• NPNS : mobilisation réussie !

    Samedi 27 mars, Ni Pauvre Ni Soumis réunissait 15 000 personnes partout en France pour un NON SOLIDAIRE.

    NPNS paris.jpgDans la Région des Pays de la Loire, la mobilisation est un vrai succès avec 600 manifestants à Angers et au Mans.

    En Loire-Atlantique, 300 personnes se sont mobilisées pour interpeller nos concitoyens lors d'une Votation Citoyenne. Au total, 5000 bulletins ont été collectés pour répondre à la question "Accepteriez-vous un revenu en dessous de SMIC?"  93% de NON et 7 % de OUI

    Retrouvez le discours de Jean-Marie Barbier à Paris en cliquant ici

     

  • La Fête du Sourire : du 29 mai au 6 juin dans toute la France !

    fête sourire.jpgDu 29 mai au 6 juin 2010, l'APF organise la 8e édition de la Fête du Sourire !

    Cette manifestation est une opération de collecte nationale qui a pour but de rompre l'isolement des personnes en situation de handicap en finançant les projets des 96 délégations départementales de l'association. L'opération repose sur la vente de produits « Sourire » par les bénévoles de l'APF. Durant une semaine, des stands de l'APF seront installés dans de nombreux endroits pour proposer des objets solidaires en échange d'un don !

    En Vendée, une quinzaine de stands vous accueilleront les 28 et 29 mai pour une fête placée sous le thème du sourire et de la solidarité envers les personnes en situation de handicap !

    Si vous voulez offrir un peu de votre temps à l'APF et devenir bénévole, vous pouvez contacter Hugues Bourieau au 02 51 37 03 47.

    Si vous voulez être solidaire avec les personnes en situation de handicap en achetant des produits, contactez également Hugues ! Il vous proposera des fleurs, des ours en peluche, des bijoux de portable, des nounours en guimauve, ou rendez-vous sur nos stands !

    Vous êtes commerçant (restaurateur, coiffeur, boulanger, banquier, épicier, hôtelier,etc...) et vous voulez devenir partenaire de l'APF pour offrir à vos client un petit cadeau à l'occasion de ce week_end de la fête des mères, contactez également Hugues au 02 51 37 03 47 !

    Consultez le dossier presse en cliquant ici

  • Carte de télépéage gratuite sur les autouroutes françaises

    péage.jpgQuestion publiée au JO le : 23/12/2008 page : 11084
    Réponse publiée au JO le : 24/03/2009 page : 2937

    Question écrite de M. Jean-Pierre Grand (Union pour un Mouvement Populaire - Hérault) :

    Un grand nombre de barrières à péage sont aujourd'hui équipées de bornes entièrement automatiques. Or ce genre de borne n'est pas sans poser de problème pour les personnes en situation de handicap. Aussi, il lui demande de bien vouloir lui indiquer les mesures qu'il entend prendre pour garantir à tous le droit de circuler sur l'autoroute sans obligation de souscrire à un abonnement télépéage.

    Réponse du Ministère des Transports :

    L'automatisation progressive des gares de péages autoroutiers avait conduit l'ancienne direction des routes à édicter, par lettre du 7 mars 2005 adressée aux sociétés concessionnaires, un certain nombre de règles visant à : respecter l'obligation légale d'accepter le paiement en espèces aux automates sous peine d'infraction pénale (article R. 642-3 du code pénal), avec la possibilité d'exiger des coupures d'un montant proportionné avec la somme à régler ; rendre les dispositifs de paiement accessibles aux usagers depuis leur véhicule (notamment personnes à mobilité réduite) ; assurer une télésurveillance accrue des gares de péages et de leurs abords pour assurer la sécurité des usagers ; harmoniser l'ergonomie des dispositifs pour en faciliter la compréhension. Ces règles sont maintenant appliquées sur tout le réseau concédé pour répondre aux contraintes subies par les personnes handicapées, mais aussi pour les personnes ne disposant pas de cartes accréditives ou de badges de télépéage. Si la téléexploitation des gares ne permet plus le contact avec un péager, chaque gare est placée sous télésurveillance depuis un centre d'assistance de l'autoroute et un bouton d'appel permet d'obtenir instantanément une liaison inter phonique avec une personne « assistante » qui peut aider en cas de difficultés pour le passage du péage. Pour ce qui concerne les badges de télépéage, toute personne handicapée qui en fait la demande peut maintenant obtenir celui-ci gratuitement et sans frais d'abonnement auprès des sociétés concessionnaires.

  • Métier d' accompagnant des enfants handicapés : les ministères refusent

    poing.jpgAuxiliaires de vie scolaire (AVS) : les 4 associations signataires dénoncent la convention sur les AVS passée avec le Ministère de l’Education Nationale faute de création d’un métier.

    A l’issue d’une réunion qui s’est tenue le 25 mars avec les deux directeurs de cabinet des Ministres de l’Education Nationale et de la famille et de la solidarité les principales associations de parents d’enfants handicapés l’UNAPEI, la FGPEP, la FNASEPH et Autisme France ont décidé de dénoncer la convention de reprise des auxiliaires de vie scolaire (AVS) conclue avec l’Education nationale et de quitter la table des discussions.

    Les associations signataires avaient déposés suite à ces travaux différentes propositions précises qui aboutissaient à la création et à la reconnaissance de ce métier, indispensable pour permettre aux enfants handicapés de grandir à l’école. Ces propositions, à coût constant, semblaient avoir reçu le soutien des interlocuteurs rencontrés, auprès des parlementaires qui ont travaillés sur ce sujet.

    Aujourd’hui lors de cette réunion, réunion annulée à plusieurs reprises par les représentants des Ministères ce qui montre la gène pour ce sujet, l’ensemble de ce travail a été rejeté et la seule proposition faite est d’étendre le dispositif actuel aux services à la personne.

    Cette proposition est incohérente parce que le système actuel ne fonctionne déjà pas (des centaines de postes non pourvus, une absence totale de formation des postes engagés d’où une rotation des auxiliaires invraisemblable).

    L’engagement de la création d’un métier n’étant pas respecté, les quatre associations signataires de la convention, se voient contraintes de la dénoncer.
    Pour autant, l’Unapei, la FGPEP, la FNASEPH et Autisme France continueront à porter ce combat et réaffirment leur volonté de construire un métier d’accompagnant des enfants handicapés à l’école et dans la société.

    Les parents souhaitent manifester leur inquiétude face à cette inertie sous peine de vivre une rentrée scolaire 2010 catastrophique !

    Pour rappel, l'APF avait réagit défavorablement à cette possibilité pour les associations de procéder au recrutement des AVS. Retrouvez ici le communiqué de presse diffusé dès le mois de juillet 2009.

  • Discrimination dans les transports : après l'avion, le train !

    avion.jpgLe 21 mars dernier, un commandant de bord de la compagnie EasyJet a refusé d’embarquer Marie-Patricia qui est paraplégique. Elle avait déjà effectué l'aller. Pour le retour, alors qu'elle était déjà installée sur son siège, elle a été débarquée au motif qu'elle n'avait pas d'accompagnateur ... le commandant de bord suivait en cela une directive européenne ! Commandant de bord tellement zélé qu'il a refusé l'offre de passagers se portant volontaires pour être accompagnateur, au motif qu'ils n'avaient pas embarqués en même temps !

    Autre mésaventure : Laetitia et Céline, deux sœurs de 27 et 25 ans, handicapées et se déplaçant en fauteuil électrique, voulaient acheter deux billets de train pour se rendre à Paris, depuis Albertville, pour assister au concert de Mika le 27 avril prochain. Les deux jeunes femmes se sont heurtées de plein fouet à la rigidité du règlement de la SNCF : un seul fauteuil électrique par rame de TGV, alors que celle-ci comporte plus de 400 places. Les deux sœurs devront donc prendre deux trains distincts, à deux horaires différents !

    Face à de telles humiliations et à un respect de la loi de 2005 sur l'accessibilité pour le moins limité (surtout de la part d'une compagnie nationale), l'APF, par la voix de son Président Jean-Marie Barbier, va demander au ministre des Transports, Dominique Bussereau, d'organiser d'urgence une table ronde sur la question des transports.

    Jean-Marie Barbier invité sur RTL pour faire le point sur ces situations inadmissibles : cliquez ici

  • AAH : une augmentation de 2,2% jugée «insuffisante»

    L'allocation adulte handicapé (AAH) va augmenter de 2,2 %, le 1er avril, pour atteindre 696,63 €, contre 681,63 € aujourd'hui. Une nouvelle hausse de 2,2 %, le 1er septembre, la hissera à 711,95 €. Éric Woerth et Nadine Morano l'ont annoncé hier, 24 mars, suite à la publication dans le journal officiel du décret de revalorisation.

    Le ministre de la solidarité et sa secrétaire d'État se félicitent de tenir « l'engagement du Président de la République de la revaloriser de 25 %, sur la durée du quinquennat. (...) En septembre 2012, l'AAH sera alors égale à 776 €, ce qui représente une hausse de 150 € de plus par mois par rapport au 1er janvier 2008 ».

    Le communiqué de presse gouvernemental "tombe" trois jours avant les manifestations nationale et régionales du 27 mars, organisées par le collectif Ni Pauvre Ni Soumis, pour réclamer la création d'un revenu minimum d'existence au moins égal au Smic pour les personnes en situation de handicap ou atteintes de maladies invalidantes...

    Pour lire la suite, cliquez ici