02/12/2016

La FCPE 85 mène une enquête sur le manque d'AESH (Accompagnant des élèves en situation de handicap)

15203206_1195717997173234_1393035797534100271_n.jpgDepuis la rentrée 2016, la FCPE est régulièrement interpellée par des parents des écoles publiques et parfois aussi privées, sur le manque d'un AVS (auxiliaire de vie scolaire) renommé AESH (accompagnant d'élève en situation de handicap) pour leur enfant.

Comme l'APF, la FCPE a  interpellé les services de l'Education Nationale à chaque fois qu'elle avait connaissance d'un élève en attente de son AESH, malheureusement ils n'ont  pas connaissance de tous les manques.

Aussi la FCPE 85 propose aux parents du département, de remplir un questionnaire AESH : https://docs.google.com/…/1FAIpQLSeJ8npk-mLXr1TOCU…/viewf...

Les données remises sont bien sûr confidentielles et soumises au devoir de réserve.

Si vous avez connaissance d'une famille dans cette situation, n'hésitez pas à lui transmettre cette information afin qu'elle remplisse ce questionnaire.

L'objectif est de mieux recenser le nombre d'élèves sans AESH afin de  rappeler à l'état ses missions.

Source : Facebook - FCPE 85

21/09/2016

Inclusion scolaire : « Vingt ans de combat et toujours la galère. »

logo_faireface_mini_c.pngLe nombre de jeunes handicapés accueillis à l’école a doublé en dix ans. 77 % d’entre eux fréquentent ainsi un établissement ordinaire. C’est l’un des résultats du combat que mène, depuis 1996, la Fnaseph pour ouvrir l’école et la société civile aux jeunes handicapés. À l’occasion des vingt ans de la Fédération, bilan avec sa présidente, Sophie Cluzel. Lire la suite ici

Source Faire-Face

12/09/2016

Rentrée des enfants en situation de handicap, reportage sur France 3 et Ouest France

logo_F3-PDL_3D.jpg"Tous les enfant sont retournés à l'école le jour de la rentrée mais pas Martin...".¨Pour voir le reportage publié sur France 3 Pays de la Loire, le jeudi 8 septembre cliquez ici (début du sujet à 12,10mns)

 

ouest-france_logo.jpg

 

"Faute d'aide de l'état, Tahiry est privé d'école" . Pour voir l'article publié dans Ouest France, page  La Roche Agglomération, des 10 et 11 septembre, cliquez ici

 

 

31/08/2016

Rentrée scolaire des enfants en situation de handicap 2016 : décalage entre le discours de la Ministre et la réalité du terrain

index.jpgCinq familles nous ont appelé pour nous informer que leur enfant en situation de handicap n'aura pas d'AVS à la rentrée malgré la notification de la MDPH. Les écoles, où sont scolarisés leurs enfants, les ont informés que l'inspection académique n'autorise plus d'embauche d'AVS faute de budget.

Lors d'une interview ce matin sur RTL, la journaliste a interrogé Najat Vallaud-Belkacem sur la situation des enfants en situation de handicap et lui a fait part de l'appel d'une maman dont l'enfant n'a pas d'AVS pour la rentrée.

Selon la ministre : " il s'agit là d'un dysfonctionnement.... Il ne faudrait pas que ce cas là occulte ce que fait le gouvernement depuis le début du quinquennat pour les enfant en situation de handicap, 11 000CDD d'AVS vont être transformés en emplois durables... 25 % d'enfants en situation de handicap scolarisés en plus depuis le début du quinquennat..

A l'entendre, on pourrait penser qu'il s'agit d'un cas isolé. Force est de constater que d'autres familles sont concernées. Pour écouter l'interview cliquer ICI ci-dessous, aller à 10,25 minutes.

Si l'AVS de votre enfant n'est pas présente le jour de la rentrée, cliquez ici pour connaitre les 1ères démarches à effectuer et contactez nous au 02 51 37 03 47 (si vous habitez la Vendée).

 

 

26/08/2016

pas d'AVS : Mise en demeure de l'Inspection d'Académie de Vendée de respecter la notification de la CDAPH

Si le jour de la rentrée l'AVS n'est pas présente auprès de votre enfant, agissez sans attendre !

faites valoir droits.jpgLa CDAPH (Commission des Droits et de l'Autonomie) a reconnu que votre enfant a besoin d'être accompagné d'un AVS (Auxiliaire de Vie Scolaire) pour sa scolarité en milieu ordinaire, mais l’Éducation Nationale ne respecte pas ou seulement partiellement la notification.

L’Etat est tenu d’une obligation d’offrir à l’ensemble des enfants une prise en charge éducative adaptée à leurs aptitudes et à leurs besoins, notamment par le biais d’aides humaines. Il s’agit d’une obligation de résultat comme le rappelle la circulaire du Ministère de l’Education nationale n°2009-135 du 5 octobre 2009 « l’Etat a, en matière de réponse aux besoins d’accompagnement scolaire des enfants handicapés, une obligation de résultat ».

C’est l’Etat, par le biais de son Ministère de l’Education Nationale et plus spécifiquement du Directeur Académique des services l’éducation nationale (DASEN), qui a l’obligation de recruter les auxiliaires de vie scolaire ou d'en autoriser le recrutement pour les établissements privés. Cela est d’ailleurs confirmé par la circulaire du ministère de l’éducation n° 2004-117 du 15 juillet 2004.

Aussi, en l'absence d'AVS, ou de présence partielle, vous pouvez mettre la DASEN en demeure d'appliquer la notification de la CDAPH. Celle-ci dispose de deux mois pour  exécuter la décision de la CDAPH, ou répondre par un refus d'appliquer la décision. 

En cas de refus, ou en cas de silence pendant deux mois valant refus, vous pourrez engager une procédure devant le tribunal administratif, via une requête en référé suspension.

Nous vous proposons donc des modèles de mise en demeure :

- en cas d'absence totale d'AVS

- en cas d'absence partielle d'AVS quantifiée

- en cas d'absence partielle non quantifiée

- copie au Préfet, représentant de l’État

Parallèlement vous pouvez alerter différents acteurs :voir ici

 

16/12/2015

Guide de scolarisation pour les enfants malades et handicapés

ob_b22f67_rubon39.gifIl y a quelques jours nous vous proposions un guide pour les grandes écoles (voir ici). Aujourd’hui, encore un guide, mais pour les plus jeunes …
Nous n’en sommes qu’à la fin du 1er trimestre et il peut paraitre un peu tôt pour penser à la rentrée. Mais puisque qu’il s’agit d’un fait d’actualité, pourquoi ne pas l’aborder ici ? Lire la suite ici. 

Source : "BIP, le Blog des parents d'enfants en situation de handicap" 


19/11/2015

Un guide pour la scolarisation des enfants en situation de handicap

2487124021.pngEn accord avec les pouvoirs publics la MAIF a édité un Guide pour la scolarisation des enfants et adolescents en situation de handicap, car comme cela a été dit et redit, la scolarisation des élèves handicapés constitue une priorité nationale.

Depuis la mise en œuvre de la loi du 11 février 2005 et même avant, de réels progrès ont été effectués mais il reste encore beaucoup à faire même si et peut-être même parce que le nombre d'élèves accueillis dans les écoles et les établissements scolaires a connu une augmentation significative...

Pour lire la suite, cliquez ici

Source : BIP, le blog des parents d'enfants en situation de handicap

01/07/2015

Vu sur France 3 Pays de Loire : Nantes : pour Gabin et les autres, le cri du coeur d'Astrid sur Facebook

dsc02039_copie.jpgAstrid est la maman de Gabin. Son enfant "autrement", comme elle l'appelle... Lasse de devoir se battre pour "justifier la maladie de (son) fils", elle a lancé un cri du coeur sur Facebook il y a une dizaine de jours. Depuis, 140 000 internautes ont partagé son post.

Lire la suite ici : sur France 3 Région Pays de la Loire

Rejoindre Astrid sur Facebook : cliquez ici

Rappelons qu'en Vendée aussi la situation est catastrophique. A l'automne 2013, nous avions réalisé un état des lieux sur la scolarisation des enfants en situation de handicap, voir ici.

Nous restons mobilisés autant sur les accompagnements individuels, voir ici ou ici, que sur les actions collectives avec 8 autres associations qui interviennent dans le champ du handicap, voir ici.

Pour lire tous nos articles sur la scolarisation, cliquez ici

Pour nous contacter, cliquez ici

 

 

 

27/06/2015

Faire valoir les droits des enfants en situation de handicap, une priorité pour la délégation APF de Vendée

C’est avec grand plaisir que nous partageons ce message qui vient de nous être adressé par une maman que nous avons accompagnée l’année dernière :

« Je reviens vers vous pour vous annoncer une excellente nouvelle pour mon fils Hugo.

 Enfin ilest admis dans un IME en septembre, tout n'est pas perdu, il faut être tenace,savoir, avoir le courage de se faire aider.

 Je tiens à vous remercier de tout cœur pour toute l'aide que vous nous avez apportée, ce grand soutien ou on se sent moins seul face à l’indifférence, merci, merci beaucoup. Et merci à toute l'équipe »

En effet, en juillet 2014, Madame avait fait appel à notre délégation APF, car depuis deux années déjà l’orientation de son fils en IME n’était pas respectée. L’inspection académique avait, en plus, décidé sans aucune concertation avec la famille, que le petit Hugo devait quitter la CLIS ou il était scolarisé, en raison de son âge.

Notre association avait alors saisi l’ARS et l’Inspection académique de Vendée afin qu’une concertation soit engagée entre les services : la famille exigeait, à juste titre, soit une entrée en IME soit un maintien en CLIS par défaut de place en IME.

Le maintien en CLIS avait finalement été accordé en aout 2014 par la Direction Académique des services de l’Education Nationale, tandis que l’ARS s’était engagé à ce qu’Hugo intègre un IME pour la rentrée scolaire 2015/2016.

Ce qui est chose faite. Nous nous félicitons donc de cette bonne nouvelle pour le petit Hugo et sa maman !

Si vous aussi vous rencontrez des difficultés, n’hésitez pas à prendre contact avec notre délégation au 02 51 37 03 47.

09/06/2015

Trop d’enfants handicapés sans solution éducative selon l’Unicef

Capture-d’écran-2015-06-07-à-12.39.29-660x330.pngUn rapport de l’Unicef publié mardi 9 juin interpelle le gouvernement sur l’application de la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE) en émettant 36 recommandations. L’une d’elles concerne spécifiquement les enfants en situation de handicap.

« Instaurer des passerelles entre les différents systèmes de prise en charge et d’accompagnement des enfants en situation de handicap afin d’introduire plus de souplesse administrative et de fluidité dans les parcours. Instaurer un droit au diagnostic précoce et à un accompagnement approprié. Reconnaître par des mesures concrètes un droit au répit pour les familles. » Voilà le contenu de la recommandation n°8 du Rapport Alternatif de l’UNICEF France, baptisé « Chaque enfant compte, partout tout le temps » qui est rendu public ce 9 juin.

lire la suite ici, source : www.faire-face.fr

 

 

29/04/2015

Pas de place en Sessad pour une fillette handicapée, l’État condamné

Aurore,douze ans, scolarisée en milieu ordinaire, n’a pas obtenu de place en Service d’éducation et de soins à domicile (Sessad) pendant un an. L’État vient d’être condamné à l’indemniser, elle et ses parents. Un jugement qui pourrait conforter les actions en justice d’autres parents et enfants confrontés au même problème.

C’est une première mais certainement pas une dernière. Il y a quelques semaines, le Tribunal administratif de Poitiers a condamné l’État à indemniser une jeune fille handicapée et ses parents parce qu’il ne lui avait pas octroyé une place en service d’éducation et de soins à domicile (Sessad).

Lire la suite sur Faireface.fr

En Vendée, les derniers chiffres connus font état de 271 places manquantes en SESSAD. Des enfants restent sans aucune prise en charge pendant parfois 4 ans !

Si votre enfant ne bénéficie pas de place en SESSAD, n'hésitez pas à nous contacter : nous vous accompagnerons pour faire valoir vos droits auprès du tribunal.

04/03/2015

1 école sur 4 interdite aux enfants en situation de handicap moteur !

2015-03-04 Ouest France - écoles inaccessibles - Copie.jpg

trouvé dans Ouest France

11/02/2015

L'Education Nationale méprise les enseignants en situation de handicap

Luce est enseignante. Elle a réalisé un petit film pour illustrer le mépris de l'Education Nationale envers ses personnels en situation de handicap, mépris dont elle a été victime.

31/01/2015

Handicap à l'école : l'Etat condamné. Article Ouest-France du 29 janvier

Pour lire l'article, cliquez sur l'image

2015-01-30_ article OF compressé.jpg

 

11/12/2014

Antoine a enfin fait sa rentrée scolaire: une rentrée tardive mais un grand soulagement pour toute une famille

Souvenez vous, fin octobre 2014 nous avions diffusé un témoignage poignant d'une maman dont le petit garçon ne pouvait être scolarisé faute de présence d'une AVSI (voir ici).

Nous nous étions saisis très rapidement du dossier et avions remis en main propre à la Directrice des Services de l'Education Nationale, le courrier de mise en demeure rédigé par la famille, lors d'une réunion, le 4 novembre 2014.

Le 7 novembre 2014, la directrice de l'Ecole d'Antoine recevait l'accord de l'Education Nationale pour recruter l'AVS tant attendue.

Un temps de recrutement étant nécessaire, Antoine a pu intégrer sa classe le 1er décembre dernier et ce, avec beaucoup d'entrain et d'enthousiasme.

La maman à tenu à nous adresser un petit message de remerciement:

" J'ai encore du mal à réaliser, mais ça y'est l'AVS est en place. Antoine, est heureux, je le sens très stimulé par toutes les activités proposées par l'école. Mon mari et moi même tenions à remercier chaleureusement l'APF de la Roche sur Yon et particulièrement Julie Racaud, pour son accueil, sa compétence et son soutien. Sans l’aide de Julie,  ce dénouement n'aurait certainement pas eu lieu."

 

Si comme cette maman, vous rencontrez des difficultés, n'hésitez pas à nous contacter au 02 51 37 03 47.

24/11/2014

La pensée de la semaine...

Quand l'injustice devient loi, la résistance est un devoir.

citation injustice banderolle APF - Copie.jpg

20/11/2014

C'est la Ministre de l'Education Nationale qui le dit !

"Les enfants ont des droits. Aux adultes de garantir leur respect."

Najat_Vallaud_Belkacem web petit.jpg"Dénoncer ce qui dans le monde foule du pied les droits de l’enfant, agir pour surmonter les freins qui subsistent,  je le faisais comme ministre des droits des femmes, notamment pour combattre les violences. Je m’y emploie aujourd’hui à l’Éducation nationale, tant il est vrai qu’il n’y a pas de respect des droits de l’enfant sans éducationet que l’inverse est vrai: il n’y a pas d’épanouissement possible des élèves et des jeunes si leurs droits essentiels sont déniés. L’enfant a des droits. Aux adultes d’en garantir le respect."

Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

Ca c'est la très louable déclaration. Ici, la très lamentable réalité.

Trouvé sur le site du Ministère de l'Education Nationale, ici

19/11/2014

Journée internationale des droits de l'enfant : les associations vendéennes dénoncent

Ce jeudi 20 novembre 2014, c'est la journée internationale des Droits de l'enfant et le 25ème anniversaire de l'adoption de la Convention Internationale des Droits de l'enfant par 140 pays, dont la France.

La Convention internationale des Droits de l’Enfant (CIDE) est un traité international adopté à l'unanimité par l’Assemblée Générale des Nations Unies, le 20 novembre 1989. Il ne s'agit pas d'une déclaration mais d'une convention : cela signifie qu'elle est contraignante pour l'Etat, qu'il a obligation de la mettre en œuvre.

2014-11-19 conf presse droits enfants.jpgA l'occasion de cet anniversaire, 7 associations vendéennes ont uni leurs voix pour dénoncer les manquements quotidiens aux droits de l'enfant en Vendée. Une conférence de presse s'est tenue cet après-midi avec Réseau Education Sans Frontière, AMNESTY International, CIMADE, SOS Familles EMMAÜS, la Ligue des Droits de l'Homme, pastorale Migrants, et l'APF.

Après avoir rappelé les 4 principes fondamentaux de cette Convention, dont la non discrimination et l'intérêt supérieur de l'enfant, SOS Familles EMMAUS a rappelé que la France fut le 2ème Pays à signer cette Convention.

Le 10 octobre dernier, le Président de la République réaffirmait la détermination de la France pour agir pour la protection effective des droits des enfants.

Pour autant, EMMAUS constate la violation régulière des droits des enfants en Vendée.

31 000 enfants survivent sans domicile fixe en France, et en Vendée des enfants dorment actuellement dans la rue, dont 9 à La Roche sur Yon.

EMMAUS et la CIMADE dénoncent le scandale du 115 géré par l'association Passerelles, qui n'accorde que 3 nuits d'hébergement par mois aux familles sans domicile. Les 27 autres nuits les enfants sont à la rue. Au delà d'être totalement contraire à la loi, contraire à la dignité des familles et à l'intérêt supérieur des enfants, cette pratique prive les enfants de stabilité et les place en constante insécurité.

RESF se révolte d'avoir du agir en urgence lundi dernier à Fontenay-le-Comte alors qu'une autre association, l'AREAMS, a voulu mettre à la rue une famille avec un enfant. Le Préfet de Vendée a présenté le 17 octobre dernier le concept de logement-relais, mais concrètement aucun logement-relais n'a été proposé à cette famille.

La CIMADE s'offusque que des enfants logés dans un squat de La Roche sur Yon soient privés de chauffage et d'électricité depuis que la ville, propriétaire des murs, a fait couper l'électricité, rendant leurs conditions de vie encore plus indignes qu'elles ne le sont déjà. Elle rappelle qu'à La Roche sur Yon il n'existe aucun lieu pour que les enfants sans domicile puissent manger et se doucher. Le déjeuner pris à la cantine est souvent le seul repas pour ces enfants qui se retrouvent sans rien durant les vacances scolaires.

EMMAUS rappelle que "lorsqu'on traite correctement les enfants, on évite de les traumatiser pour les 2 générations à venir"

RESF condamne l'absence d'anticipation de l’Éducation Nationale à accueillir les 50 mineurs isolés en Vendée, redéploiement voulu par l'Etat depuis 2013. Nombre de ces jeunes ne sont pas scolarisés faute de place, alors que c'est une condition à l'obtention de leur titre de séjour ! Ces jeunes se retrouvent exclus du système, désœuvrés, et restent dans leurs familles d'accueil sans autre perspective que celle d'attendre 3, 4, parfois 6 mois...

La CIMADE condamne l'enfermement récent de 4 enfants en Centre de Rétention sur ordre du Préfet de Vendée, alors que l'incarcération des mineurs est strictement interdite par la convention.

L'APF dénonce la discrimination faite aux enfants en situation de handicap en matière de scolarisation, ainsi que le droit à la santé qui n'est pas respecté faute de moyens suffisants mis en œuvre sur le département, tant par l'Education Nationale que par l'Agence Régionale de Santé. Pour lire le communiqué de presse de l'APF, cliquez ici

Pour conclure ce bilan affligeant, les associations ont fait le vœux que les institutions vendéennes et la représentation de l'Etat en Vendée fassent preuve d'une réelle volonté pour que les enfants voient leurs droits respectés en Vendée, car tout n'est que question de volonté.

Pour en savoir plus sur la Convention Internationale des Droits de l'Enfant, cliquez ici

31/10/2014

Le choc de simplification : pourvu qu'il traverse la frontière Vendéenne !

Un message de notre gouvernement à découvrir avec délice et gourmandise, tant la promesse est grande. Nous on prend tout !

Il s'agit de Thierry Mandon, Secrétaire d'Etat à la réforme de l'Etat et à la simplification, auprès du Premier Ministre.
Il nous parle du choc de simplification. Extraits :

"Le choc de simplification est une politique qui doit devenir maintenant une priorité de tout le gouvernement" (chouette, donc tout ce qui suit ça concerne aussi le Ministère de la santé (et donc du handicap), de l'éducation Nationale, du travail, etc...)

"Plus que le redressement économique il y a le redressement démocratique car la politique de simplification c'est une politique qui rapproche les Français de leurs administrations" (on va en parler à la maman du petit Antoine : avec le choc de simplification, la DASEN devrait finir par lui répondre au téléphone)

"C'est une politique qui donne aux administrations enfin le pouvoir de dire OUI, plutôt que celui de dire non, de refuser" (on va aussi en parler à la maman d'Antoine : la DASEN devrait enfin pouvoir lui dire "OUI" on va respecter les droits de votre enfant, "OUI" on va respecter la notification de la MDPH, "OUI" votre enfant va être scolarisé, "OUI" on va recruter une AVS.   Et puis on va en parler à l'ARS, car elle devrait enfin pouvoir nous dire "OUI" on va créer toutes les réponses nécessaires à la prise en charge des 479 enfants vendéens laissés sur le carreaux par notre administration)

C'est une politique qui donne aux citoyens le moyen de participer à l'élaboration des politiques publiques car toutes les actions sont mises en œuvre sur le mode collaboratif, c'est-à-dire la coproduction associant l'Etat, ses administrations et les citoyens (Merci au choc de simplification : Plus personne ne devrait dorénavant nous envoyer paître lorsque l'on parle de notre volonté de coconstruire, par respect pour leur Ministre...)

 


La simplification, c'est une coproduction de l... par gouvernementFR

Une solution pansement imposée par l'Education Nationale : récit d'une maman en colère

 Une maman désespérée et en colère a décidé de rendre publique la situation de son petit garçon qui est privé d'école à cause de l'Education Nationale en Vendée. Cela fait 2 mois qu'Antoine est déscolarisé parce qu'il n'y a plus d'argent dans les caisses de la DASEN pour embaucher une auxiliaire de vie scolaire... Et 2 mois que la maman a du cesser de travailler... Elle nous a communiqué une photo pour que son petit garçon ne soit pas juste un nom, une statistique, un "cas isolé" laissé pour compte par l'administration.

Antoine blog 2014-10-29 - Copie.JPG"Mon fils Antoine est âgé de 3 ans et demi, il souffre d'un retard moteur et psychomoteur ainsi que de troubles de l'élocution. Pour préparer son entrée en classe de petite section maternelle en septembre 2014, nous avons déposé une demande d'Auxiliaire de Vie Scolaire Individuelle (AVSi) à la MDPH de Vendée. Mi-septembre, nous avons obtenu la décision de la CDAPH, qui reconnaissait un besoin d'accompagnement individualisé pour notre petit garçon à hauteur de 13h/ semaine.

15 jours après l'obtention de l'accord de la CDAPH, la Directrice de l'école n'avait toujours pas de retour de l'Education Nationale pour recruter une Avsi. Elle a donc joint la Direction Académique pour savoir ce qu'il en était.

Une responsable en charge des enfants en situation de handicap lui a alors indiqué qu'il n'y avait pas d'argent pour financer ce poste et que l'Avsi déjà en place pour un autre élève de sa classe devra assurer l'accompagnement pour les deux enfants.

D'après cette personne, nos enfants doivent se partager la même AVSi, sachant que nos deux enfants auraient du être scolarisés sur les mêmes temps scolaires, c'est-à-dire, 4 matinées par semaine pour optimiser leur apprentissage.

Sans une Avsi entièrement dédiée à mon petit garçon, il m'est impossible de le scolariser.

Antoine a des besoins multiples, allant de la nécessité d'avoir une aide pour tenir un crayon, pour maintenir sa concentration, pour marcher (perte d'équilibre), apprendre les règles de vie, aller aux toilettes, retirer ses vêtements (blouson...).

Il est dépendant d'une tierce personne et à besoin d'être toujours stimuler pour évoluer.

Sans Avsi, Antoine est donc privé d'école depuis la rentrée scolaire, cela fait 2 mois.

Cette situation m'est insupportable, car Antoine demande sans cesse d'aller à l'école. D'un autre côté, accepter qu'Antoine soit scolarisé avec l'AVSi d'un autre enfant signifie mettre en danger nos deux enfants, tant l'attention qu'ils requièrent est importante. Je n'imagine pas non plus priver partiellement un enfant de son Avsi, alors que ses besoins ont également été reconnus par la MDPH de Vendée.

De quel droit la Direction Académique transforme-t-elle une Avs individuelle en Avs mutualisée ? De quel droit l'Education Nationale se permet-t-elle d'ignorer les besoins de nos enfants alors que la MDPH a mis des mois à les évaluer ?

En réaction à ce positionnement de la Direction Académique, nous avons formulé avec l'autre famille concernée le 7 octobre dernier un courrier de mise en demeure de la DASEN afin qu'Antoine puisse disposer de l'accompagnement dont il a besoin et qui lui est reconnu. Parce qu'en attendant, j'ai du cesser mon activité professionnelle pour de m'occuper à 100% d'Antoine à la maison.

A ce jour, notre courrier est resté sans réponse, ce que nous déplorons. Nous ne savons pas si le dossier d'Antoine est à l'étude ou bien si celui-ci a été classé comme résolu par l'Education Nationale. Et le pire, c'est que nous ne parvenons à joindre personne, l'Inspection Académique étant fermée durant les périodes scolaires !!

Aujourd'hui, j'ai le sentiment qu'il y a une réelle volonté d’empêcher les enfants en situation de handicap de vivre et de grandir comme les autres. Malgré des notifications, l'administration ne leur donne pas toujours le temps, ni les moyens nécessaires pour progresser. Est-ce à cela que ressemble l'école inclusive ?

Nous sommes déterminés à engager toutes les démarches nécessaires pour qu'Antoine puisse avoir son Avsi. Je sais que nous pourrons compter sur le soutien de l'APF pour cela. En attendant, je garde tout de même l'espoir qu'une Avsi soit nommée en Novembre 2014..."

13/10/2014

L'inclusion scolaire en Vendée : c'est possible !

Ouest France publie un article sur l'expérimentation dont bénéficient 8 jeunes depuis le mois de septembre : une scolarisation adaptée en collège ordinaire, avec un dispositif médico-social conséquent. Le résultat de la mobilisation de nos 9 associations, de la volonté de l'ARS et du concours de la DASEN.

2014-10-09 OF IEM hors les murs web.jpg

Nous sommes satisfaits de la mise en place de ce nouveau dispositif qui reprend plusieurs de nos propositions, formulées lors de notre première réunion de travail avec la DASEN et l'ARS : voir ici, dont la prise en charge médico-sociale sur le temps scolaire et financement du transport par l'ARS.

Espérons que ce n'est que le début d'une école inclusive variée qui réponde au mieux aux besoins de tous les jeunes en situation de handicap. Nos 9 associations s'y attellent en tous les cas !

09/10/2014

"L'école est faite pour tous les enfants de la République" F. Hollande. Ben y'a plus qu'à alors.

Le Président de la République, François Hollande, a répondu aux questions des journalistes à l'issue de sa visite du Centre d’action médico-sociale précoce (CAMSP) de Soyaux.

Il déclare : "L'école est faite pour tous les enfants de la République"

Ben y'a plus qu'à, alors.

Parce qu'à ce jour, de trop nombreux enfants et jeunes en situation de handicap sont exclus de l'école du fait de leur handicap. Ils sont trop nombreux à être totalement déscolarisés.

04/09/2014

Billet d'humeur 185 de notre Yonnais en colère "Vive la rentrée !"

Avec un parcours comme celui de Madame Vallaud Belkacem, on ne peut qu'espérer que tout aille pour le mieux : voir ici

Son profil laisse aussi à penser qu'elle en sait quelque chose sur les discriminations !

Mais au vu des critiques dont elle fait l'objet par ses opposants et en particulier notre cher président du Conseil général, tiendra t elle ? (il qualifie sa nomination de "provocation" voir ici) C'est à souhaiter...

Parce qu'enfin, Monsieur le président, avouez tout de même que la situation des enfants z'handicapés est vraiment dramatique pour les familles vendéennes et déplorable quant au "laisser aller" flagrant et scandaleux qui règne dans notre beau département de la Vendée !

Alors, avant de critiquer, il serait peut-être bon d'agir... A l'image de ce que fait Madame Bulteau sur cette question ô combien difficile de la scolarisation des enfants z'handicapés, par exemple !

A la semaine prochaine

Mot n° 185 : "de"

03/09/2014

Lettre ouverte au Président de la République

"Je suis l’aînée d’une famille de 5 enfants (ouais mes parents ont bien bossé) et parmi les 5 enfants, j’ai un frère de 21 ans qui est handicapé mental. Il a une maladie génétique proche de l’autisme (Syndrome X Fragile; je vous expliquerai en détails si ça vous intéresse) et mon frère va devoir quitter son établissement spécialisé pour un "projet de vie adulte" (selon les mots des "professionnels") mais le problème Monsieur, c’est qu’il n’y a pas de place dans le peu d’établissements qui sont adaptés pour lui…les listes d’attente se comptent en dizaine d’années…  Et il n’est pas le seul vous savez. Veille de rentrée scolaire il y a plein de petits enfants handicapés mentaux qui n’ont pas d’école, pas d’établissements, qui restent en marge …et qu’on envoie balader. Des parents qui se battent, qui se mettent en précarité pour s’occuper de leurs enfants.

...

Alors l’égalité des chances, la justice sociale, je ne peux pas m’empêcher d’avoir des doutes… On ne part pas tous armés de la même façon dans la vie…. Et là où je veux en venir dans ce grand étalage confus, c’est que j’aimerai bien que vous et vos ministres et tous les autres qui gravitent avec vous, autour de vous, de gauche comme de droite, arrêtiez de prendre le peuple pour des demeurés.

Moi j’ai l’impression profonde qu’on prend les gens pour des cons. Moi compris évidemment.J’ai l’impression que tout ce qui se passe c’est du bla bla bla.

...

Pour info j’avais essayé de sensibiliser votre ministre de la santé et sa secrétaire aux personnes handicapées : Mme Segolène Neuville – j’ai même crée une pétition et un blog de témoignages de parents, etc. … vous devriez jeter un oeil  (vous hein pas vos chargés de com’ et autres conseillers) – je vous laisse aller voir la page facebook :https://www.facebook.com/uneviedigne

Mais le mieux c’est de consulter ma pétition (d’ailleurs si vous voulez la signer j’en serai très honorée) : https://www.change.org/p/une-vie-digne-signez-pour-une-vie-digne-des-handicap%C3%A9s-mentaux-en-france

..."

Pour lire l'intégralité de cette lettre à coeur ouvert, cliquez ici

Lettre à Madame la Ministre de l'Éducation Nationale ... Scolarisation des enfants handicapés

"Madame la Ministre de l'Education Nationale,

Aujourd'hui on a pu entendre beaucoup de reportages sur la rentrée scolaire des petits Francais et notamment sur les nouveaux rythmes scolaires mais on a peu ou pas entendu de reportages sur la rentrée des petits élèves souffrant d'un handicap.
Aussi, il me semble important aujourd'hui de vous faire part de notre témoignage concernant la rentrée de notre fils handicapé moteur.
En effet,ce matin, Louis était impatient de découvrir sa nouvelle école, ses nouveaux copains, sa maîtresse bien sûr aussi .
...
On demande sans cesse à ces enfants et à leurs familles d'être "'patients"', et accaparés par leur quotidien souvent compliqué, ils n'ont d'autres choix en effet que de patienter en se démenant pour trouver eux mêmes des solutions ...
...
Pourtant lorsqu'on a la chance de vivre aux côtés d'un enfant extra-ordinaire, on apprend vite qu'aucune montagne n'est infranchassable, alors j'ai bon espoir qu'un jour les seuls soucis de nos enfants, le jour de la rentrée, seront de savoir si leur meilleur copain est dans leur classe, si la maîtresse sera gentille, si la couleur de leur trousse est bien assortie à leur cartable, comme tous les autres enfants en fait ..."
 

02/09/2014

Scolarisation : qui contacter en cas de difficultés ?

 faites valoir droits.jpgVous rencontrez des difficultés pour la scolarisation de votre enfant au sein de l'Education Nationale ? Différents interlocuteurs peuvent être sollicités :

 Le Directeur de la MDPH

 La MDPH est le lieu unique d'information, d'évaluation des besoins et d'orientation. La MDPH doit notament veiller à l'effectivité de la décision qu'elle a rendue. L'orientation de votre enfant vers un établissement médico-social peut se faire avec votre accord : elle ne peut vous être imposée.

mdph@vendee.fr

La Directrice Académique des Services de l’Éducation Nationale

L’Éducation Nationale a, en matière de scolarisation, une obligation de résultat.

La loi du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées affirme le droit pour chacun à une scolarisation en milieu ordinaire au plus près de son domicile, à un parcours scolaire continu et adapté. Les parents doivent être étroitement associés à la décision d'orientation de leur enfant et à la définition de son projet personnalisé de scolarisation (P.P.S.)

ce.0850053w@ac-nantes.fr

Les médiateurs de l’Éducation Nationale

Le médiateur académique est une personnalité qualifiée, indépendante et impartiale, qui intervient gratuitement et instruit les dossiers en toute confidentialité. Il aide à résoudre les litiges persistants entre des usagers ou des personnels et les services, les écoles ou les établissements (publics et privés) de l'académie relevant des ministères de l'Éducation nationale et de l'enseignement supérieur.

Deux médiateurs officient dans l'académie de Nantes : Achille Villeneuve et Guy Renaudeau.

Téléchargez ici le formulaire de saisine

mediateur@ac-nantes.fr

Aide Handicap Ecole

"Aide Handicap École" a été mis en place par le ministère de l'Education en août 2007 au regard des difficultés rencontrées par les familles pour la scolarisation de leurs enfants. Ce service aide les parents dans leurs relations avec les services scolaires pour obtenir des informations et réponses concrètes.

Aide Handicap École
0810 55 55 00

(communication facturée au tarif d'un appel local)
du lundi au vendredi, de 9h à 12h et 13h30 à 17h

aidehandicapecole@education.gouv.fr

Le Délégué du Défenseur des Droits et charge de la défense des droits des enfants

Les délégués peuvent traiter, par la voie du règlement amiable, les réclamations relevant de la compétence du Défenseur des droits dans les domaines des relations avec les services publics, de la défense des droits de l'enfant et de la lutte contre les discriminations.

Daniel TRAN : 02 51 36 72 13, assure des permanences chaque vendredi à la Préfecture de Vendée

daniel.tran@defenseurdesdroits.fr

Le Préfet

Le Préfet est le représentant direct du Premier ministre et de chaque ministre dans le département. Il peut donc être sollicité en tant que représentant du Ministre de l'Education Nationale.

prefecture@vendee.gouv.fr

Les associations de parents d'élèves

Pour le public : la FCPE, Fédération des Conseils de Parents d'Elèves : fcpe85@free.fr

Pour le privé : l'APEL, Association de Parents d'Elèves de l'Enseignement Libre : apel85@ddec85.org

Et bien entendu, l'APF vous soutiendra dans vos démarches : n'hésitez pas à nous contacter au 02 51 37 03 47, dd.85@apf.asso.fr

01/09/2014

Manque de place médico-sociale : appelez le 119 "Enfance en danger"

Votre enfant n'a pas de place en structure médico-sociale (IME, IEM, SESSAD, etc) malgré une notification de la MDPH ? Votre enfant est menacé de déscolarisation du fait de son handicap, et faute de moyens suffisants mis en œuvre par la DASEN ou l'ARS ? Il ne bénéficie pas des soins nécessaires ?

Saisissez le 119 "Allo enfance en Danger"

un numéro gratuit 7 jours/7

Et n'hésitez pas à nous contacter : 02 51 37 3 47 - dd.85@apf.asso.fr

119_sos_enfants_en_danger_ok_0.jpg

26/08/2014

La nouvelle Ministre de l'Education Nationale déjà invitée en Vendée !

Najat_Vallaud_Belkacem web petit.jpgA peine nommée dans le nouveau gouvernement en tant que Ministre de l’Éducation Nationale, et déjà invitée en Vendée "pour voir de près la situation scolaire des élèves porteurs de handicap" ! Najat Vallaud-Belkacem répondra-t-elle à l'invitation ?

sylviane bulteau facebook.jpgMais qui adonc lancé cette audacieuse invitation ? Qui est donc si investie sur ce thème, et si réactive allez-vous nous demander amis blogueurs ? Et bien c'est notre Députée Sylviane Bulteau, fidèle à ses engagements et ses idées !

L'invitation a été lancée via twitter, et nous sommes impatients de la réponse à venir...

2014-08-26 twit S Bulteau.jpg

23/07/2014

Manque de structures médico-sociales en Vendée : la FCPE et SNUipp dénoncent, le Conseil Général enfonce !

Le 9 juillet dernier, la FCPE Vendée et  le SNUipp-FSU 85 ont vivement interpellé par courrier la Directrice Générale de l'Agence Régionale de Santé (ARS) des Pays de la Loire, et diffusé un communiqué de presse. Voir ici.

La Fédération des Conseils des Parents d’Élèves et le syndicat d'enseignants dénoncent le cruel manque de places en structures médico-sociales notamment en Institut Médico Educatif (IME), le non respect des droits des enfants et l’extrême violence des décisions alternatives imposées.

Ils demandent à la Directrice de l'ARS de prendre des mesures urgentes pour assurer à tous les enfants une rentrée scolaire dans une structure adaptée à leurs besoins.

Questionné par Ouest France, le Conseil Général, en la personne de Gérard Villette, Président de la commission Solidarité Famille, également Président de la MDPH, ne mâche pas ses mots ! (cliquez sur l'image pour l'agrandir). Tout cela ajouté à la mobilisation de 9 associations sur le département, de la Députée Sylviane Bulteau, et de nombreuses familles bien décidées à faire respecter les droits de leurs enfants, nous ne pouvons que penser que les choses vont avancer.

2014-07-21 OF manque place ESMS réaction CG - Copie.png

22/07/2014

Sylviane Bulteau, Députée active, interpelle Ségolène Neuville sur le manque de structures médico-sociales

En Vendée, de nombreuses familles sont confrontées à des difficultés pour la prise en charge médico-sociale de leurs enfants en situation de handicap. En octobre dernier, 479 enfants étaient sans réponse adaptée dans notre département ! Voir les chiffres ici

3745387850.jpgSylviane Bulteau, députée de Vendée, a bien compris l'ampleur du désastre et la détresse des enfants et de leur famille : elle se mobilise depuis plusieurs mois pour faire bouger les choses : voir ici, et ici.

Après avoir reçu des parents dont le petit garçon n'a pas de place en IME, elle a interpellé la nouvelle secrétaire d'état chargée des personnes handicapées et de la lutte contre les discriminations, Ségolène Neuville, pour rappeler la situation catastrophique de la Vendée.Voir son courrier ici.

Nous saluons la mobilisation dans le temps de cette députée active et engagée qui agit en faveur des enfants en situation de handicap !

Et nous invitons les familles confrontées à des difficultés pour la rentrée prochaine à alerter leur député pour lui demander d'agir ! N'hésitez pas à nous faire part de votre situation en nous contactant au 02 51 37 03 47 ou dd.85@apf.asso.fr