées le 18 février 2015 donc l'APF se félicite puisqu'elles vont dans le sens du respect des droits des personnes en situation de handicap.

01:19 Publié dans MDPH | Lien permanent | Commentaires (10) |  Facebook | |

16/02/2015

Habitats regroupé et partagé : Des formules qui doivent respecter et garantir l’individualisation du droit à compensation

L’habitat regroupé et l’habitat partagé sont un sujet d’actualité au regard des nouvelles réponses que ces formules apportent aux personnes en situation de handicap.

Dans les modalités de mise en œuvre de ce type de formule, on parle de « PCH mutualisée ». L’APF ne peut accepter la remise en cause du principe d’individualisation de la prestation de compensation.

Le conseil d’administration de l’APF vient de préciser la position de l’APF sur ces formules d’habitat au domicile et notamment en portant un certain nombre de points d’alertes et de vigilance.

Cette position vient d’être transmises à la présidence de la République, à Matignon, au gouvernement, aux administrations centrales, à la CNSA et à l’ADF.

Pour télécharger la position de l'APF, cliquez ici

23:05 Publié dans MDPH | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Evolution des MDPH : l'APF soumet des propositions d'amendements aux sénateurs

APF bouge les lignes gros.jpgLe projet de loi Adaptation de la Société au Vieillissement, après une discussion à l’Assemblée nationale en septembre 2014, sera discuté en séance publique au Sénat en mars prochain.

Nous avons donc adressé aux 3 Sénateurs de Vendée l'avis de l'APF concernant le projet de loi relatif à l'adaptation de la société au vieillissement ainsi que des propositions d'amendements.

Les enjeux sont d’importance puisque ce texte de loi impacte directement le secteur du handicap, et notamment sur deux points particuliers:

- les MDPH : dispositifs d’accès aux droits spécifiques pour les personnes en situation de handicap qui, 10 ans après la loi du 11 février 2005, méritent d’être confortés, accompagnés et stabilisés dans leur fonctionnement. Les MDPH doivent déjà pouvoir répondre de manière satisfaisante aux publics actuellement concernés, ce qui est loin d'être le cas, notamment en Vendée.

 

Avec le projet des « MDA » que promeut ce texte, nous estimons que «l’encadrement » de ces dispositifs n’est pas assez clair et nous proposons pour les territoires qui voudraient les mettre en place, des dispositifs spécifiques pour d’une part les personnes en situation de handicap (Loi du 11 février 2005 et le GIP MDPH) et d’autre part un accès spécifique pour les personnes éligibles à l’APA.

Ces 2 dispositifs spécifiques pouvant être organisés dans une MDDA (Maison départementale des Droits et de l’Autonomie).

 

- les CDCA (Conseils départementaux de la Citoyenneté et de l’autonomie) conseils consultatifs locaux dont nous sommes à l’origine.

 

Notre avis et nos amendements sont portés conjointement avec les associations et organisations représentatives du secteur du handicap et du secteur des personnes âgées et retraitées.

 

Pour prendre connaissance des positions et propositions de l'APF, cliquez ici

21:33 Publié dans Infos, MDPH | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | |

04/02/2015

Quelles conséquences au déces du particulier employeur bénéficiaire de la PCH ?

Mourir au-dessus de ses moyens, tel est le sort du bénéficiaire du volet aide humaine de la PCH qui recourt à l'emploi direct ! Cette note vous explique pourquoi en exposant les obligations légales à respecter par le particulier employeur et en indiquant l’étendue de la prise en charge de cette situation par la PCH.

Un excellent article du blog APF dédié à la PCH, à consulter ici

19/11/2014

Madame G. obtient l'AAH après plus de 2 ans de combat...

C'est avec  une grande joie que Madame G. nous confirme que la décision de la MDPH de Vendée a été infirmée par le Tribunal qui lui reconnait le droit à l'Allocation Adulte Handicapé (AAH) :

"Presque 3 ans de lutte,  avec un passage au TCI... Je viens d'obtenir la reconnaissance de mon handicap avec un taux d'incapacité supérieur à 50% et la reconnaissance de la difficulté substantielle et durable d'accès à l'emploi nécessaire pour l'obtention de l'AAH. Un grand merci à la délégation APF de Vendée !"

En février 2012 la MDPH refuse une première fois l'AAH à Mme G.  Elle décide de déposer une nouvelle demande en juillet 2013. Face aux modalités d'instruction de sa demande par la MDPH qui la révoltent, elle décide de saisir l'APF en juillet afin d'être soutenue dans ses démarches. L'APF a entre autre accompagné Me G. lors de la commission pour faire valoir ses droits.

Mais la MDPH adresse à nouveau une notification de refus à Madame G. en décembre, au motif qu'elle présente un taux d'incapacité inférieur à 50%.

Avec notre aide, Madame a formé un recours auprès du Tribunal (TCI) : il s'agissait de démontrer qu'elle présentait à la fois un taux d'incapacité supérieur à 50% et une Restriction Substantielle et Durable d'Accès à l'Emploi (RSDAE) : voir ici. Nous l'avons également assistée lors de l'audience au tribunal.

Les conclusions du médecin expert désigné par le Tribunal sont sans appel : " en application du guide barème pour l'évaluation des déficiences et incapacité des personnes handicapées, le taux d'incapacité de Madame est au moins égal à 50%"

Le Tribunal a également reconnu que Madame G. subit une Restriction Substantielle et Durable d'Accès à l'Emploi (RSDAE) et lui a accordé l'AAH.

 

 

30/10/2014

Taux d'incapacité >80%

  faites valoir droits.jpgPour évaluer le taux d’incapacité applicable à une déficience motrice, il faut considérer la lésion et son retentissement par rapport au guide barème pour l’évaluation des déficiences et incapacités des personnes handicapées issu du décret du 4 novembre 1993.

Concernant les déficiences de l’appareil locomoteur, les règles générales fixées au chapitre VII prévoient, que « toutes déficiences entrainant la dépendance d’un tiers pour la réalisation d’un ou plusieurs actes essentiels de la vie doit être considérées comme une déficience sévère ». La personne atteinte de cette déficience se verra attribuée un taux d’incapacité supérieur ou égal à 80%.

Le barème précise la notion d’actes essentiels : il s’agit notamment,

 -                     des transferts

 -                     la toilette du corps et les soins d’apparence

 -                     l’habillage et déshabillage

 -                     la prise du repas

 -                     les déplacements

 Il faut souligner que le guide-barème ne conditionne pas la reconnaissance d’une déficience sévère justifiant l’attribution d’un taux d’incapacité supérieure ou égale à 80% à une dépendance totale pour ces actes. Une dépendance partielle pour la réalisation de ces actes peut donc suffire.

 

15:18 Publié dans MDPH | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

14/10/2014

AAH : les conditions de renouvellement vont se durcir. Ca promet.

Dans le Projet de Loi de Finances 2015 gouvernement affiche sa volonté de faire passer de 90 à 80% le taux d’accord aux demandes de renouvellement de l’AAH pour les demandeurs ayant un taux d’incapacité compris entre 50 et 80%. vu ici

C’est digne du pays des Droits de l'Homme ça ! La compensation du handicap n'est pas pas liée à la situation de la personne. Elle est liée à un quota défini par des costumes/cravates bien pensants installés au chaud dans leurs bureaux ministériels, et au budget que le gouvernement veut bien consentir pour les concitoyens en situation de handicap...

Classe.

06/09/2014

Sans solution, une maman menace de s'immoler devant la MDPH...

Depuis deux ans, Stella Manchon, maman de Mary, 17 ans, atteinte de dysphasie sévère, ne s'est vu proposer aucune solution pour celle-ci, qui vit cloîtrée, sans prise en charge, au domicile familial.

Stella vit un enfer au quotidien. Lasse de se battre, elle envisage de s'immoler dans les prochains jours devant la Maison départementale des personnes handicapées (MDPH) d'Avignon.

Lire la suite ici

18:35 Publié dans MDPH | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | |

Projet de loi « vieillissement » : le Comité d'entente s'inquiète sur l'avenir des MDPH

Alors que le projet de loi sur l'adaptation de la société au vieillissement doit être débattu à l'Assemblée nationale le 9 septembre, le Comité d’entente interpelle dans un courrier Laurence ROSSIGNOL, secrétaire d’Etat chargée de la Famille, des Personnes âgées et de l’Autonomie.

Le Comité d’entente se dit « particulièrement étonné » que l’avis du CNCPH sur ce projet de loi n’ait pas été évoqué dans le rapport parlementaire sur ce sujet.

L’inquiétude majeure des associations réside toutefois dans le risque de réintroduction de dispositions relatives à la gouvernance locale (MDA, conseil départemental de la citoyenneté et de l’autonomie - CDCA).

Le Comité d’entente souligne son attachement au statut des Maisons départementales des personnes handicapées (MDPH) et la nécessité d’améliorer leur fonctionnement.

18:09 Publié dans MDPH | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Projet de loi "Adaptation de la société au vieillissement" : que vont faire nos Parlementaires Vendéens ?

Ce mardi 9 septembre vont débuter à l'Assemblée Nationale les débats autour du Projet de Loi sur l'"Adaptation de la société au vieillissement"

L'APF a été très active ces derniers mois à ce sujet, en participant aux concertations lors des travaux préparatoires du projet de loi, mais aussi en alertant les groupes parlementaires sur les limites du texte proposé, en juin dernier, avant les débats en Commission des Affaires Sociales.

Thierry Craipeau, Représentant Départemental de l'APF en Vendée, vient d'adresser un courrier à chacun des 5 députés Vendéens pour attirer leur attention sur certains aspects du projet de loi qui nécessitent vigilance et révision, et leur soumettre des propositions d'amendements : Sylviane Bulteau, Véronique Besse, Hugues Fourage, Alain Leboeuf et Yannick Moreau.

Pour voir le courrier adressé aux Députés, cliquez ici.

Pour voir l'avis de l'APF et les propositions d'amendements soumises aux Députés, cliquez ici.

 

01/09/2014

Manque de places médico-sociales. Utilisez la procédure de traitement des "situations critiques"

Le 22 novembre 2013, et suite à "l'affaire Amélie", la CNSA et la Direction Générale de la cohésion sociale ont publié une circulaire relative à la mise en œuvre d'une procédure de prise en compte des situations individuelles critiques.

Les situations critiques sont des situations de ruptures de parcours (retour en famille non souhaité, exclusion d'établissement, non admission en établissement) et dans lesquelles l'intégrité, la sécurité de la personne ou de sa famille sont mises en cause.

Chaque MDPH a mis en place une commission en charge de la gestion des situations critiques, commission qui travaillera en lien avec la CDAPH. Elle doit formuler une solution et signaler à l'ARS les situations pour lesquelles aucune solution n'est trouvée.

A son niveau, l'ARS doit désigner un référent des situations critiques.

Pour lire l'intégralité de la circulaire précisant le dispositif, cliquez ici.

Si vous ne bénéficiez pas d'une place en strucuture médico-sociale, malgré une notification de la MDPH, activez cette procédure !

Appelez le 3977

image procédure - web petit.jpg

Nous venons d'apprendre que cette cellule ne prend plus en compte la situation des enfants... Dans le cas d'un mineur, il faut contacter le 119 : cliquez ici

Manque de place médico-sociale : appelez le 119 "Enfance en danger"

Votre enfant n'a pas de place en structure médico-sociale (IME, IEM, SESSAD, etc) malgré une notification de la MDPH ? Votre enfant est menacé de déscolarisation du fait de son handicap, et faute de moyens suffisants mis en œuvre par la DASEN ou l'ARS ? Il ne bénéficie pas des soins nécessaires ?

Saisissez le 119 "Allo enfance en Danger"

un numéro gratuit 7 jours/7

119_sos_enfants_en_danger_ok_0.jpg

07/07/2014

Aidants familiaux doublement imposés : question au Sénat

Question écrite n° 12343 de Mme Maryvonne Blondin (Finistère - SOC)

publiée dans le JO Sénat du 03/07/2014 - page 1600

Mme Maryvonne Blondin interroge Mme la secrétaire d'État, auprès de la ministre des affaires sociales et de la santé, chargée des personnes handicapées et de la lutte contre l'exclusion sur la question de la fiscalisation de la prestation de compensation du handicap (PCH) et, en particulier, sur la situation de l'aidant familial dédommagé.

Cette disposition particulière n'existe que dans le cadre de la PCH et est encadrée par le code de l'action sociale et des familles, notamment à son article L. 245-12. Ce statut reconnaît financièrement l'aide apportée à une famille et prend ainsi en compte, par une majoration, une cessation partielle ou totale d'activité pour un aidant.

La PCH est une prestation exonérée de l'impôt. Ce dédommagement est donc reconnu par les services fiscaux comme un revenu non professionnel et non commercial. Cette distinction entraîne alors la possible fiscalisation de ces revenus, dès lors qu'ils sont perçus par un aidant familial.

Ce dernier doit donc déclarer non pas la PCH mais bien les sommes perçues en tant qu'aidant, faute de quoi il risque de se trouver en délicatesse avec les services fiscaux. De plus, suite à une évolution réglementaire récente, ces sommes sont soumises aux prélèvements de contribution sociale généralisée (CSG) et de contribution pour le remboursement de la dette sociale (CRDS), ce qui met en difficulté de nombreuses familles.

Elle souhaiterait donc savoir s'il serait possible d'envisager la mise en place d'un dispositif d'exonération totale des sommes perçues dans ce cadre précis et selon des critères à définir avec les principaux acteurs.

 

Transmise au Ministère des finances et des comptes publics

En attente de réponse du Ministère des finances et des comptes publics

source : http://www.senat.fr/basile/visio.do?id=qSEQ140712343&idtable=q288722

Pour en savoir plus sur ce qu'il faut déclarer aux impôts : cliquez ici

09:57 Publié dans MDPH | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

18/06/2014

Aide humaine à domicile - aidant familial : que faut-il déclarer aux impôts ?

Nous sommes régulièrement questionnés sur la fiscalité appliquée à la Prestation de Compensation du Handicap, la Majoration Tierce Personne.

Faut-il déclarer les sommes perçues au titre de la PCH ?

L'aidant familial doit-il déclarer les sommes qu'il perçoit ?

Peut-on déduire le coût d'une aide à domicile financée par la PCH ?

Nous vous proposons quelques éléments de réponse dans cette fiche.

Ce qu'il faut retenir :

- la PCH n'est pas imposable : pas besoin de la déclarer

- l'aidant familial doit déclarer les sommes perçues au titre du dédommagement aidant familial, et doit également payer la CSG et la CRDS sur ces sommes

- le reste à charge supporté par la personne en situation de handicap pour ce qui concerne l'aide humaine (emploi direct, prestataire ou mandataire), après déduction de la PCH perçue, est déductible des impôts

- l'ACTP (Allocation Compensatrice Tierce Personne) et la MTP (Majoration Tierce Personne) n'ont pas à être déduites des sommes engagées pour l'aide humaine déclarées aux impôts

- la MTP (Majoration Tierce Personne) n'a pas à être déclarée.

Des aidants familiaux se retrouvent en difficulté avec l'administration fiscale, car personne ne leur a jamais dit que les sommes perçues étaient doublement imposables (CSG-CRDS et impôts). Nous allons donc alerter la MDPH sur cette question afin qu'une information complète soit donnée aux personnes en même temps que la notification de PCH aide humaine-aidant familial.

APF bouge les lignes gros.jpgL'accès à l'information pour les usagers de la MDPH est une revendication forte de notre association auprès de la MDPH de Vendée depuis plusieurs années. Bruno Retailleau, Président du Conseil Général, nous a assuré, lors d'une rencontre ce 13 juin, qu'en septembre 2014 une page WEB permettra à chacun d'accéder aux informations sur les droits, les prestations, les orientations, mais également les procédures d'étude des dossiers.

Un flyer sera également joint aux dossiers de demande de prestation/orientation pour ne pas pénaliser celles et ceux qui n'utilisent pas internet.

 

13/06/2014

MDPH : les directeurs veulent des mesures de simplification, sous peine d’asphyxie

Les directeurs de maison départementale de personnes handicapées proposent des mesures de simplification qui allègeraient les tâches administratives qui pèsent inutilement sur elles et recentreraient leur activité sur l’accompagnement. (voir article ici)

Le 11 avril dernier, l'Association des Directeurs de MDPH (ADMDPH) a publié un communiqué de presse présentant 11 mesures qui leur semblent essentielles : voir ici.

L'APF, qui est en lien avec cette association, estime qu'il est en effet temps de " soulager" les MDPH de certaines dispositions pour recentrer leurs actions sur de vrais accompagnements... Nous allons même plus loin en demandant par exemple de revenir sur la réforme de l'AAH.

Il y a cependant une proposition avec laquelle nous ne sommes pas du tout d'accord, c'est la première, qui vise la suppression du Plan Personnalisé de Compensation (PPC) dans les cas estimés simples par la MDPH. Maintenir (ou rendre systématiques les PPC comme nous le réclamons en Vendée depuis des années), c'est le seul moyen de conduire les équipes pluridisciplinaires d'évaluation (EPE) des MDPH à réaliser des évaluation globales, au delà de la simple expression d'une demande. En effet, n'ayant aucune possibilité de connaître leurs droits, faute d'information, les personnes ne sollicitent pas toujours les prestations auxquelles elles pourraient cependant prétendre pour compenser les conséquences de leur handicap !

Et surtout, le PPC est une étape importante de dialogue entre la MDPH et la personne qui est ainsi informée, en amont de la commission qui va rendre la décision, de l'évaluation et des préconisations qui sont faites. Si elle n'est pas en accord avec celles-ci, elle peut alors formuler des observations qui seront portées à la connaissance des membres de la commission.

Nous espérons que les Directeurs des MDPH seront entendus par les pouvoirs politiques, et que des simplifications/améliorations, dans l'intérêt des personnes en situation de handicap, verront jour rapidement.

En Vendée nous continuons à être pro-actifs et force de proposition pour faire évoluer favorablement le fonctionnement de la MDPH, tant en COmmission EXécutive (COMEX) qu'en Commission des Droits et de l'Autonomie (CDAPH).

12:08 Publié dans MDPH | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

02/06/2014

Fonds Départementaux de Compensation : l'APF veille et réagit !

APF bouge les lignes gros.jpgSuite à la mobilisation de l'APF, la Ministre Carlotti avait communiqué sur un abondement des Fonds Départementaux de Compensation (rattachés aux MDPH) à hauteur de 4 millions d'euros sur les réserves de la CNSA correspondant à la quote part de l'Etat pour 2014.

Lors du dernier conseil de la CNSA, l'APF a eu la désagréable surprise de constater que l'enveloppe n'était finalement plus que de 3 millions d'euros, et qui plus est, prélevée sur l'enveloppe budgétaire de la Prestation de Compensation du Handicap (PCH) !

D'autre part, nous n'avons plus aucune nouvelle des annonces de Me Delaunay concernant l'intervention de son Ministère pour abonder les Fonds Départementaux de Compensation à hauteur de 5 millions d'euros par an à partir de 2015...

Sur ces 2 sujets l'APF vient d'interpeller les deux nouvelles Secrétaires d'Etat : Me Neuville et Me Rossignol.

12:48 Publié dans MDPH | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

24/03/2014

Taux d'attribution de l'AAH en Vendée parmi les plus faibles de France

La DREES a publié un dossier sur l'AAH et les disparités d'attribution entre départements (voir ici)

La Vendée fait partie des départements où le taux taux de prévalence de l’AAH (nombre d’allocataires pour 1000 habitants de 20 à 59 ans) est très faible : il est de de 22 à 26 pour 1000, alors que la moyenne nationale est de 33.

Nous avons demandé à ce que ce sujet soit étudié par la COMEX (COmmission EXécutive de la MDPH) : nous pensons en effet que ce sont peut-être que les modalités d’instructions des demandes, mises en place par la MDPH de Vendée, qui expliquent ce taux faible.

La personne qui souhaite prétendre à l’AAH doit avoir :

  • Soit une incapacité permanente d’au moins 80% en vertu des articles L821-1 et D821-1 du code de la sécurité sociale,
  • Soit une incapacité permanente entre 50% et 79% si la commission des droits et de l’autonomie reconnaît, compte tenu du handicap, une restriction substantielle et durable pour l’accès à l’emploi (RSDAE), et ce en vertu de l’article L821-2 du code de la sécurité sociale.

 

Pour définir le droit à l’AAH il ne s’agit nullement de savoir si la personne est apte à travailler, sur un poste adapté ou non. Ce sont pourtant ces questions qui se posent au sein de la MDPH de Vendée, et qui conduisent à des refus d'AAH.

 

Nous pensons nécessaire que la MDPH s'attache aux modalités d’instruction de la RSDAE telles que prévues par la loi (article D821-1-2 du code de la sécurité sociale et circulaire n°DGCS/SD1/2011/413 du 27 octobre 2011) et avons fait remonter une note en ce sens aux membres de la COMEX.

09:52 Publié dans MDPH | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Melle B. obtient l'AAH devant le Tribunal, avec le soutien de l'APF

Melle B. s'est vu refuser l'AAH (Allocation Adulte Handicapé) par la MDPH de Vendée au motif qu'elle ne présente pas de difficulté substantielle et durable d'accès à l'emploi, condition dès lors que le taux d'incapacité est compris entre 50 et 79%. C'est devant le Tribunal du Contentieux de l'Incapacité (TCI) qu'elle a pu faire valoir ses droits après un an d'instruction.

N'ayant ni reçu de proposition de Plan Personnalisé de Compensation (PPC) de la MDPH, ni d'invitation pour assister à la CDAPH (Commission des Droits et de l'Autonomie), dans le mépris total des textes et de ses droits, Melle B. n'a eu d'autre choix que de faire appel à la justice.

Sa situation est d'autant moins "évidente" qu'elle souffre de maladie psychique, une maladie qui ne se voit pas... Elle est jeune, intelligente, diplômée, enchaîne les petits boulots, les stages, et vit chez ses parents. Il n'en faut pas moins à la MDPH pour estimer que cette jeune fille est apte à travailler et lui refuser l'AAH.

Et c'est bien là le problème : l'AAH ne s'évalue pas au regard de l'âge, de la situation sociale, des diplômes ou de l'aptitude au travail : elle s'évalue au regard d'une difficulté substantielle et durable d'accès à l'emploi (voir ici)

Grâce aux arguments juridiques développés avec le soutien de l'APF dans son mémoire et en audience, le TCI a reconnu que Melle B. présente bien une difficulté substantielle et durable d'accès à l'emploi. Il a donc infirmé la décision de la MDPH et a accordé l'AAH pour la durée maximale prévue aux textes, à savoir 2 ans, avec effet rétroactif à la date de la demande auprès de la MDPH.

 

09:05 Publié dans MDPH | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook | |

24/01/2014

Préfet Jean-Christophe Parisot : "Inaccessibilité = apartheid ergonomique. Personnes âgées, mamans enceintes, personnes handicapées : unissons-nous !"

Jean-Christophe_Parisot bibliothèque.jpg"L'inaccessibilité globale de la société n'est pas assez vécue comme autant de situations d'apartheid ergonomique. Personnes âgées, mamans enceintes, personnes handicapées : unissons-nous !" C'est Jean-Christophe Parisot, Préfet en situation de handicap qui lance cet appel en misant sur "un véritable enthousiasme collectif"

"La perception du handicap est un puissant révélateur du degré d'évolution d'une société. L'accueil de la différence physique, psychique ou mentale questionne l'ensemble des représentations que nous nous faisons de la fragilité, du pouvoir de créer et de rassembler. Pour beaucoup, elle, la vulnérabilité est un manque alors qu'elle devrait être chance. "C'est lorsqu'on est sans aucune ressource, qu'il faut compter sur toutes". Ce n'est pas moi qui le dit mais Sun-Tse écrivain de l'Art de la guerre rejoint par Paul de Tarse : "C'est quand je suis faible que je suis fort". Quand on a un handicap, il faut franchir des sommets et des ravins. Étant le premier Préfet handicapé de France, je crois utile d'apporter ma contribution au débat."

Lire la suite sur huffingtonpost ici

Jean Christophe Parisot, un Préfet au service de la population, de tous les citoyens, était intervenu auprès de Bruno Retailleau, Président du Conseil Général de Vendée pour faire valoir les droits de Jean-Marc Muller : voir iciUn Préfet dont on rêve tous sur nos départements...

22/01/2014

Marie-Arlette Carlotti a besoin de nous. Nous serons présents !

Carlotti.jpgCe matin, Marie-Arlette Carlotti, Ministre Déléguée aux personnes handicapée et à la lutte contre l'exclusion, présentait ses vœux aux acteurs du handicap et de la lutte contre l'exclusion. Voici les déclarations qu'elle a twitté il y a 20 minutes :

2014 sera une année active pour atteindre l'accessibilité universelle.

En 2013 nous avons professionnalisé les AVS. Et pourtant en Vendée, ils ont refusé hier de professionnalisé l'AVS de Juliette qui se retrouvera sans emploi demain soir...

En 2014, je continuerai à me battre pour plus d'humanité et plus de justice dans notre société. Nous aussi.

En 2014, nous allons simplifier l'accès aux droits pour lutter contre l'injustice et le non-recours.

En 2014, nous allons réformer les MDPH pour qu'elles soient plus adaptées aux demandes des usagers. Espérons que nous soyons concertés, car les demandes des usagers, nous les collectons chaque jour. Nous avons également des propositions très concrètes à formuler (voir notre plaidoyer ici)

En 2014 j'aurai besoin de vous pour de belles réussites collectives ! Nous serons là !

14/01/2014

Carte de stationnement : le délai d'instruction est de 2 mois

carte stationnement.jpgL'octroi de la carte de stationnement était jusqu'en 2011 soumis à un délai d'instruction de 4 mois. Passé ce délai, le silence valait un refus...

L’article 17 de la loi de simplification du droit du 17 mai 2011, complète le premier alinéa de l'article L. 241-3-2 du code de l'action sociale et des familles et stipule :  « dans un délai de deux mois suivant la demande. A défaut de réponse du représentant de l'Etat dans le département dans ce délai, la carte est délivrée au demandeur ».

La carte de stationnement concernant les personnes en situation de handicap devra dès lors être délivrée dans un délai de deux mois, le silence du préfet, dans ce laps de temps, valant délivrance !

 

09/01/2014

AAH et PCH : une étude pointe un durcissement de l'accès aux droits des personnes handicapées en Haute-Garonne

 aah,pch,mdph,droits,aide humaine,maurin,31« Les analyses statistiques que nous avons menées laissent entrevoir si ce n’est un recul des droits, tout au moins un durcissement de l’accès aux droits des personnes en situation de handicap. » Les deux auteurs de l’étude sur l’accès aux droits des personnes en situation de handicap en Haute-Garonne (31), précieuse car rare, se veulent prudents.

Néanmoins l’évolution, entre 2007 et 2013, des taux d’accord pour les demandes d’allocation adulte handicapé (AAH) et de prestation de compensation du handicap (PCH) amène Odile Maurin, la représentante départementale de l’APF dans ce département et Tristan Salord, doctorant en sociologie à l’Université de Toulouse, à penser que « l’hypothèse d’un recul des droits semble bien avérée, qu’on l’attribue à des logiques gestionnaires et économiques ou à des changements législatifs »

10:48 Publié dans MDPH | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |