31/03/2010

NPNS : mobilisation réussie !

Samedi 27 mars, Ni Pauvre Ni Soumis réunissait 15 000 personnes partout en France pour un NON SOLIDAIRE.

NPNS paris.jpgDans la Région des Pays de la Loire, la mobilisation est un vrai succès avec 600 manifestants à Angers et au Mans.

En Loire-Atlantique, 300 personnes se sont mobilisées pour interpeller nos concitoyens lors d'une Votation Citoyenne. Au total, 5000 bulletins ont été collectés pour répondre à la question "Accepteriez-vous un revenu en dessous de SMIC?"  93% de NON et 7 % de OUI

Retrouvez le discours de Jean-Marie Barbier à Paris en cliquant ici

 

21:53 Publié dans Infos | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

La Fête du Sourire : du 29 mai au 6 juin dans toute la France !

fête sourire.jpgDu 29 mai au 6 juin 2010, l'APF organise la 8e édition de la Fête du Sourire !

Cette manifestation est une opération de collecte nationale qui a pour but de rompre l'isolement des personnes en situation de handicap en finançant les projets des 96 délégations départementales de l'association. L'opération repose sur la vente de produits « Sourire » par les bénévoles de l'APF. Durant une semaine, des stands de l'APF seront installés dans de nombreux endroits pour proposer des objets solidaires en échange d'un don !

En Vendée, une quinzaine de stands vous accueilleront les 28 et 29 mai pour une fête placée sous le thème du sourire et de la solidarité envers les personnes en situation de handicap !

Si vous voulez offrir un peu de votre temps à l'APF et devenir bénévole, vous pouvez contacter Hugues Bourieau au 02 51 37 03 47.

Si vous voulez être solidaire avec les personnes en situation de handicap en achetant des produits, contactez également Hugues ! Il vous proposera des fleurs, des ours en peluche, des bijoux de portable, des nounours en guimauve, ou rendez-vous sur nos stands !

Vous êtes commerçant (restaurateur, coiffeur, boulanger, banquier, épicier, hôtelier,etc...) et vous voulez devenir partenaire de l'APF pour offrir à vos client un petit cadeau à l'occasion de ce week_end de la fête des mères, contactez également Hugues au 02 51 37 03 47 !

Consultez le dossier presse en cliquant ici

Carte de télépéage gratuite sur les autouroutes françaises

péage.jpgQuestion publiée au JO le : 23/12/2008 page : 11084
Réponse publiée au JO le : 24/03/2009 page : 2937

Question écrite de M. Jean-Pierre Grand (Union pour un Mouvement Populaire - Hérault) :

Un grand nombre de barrières à péage sont aujourd'hui équipées de bornes entièrement automatiques. Or ce genre de borne n'est pas sans poser de problème pour les personnes en situation de handicap. Aussi, il lui demande de bien vouloir lui indiquer les mesures qu'il entend prendre pour garantir à tous le droit de circuler sur l'autoroute sans obligation de souscrire à un abonnement télépéage.

Réponse du Ministère des Transports :

L'automatisation progressive des gares de péages autoroutiers avait conduit l'ancienne direction des routes à édicter, par lettre du 7 mars 2005 adressée aux sociétés concessionnaires, un certain nombre de règles visant à : respecter l'obligation légale d'accepter le paiement en espèces aux automates sous peine d'infraction pénale (article R. 642-3 du code pénal), avec la possibilité d'exiger des coupures d'un montant proportionné avec la somme à régler ; rendre les dispositifs de paiement accessibles aux usagers depuis leur véhicule (notamment personnes à mobilité réduite) ; assurer une télésurveillance accrue des gares de péages et de leurs abords pour assurer la sécurité des usagers ; harmoniser l'ergonomie des dispositifs pour en faciliter la compréhension. Ces règles sont maintenant appliquées sur tout le réseau concédé pour répondre aux contraintes subies par les personnes handicapées, mais aussi pour les personnes ne disposant pas de cartes accréditives ou de badges de télépéage. Si la téléexploitation des gares ne permet plus le contact avec un péager, chaque gare est placée sous télésurveillance depuis un centre d'assistance de l'autoroute et un bouton d'appel permet d'obtenir instantanément une liaison inter phonique avec une personne « assistante » qui peut aider en cas de difficultés pour le passage du péage. Pour ce qui concerne les badges de télépéage, toute personne handicapée qui en fait la demande peut maintenant obtenir celui-ci gratuitement et sans frais d'abonnement auprès des sociétés concessionnaires.

Métier d' accompagnant des enfants handicapés : les ministères refusent

poing.jpgAuxiliaires de vie scolaire (AVS) : les 4 associations signataires dénoncent la convention sur les AVS passée avec le Ministère de l’Education Nationale faute de création d’un métier.

A l’issue d’une réunion qui s’est tenue le 25 mars avec les deux directeurs de cabinet des Ministres de l’Education Nationale et de la famille et de la solidarité les principales associations de parents d’enfants handicapés l’UNAPEI, la FGPEP, la FNASEPH et Autisme France ont décidé de dénoncer la convention de reprise des auxiliaires de vie scolaire (AVS) conclue avec l’Education nationale et de quitter la table des discussions.

Les associations signataires avaient déposés suite à ces travaux différentes propositions précises qui aboutissaient à la création et à la reconnaissance de ce métier, indispensable pour permettre aux enfants handicapés de grandir à l’école. Ces propositions, à coût constant, semblaient avoir reçu le soutien des interlocuteurs rencontrés, auprès des parlementaires qui ont travaillés sur ce sujet.

Aujourd’hui lors de cette réunion, réunion annulée à plusieurs reprises par les représentants des Ministères ce qui montre la gène pour ce sujet, l’ensemble de ce travail a été rejeté et la seule proposition faite est d’étendre le dispositif actuel aux services à la personne.

Cette proposition est incohérente parce que le système actuel ne fonctionne déjà pas (des centaines de postes non pourvus, une absence totale de formation des postes engagés d’où une rotation des auxiliaires invraisemblable).

L’engagement de la création d’un métier n’étant pas respecté, les quatre associations signataires de la convention, se voient contraintes de la dénoncer.
Pour autant, l’Unapei, la FGPEP, la FNASEPH et Autisme France continueront à porter ce combat et réaffirment leur volonté de construire un métier d’accompagnant des enfants handicapés à l’école et dans la société.

Les parents souhaitent manifester leur inquiétude face à cette inertie sous peine de vivre une rentrée scolaire 2010 catastrophique !

Pour rappel, l'APF avait réagit défavorablement à cette possibilité pour les associations de procéder au recrutement des AVS. Retrouvez ici le communiqué de presse diffusé dès le mois de juillet 2009.

20:25 Publié dans Infos | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Discrimination dans les transports : après l'avion, le train !

avion.jpgLe 21 mars dernier, un commandant de bord de la compagnie EasyJet a refusé d’embarquer Marie-Patricia qui est paraplégique. Elle avait déjà effectué l'aller. Pour le retour, alors qu'elle était déjà installée sur son siège, elle a été débarquée au motif qu'elle n'avait pas d'accompagnateur ... le commandant de bord suivait en cela une directive européenne ! Commandant de bord tellement zélé qu'il a refusé l'offre de passagers se portant volontaires pour être accompagnateur, au motif qu'ils n'avaient pas embarqués en même temps !

Autre mésaventure : Laetitia et Céline, deux sœurs de 27 et 25 ans, handicapées et se déplaçant en fauteuil électrique, voulaient acheter deux billets de train pour se rendre à Paris, depuis Albertville, pour assister au concert de Mika le 27 avril prochain. Les deux jeunes femmes se sont heurtées de plein fouet à la rigidité du règlement de la SNCF : un seul fauteuil électrique par rame de TGV, alors que celle-ci comporte plus de 400 places. Les deux sœurs devront donc prendre deux trains distincts, à deux horaires différents !

Face à de telles humiliations et à un respect de la loi de 2005 sur l'accessibilité pour le moins limité (surtout de la part d'une compagnie nationale), l'APF, par la voix de son Président Jean-Marie Barbier, va demander au ministre des Transports, Dominique Bussereau, d'organiser d'urgence une table ronde sur la question des transports.

Jean-Marie Barbier invité sur RTL pour faire le point sur ces situations inadmissibles : cliquez ici

27/03/2010

AAH : une augmentation de 2,2% jugée «insuffisante»

L'allocation adulte handicapé (AAH) va augmenter de 2,2 %, le 1er avril, pour atteindre 696,63 €, contre 681,63 € aujourd'hui. Une nouvelle hausse de 2,2 %, le 1er septembre, la hissera à 711,95 €. Éric Woerth et Nadine Morano l'ont annoncé hier, 24 mars, suite à la publication dans le journal officiel du décret de revalorisation.

Le ministre de la solidarité et sa secrétaire d'État se félicitent de tenir « l'engagement du Président de la République de la revaloriser de 25 %, sur la durée du quinquennat. (...) En septembre 2012, l'AAH sera alors égale à 776 €, ce qui représente une hausse de 150 € de plus par mois par rapport au 1er janvier 2008 ».

Le communiqué de presse gouvernemental "tombe" trois jours avant les manifestations nationale et régionales du 27 mars, organisées par le collectif Ni Pauvre Ni Soumis, pour réclamer la création d'un revenu minimum d'existence au moins égal au Smic pour les personnes en situation de handicap ou atteintes de maladies invalidantes...

Pour lire la suite, cliquez ici

09:22 Publié dans Infos | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Emploi, formation et qualification : l’APF veut un échange avec le gouvernement

atelier apprentissage.jpgAlors que le gouvernement a lancé des ateliers sur l'apprentissage et l'alternance, l'APF précise dans un courrier adressé à Laurent Wauquiez les enjeux de ces thèmes pour les personnes en situation de handicap, et demande à participer aux travaux.

Pour lire le courrier, cliquez ici.

09:10 Publié dans Emploi | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

25/03/2010

Accessibilité des bureaux de vote

vote.jpgLa Délégation Départementale a été informée de difficultés rencontrées par des personnes en situation de handicap pour remplir leur devoir citoyen : voter.

Les difficultés sont multiples : pas de stationnement réservé, un isoloir 'accessible" avec une tablette trop haute, l'urne placée sur une table donc trop haute, etc...

L'un de nos adhérents de La Roche sur Yon avait demandé au premier tour des récentes régionales que des améliorations soient apportées dans son bureau de vote : il a incisté pour que ses remarques soient notifiées au PV du bureau de vote, pensant ainsi qu'elles serviraient à quelquechose... Il a eu la désagrable surprise de constater que 8 jours plus tard, au second tour, rien n'avait changé ! Aucune de ses remarques n'avait conduit le président du bureau de vote à apporter quelque modification que ce soit ! Cette déconvenue l'a conduit à refuser de voter et il a rendu son matériel de vote aux assesseurs.

Ma Ville solidaire.com a enquêté : Vote toujours, tu m'intéresses ! Nous vous invitons à lire cet article.

 

Si vous avez vous-même rencontré des difficultés, n'hésitez pas à nous les signaler : les prochaines élections arriveront vite, et nous serons vigilents à ce que chacun puisse voter dans de bonnes conditions.  Pour que la première question à laquelle répondent les personnes en situation de handicap lorsqu'elles veulent voter soit "pour qui ?" et non pas "comment ?"

Pour connaître la règlementation en la matière, consulter le mémento de la DIPH à l'usage des organisateurs de scrutin en cliquant ici.

Retrouvez ici le mémento à l'usage des candidats

24/03/2010

Convention d'honoraires signée avec un avocat

La Délégation Départementale a été interpellée suite à des conventions d'honoraires proposées par certains avocats, qui méritent une vigilence particulière.

image contrat.jpeg

La situation

Dans le cadre d’une procédure d’indemnisation du dommage corporel, il est conseillé aux victimes de se faire représenter par un avocat spécialisé soit pour intenter une action contre le responsable soit pour transiger avec l’assurance adverse.

La victime, client de l’avocat se voit alors proposer de signer avec lui une « convention d’honoraires » c’est-à-dire un contrat fixant les modalités de calcul et le montant des honoraires qui seront à régler pour mener à bien la procédure.

Il est très fréquent de convenir que quelque soit le résultat obtenu, l'Avocat percevra un honoraire "minimum" (qui est généralement fixé de manière forfaitaire), mais que s'il parvient à tel ou tel résultat il percevra en outre un honoraire "complémentaire" qui peut-être soit forfaitaire soit en fonction du résultat obtenu (en règle générale, il s’agit d’un pourcentage).

 

Le problème rencontré

Parfois, la rédaction de la convention d’honoraires prête à confusion, voire prévoit clairement que le pourcentage sera calculé « sur toutes les sommes obtenues au profit du client y compris les sommes versées par les organismes sociaux ». Cette formulation laisse entendre que l’avocat prendra des honoraires, par exemple, sur la pension d’invalidité versée par la CPAM, puisque le versement de cette pension est consécutif à l’accident, alors même qu’il s’agit d’une prestation légale.

 

Que faire si vous êtes confrontés à ce problème ?

Lisez attentivement la convention d’honoraires avant de la signer et au besoin, faites vous expliquer clairement les termes ou formulations qui vous semblent flous. Vérifiez que l’avocat que vous allez saisir ne prendra pas d’honoraires sur les prestations servies par les organismes sociaux, dans la mesure où vous percevrez ces prestations en l’absence d’intervention de l’avocat : ce n’est pas son travail qui vous permettra de percevoir ces indemnités.

Les conséquences sont importantes puisqu’en général l’avocat calcule ses honoraires sur les prestations à échoir (c’est-à-dire qui seront versées dans le futur), capitalisées : on reconstitue le montant total qui sera versé à la victime dans l’avenir (alors que la personne ne perçoit réellement sa pension que mensuellement).

En cas de doute sur la rédaction de la convention d’honoraires, différez sa signature et prenez conseil auprès d’une association, dans l’intervalle. Une fois signée, les termes de la convention s’imposent à vous comme à votre avocat et vous engagent comme un contrat.

Nous vous invitons à nous contacter si vous avez le moindre doute ou pour toute question : 02 51 37 03 47

source : blog juridique de l'APF

MDPH : votre avis est essentiel !

Un questionnaire de satisfaction pour les usagers des MDPH

logo cnsa.jpgMise en place en mai 2005, la CNSA (Caisse Nationale de Solidarité pour l'autonomie) est chargée de :

* Financer les aides en faveur des personnes âgées dépendantes et des personnes handicapées
* Garantir l’égalité de traitement sur tout le territoire et pour l’ensemble des handicaps
* Assurer une mission d’expertise, d’information et d’animation pour suivre la qualité du service rendu aux personnes

La CNSA suit le dispositif de mesure de satisfaction des usagers des MDPH (Maisons départementales des Personnes Handicapées) et a constaté une sous utilisation de la version électronique de remplissage du questionnaire de satisfaction. Elle souhaite promouvoir le remplissage en ligne du questionnaire.

Ce questionnaire s’adresse à tous les usagers des maisons départementales des personnes handicapées qui souhaitent exprimer leur opinion sur le service qui leur a été rendu.
Il a été élaboré par des représentants d’associations de personnes handicapées et de représentants de MDPH avec la CNSA. Il est anonyme, facultatif et ne comporte aucune donnée personnelle.

En répondant en ligne au questionnaire, les personnes handicapées et leur entourage prennent la parole et contribuent à améliorer la qualité que visent les maisons départementales des personnes handicapées pour :

* les accueillir dans les meilleures conditions,
* veiller à une bonne compréhension des situations personnelles et des attentes,
* définir les solutions correspondant aux besoins et à l’évaluation de la situation des personnes,
* expliquer la marche à suicre dans le cheminement des demandes,
* informer sur l’avancée des dossiers et les solutions proposées,
* informer sur les possibilités de recours.

Alors n'hésitez pas, et participez à cette enquête de satisfaction !

Accédez au document : http://satisfactionmdph.fr/

CNSA_Pres_Flyer.pdf

17:30 Publié dans MDPH | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

11/03/2010

Des jeunes de MFR montent un projet au profit de l'APF

MFR St Fulgent 001.JPG

Un très grand merci à ces 5 jeunes filles !

Association Solidarite Transport

Une nouvelle association vient de naître ce 1er mars 2010 : Solidarite Transport.

solidarite transport.jpgCette association vise à développer dans quelques communes de Vendée un service de transport basé sur le bénévolat et l'échange afin de lutter contre l'isolement des personnes. Elle permet à chacun de se déplacer pour des nécessités de la vie courante (visiter un proche, participer à la vie locale, aller au marché, effectuer des sorties culturelles, aller chez le coiffeur, à un rendez-vous, se rendre à une sépulture, prendre une correspondance avec un autre moyen de transport, ...) Des bénévoles vous prennent en charge, et vous accompagnent dans votre déplacement, en fonction de votre demande.

Une adhésion de 3€ à l'association est nécessaire pour bénéficier de ses services, et il vous sera demandé une participation forfaitaire de 0,40€ par kilomètre.

Les communes couvertes par ce nouveau service sont : Boulogne, Chauché, La Merlatière, les Essarts, l'Oie, Saint André Goule d'Oie, Sainte Cécile, Sainte Florence et Saint Martin des Noyers. Pour tout renseignement et réservation, contacter les mairies des communes concernées, ou le CLIC Part'Age des Essarts au 02 51 07 53 31.

Nous souhaitons une longue et belle vie à cette nouvelle association !

08:47 Publié dans Infos | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | |

07/03/2010

Chèque aide pour une complémentaire santé : doublement pour les 16-24 ans

chèque santé.jpgLes montants de l'aide à la complémentaire santé ont été revus à la hausse en 2010. Cette aide passe de 100 à 200 euros pour les 16-25 ans et atteint 500 euros pour les plus de 60 ans.

Nouveau coup de pouce pour l'aide à la complémentaire santé. La loi de finances pour 2010 modifie les montants de cette aide, qui donne droit à une réduction sur la cotisation d'une mutuelle. Chez les jeunes de 16 à 25 ans, elle passe ainsi de 100 à 200 euros. Les plus de 60 ans voient également le montant augmenter, passant de 400 à 500 euros.

Seul bémol : ce barème s'applique uniquement aux nouveaux entrants dans le dispositif et à ceux dont les droits sont reconduits. Les autres devront attendre leur reconduction dans le dispositif pour en profiter. Le montant de l'aide à la complémentaire pour les autres tranches d'âge reste inchangé : 100 euros pour les moins de 16 ans et 350 euros pour les personnes de 50 à 59 ans.

Le dispositif d'aide à la complémentaire santé a été lancé en janvier 2005. Il est destiné aux personnes dont les revenus se situent juste au-dessus du seuil d'accès à la couverture maladie universelle (CMU) complémentaire. Pour en bénéficier, vos revenus ne doivent pas dépasser 752 euros pour une personne vivant seule en métropole.

Rappel

L'aide à l'acquisition d'une complémentaire santé a été crée par l’Etat pour permettre aux personnes à revenus modestes de bénéficier d’une mutuelle à tarif avantageux.

Cette aide diminue le montant de votre cotisation annuelle.

Elle est d’un montant différent selon l’âge des bénéficiaires. Le montant* de l'aide est de :

  • 100 € par personne âgée de moins de 16 ans
  • 200 € par personne âgée de 16 à 49 ans
  • 350 € par personne âgée de 50 à 59 ans
  • 500 € par personne âgée de 60 ans et plus

* Montants valables au 1er janvier 2010 par personne, sous réserve de modification. Selon l’âge et le nombre de personnes composant le foyer, les montants de l’aide s’additionnent. Par exemple, pour un couple de 36 et 40 ans avec 2 enfants en bas âge, l’aide sera alors de 600 €.

Comment bénéficier de cette Aide pour une Complémentaire Santé ?

  • Vous effectuez une demande auprès de votre caisse d’assurance maladie. Celle-ci a 2 mois pour vous indiquer si cette aide peut vous être accordée (téléchargez le formulaire sur le site améli.fr)
  • Si vous remplissez les conditions d’accès à l’Aide pour la complémentaire santé, votre caisse d’assurance maladie vous adresse une attestation chèque
  • Vous adressez votre attestation chèque à votre mutuelle
  • La mutuelle déduit immédiatement le montant de l’aide de votre cotisation

Source : Mutualité Française

15:17 Publié dans Santé | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

06/03/2010

Trouver un stage quand on est jeune étudiant en situation de handicap

droit savoir.GIFQue vous soyez en troisième, et cherchiez un stage pour découvrir le monde de l'entreprise et vous projeter dans un devenir professionnel,
Que vous soyez en formation professionnelle, et que vous recherchiez un lieu de stage en lien avec votre apprentissage pratique,
Que vous soyez dans l'enseignement supérieur et cherchiez un stage indispensable à votre cursus de formation,

l'association Droit au Savoir vous aide à trouver un stage de cursus auprès de ses partenaires. Pour cela, rien de plus simple, il vous suffit de remplir le formulaire en ligne leur permettant de connaître précisément votre demande (durée de stage, lieux géographiques, secteurs d’activités…).

Par ailleurs, le collectif s’engage à aider à trouver le professionnel ressource permettant de faciliter l’intégration du jeune au sein de l’entreprise.

L'Association nationale pour le Droit au Savoir et à l'Insertion professionnelle des jeunes personnes handicapées, Droit au Savoir a été créée en décembre 2001 par 9 associations nationales (AFM, ANPEA, ANPEDA, APAJH, APF, FSEF, GIHP, UNAFAM, CNPSA) représentant tous les types de handicap pour promouvoir et soutenir la scolarisation au-delà de 16 ans et la formation professionnelle des jeunes en situation de handicap.

23:02 Publié dans Infos | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

Ni Pauvre Ni Soumis : manifestation du 27 mars 2010

NPNS.jpgLe collectif Ni Pauvre Ni Soumis appelle à un rassemblement régional massif le 27 mars prochain.

Deux ans après le lancement du mouvement « Ni pauvre, ni soumis » (NPNS), le constat d'extrême pauvreté des personnes en situation de handicap ou atteintes de maladie invalidante n'a pas changé. Pire encore, les personnes déjà en situation difficile doivent désormais payer des frais supplémentaires (hausse du forfait hospitalier, franchises médicales, fiscalisation des indemnités du travail, déremboursement de certains médicaments...), sans compter le coût de la vie qui ne fait qu'augmenter !

Parce qu'il est inacceptable de laisser durablement sous le seuil de pauvreté des personnes en raison de leur handicap ou de leur état de santé, le collectif NPNS lance un appel à tous les citoyens touchés ou révoltés par cette situation d'injustice sociale à manifester partout en France le 27 mars 2010.

NPNS votation citoyenne.jpgla délégation APF de Vendée se mobilise pour faire en sorte que ses adhérents soient entendus. Aussi, si vous êtes sympathisant de l'APF et que vous êtes révolté par la précarité subie par les personnes en situation de handicap, rejoignez le mouvement en appellant la délégation au 02 51 37 03 47

Sur la région des Pays de la Loire, chacun est invité à participer à la grande manifestation organisée sur Angers (pour tout savoir, cliquez ici), et à prendre part à la votation citoyenne organisée en Loire Atlantique (cliquez ici)

Pour lire l'appel lancé par le collectif, cliquez ici

 

 

22:50 Publié dans Infos | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

En France, 8 millions de personnes vivent sous le seuil de pauvreté

observatoire pauvreté.jpgLa France compte plus de huit millions de personnes pauvres. Même si ce niveau est stable depuis dix ans, la situation des plus vulnérables s'est "dégradée" et risque de s'aggraver avec la crise, selon le sixième rapport de l'Observatoire national de la pauvreté et de l'exclusion sociale (ONPES).

Le taux de personnes vivant en dessous du seuil de pauvreté (c'est-à-dire moins de 60 % du revenu médian, soit 908 euros par mois) n'a guère évolué, passant de 13,6 % à 13,4 % de la population entre 1998 et 2007, ce qui représente plus de huit millions de personnes en 2007 (plus d'une personne sur huit), selon ce rapport, présenté jeudi.

DÉGRADATION

En revanche, la proportion de la population subsistant avec 40 % du revenu médian (soit 602 euros) a augmenté de 2,1 % en 2002 à 3,1 % en 2007. Ils étaient 1,8 million dans ce cas il y a trois ans. "Parmi les personnes pauvres, la situation des plus démunies s'est donc sensiblement dégradée", s'alarme l'ONPES dans le compte rendu de son rapport.

De plus, "la dégradation du marché du travail, en touchant les personnes qui étaient déjà les plus vulnérables, engendre un risque d'irréversibilité du chômage et de la pauvreté", s'est inquiétée Agnès de Fleurieu, présidente de l'ONPES. Celle-ci présentait le rapport aux côtés du secrétaire d'Etat chargé du logement, Benoist Apparu, et du haut commissaire aux solidarités actives, Martin Hirsch.

Phénomène déjà souligné dans le précédent rapport il y a deux ans, la pauvreté touche également les personnes employées. Les travailleurs pauvres étaient 1,9 million en 2007, soit 6,7 % des salariés. En 2005, ils étaient déjà 1,7 millions (7 % des travailleurs).

LEMONDE.FR avec AFP | 25.02.10 | 19h27

Le rapport de l'ONPES à télécharger ici

22:48 Publié dans Infos | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

04/03/2010

Café-Chocolat-Crêpes, à la manière des cafés Philo

crèpe choco.jpgCe mardi 9 février, il faisait froid, gris, presque prêt à neiger.

Quand nous sommes arrivés au gîte rural du Logis de la Sauvinière, à Rocheservière, grâcieusement prêté par Monsieur et Madame Blineau les propriétaires, l’accueil et  le cadre très chaleureux nous ont de suite détendus : la maitresse de maison nous a fait visiter son gîte, accessible et très bien adapté, bien que ce soit une vieille bâtisse du 16ème siècle. La manière dont il a été rénové et la campagne qui l’entoure en font un lieu très calme, chaleureux, convivial, idéal pour se détendre et se reposer.

crèpe cuisto.jpgC’est dans cette ambiance que Jacky, Edith, Maryvonne, François, et tout le petit groupe qui avait bravé le froid et la route pour venir tout au nord du département, ont discuté de choses et d’autres, devant de délicieuses crêpes que Jacky nous faisait, lui qui s’était improvisé cuisinier du jour.

Confitures apportées par Edith, café, chocolat, thé pour faire passer le tout et se réchauffer, ce fût une excellente après-midi, pleine de chaleur Humaine avec un grand H. Même le mari de Madame Blineau nous a rejoint, attiré par l’odeur des crêpes, et a tout simplement discuté avec notre petit groupe.

bienvenue.jpgSi à 13h30, j’ai eu de la peine à sortir de chez moi pour aller à Rocheservière, j’ai eu aussi un peu de mal à quitter la compagnie et l’ambiance de cette après-midi. Alors rendez-vous en avril pour une nouvelle journée gastronomique et conviviale. Venez encore plus nombreux, vous êtes tous invités !!

Daniel Sellier

L’APF prend la présidence du CFHE

CFHE.jpgPascale Ribes, vice présidente de l’APF, a été élue à l’unanimité nouvelle présidente du Conseil Français des personnes Handicapées pour les questions Européennes (CFHE)

L’APF se réjouit de l’élection de Pascale Ribes pour la Présidence du CFHE qui à travers son engagement témoignera à la fois du fort investissement de l’APF dans le fonctionnement du CFHE et de l’importance que revêt aujourd’hui pour l’APF l’approche européenne dans les politiques du handicap.

Pour suivre l’actualité du CFHE : http://www.cfhe.org/ et du Forum Européen des personnes handicapées : http://www.edf-feph.org/default-fr.asp

21:48 Publié dans Infos | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | |

01/03/2010

Dossier de l'Express à l'occasion du Baromètre de l'accessibilité

express.jpgexpress 2.jpgLe 11 février dernier est paru le Baromètre de l'Accessibilité dans le magazine l'Express.

Retrouvez ici l'intégralité du dossier de l'Express