02/05/2015

Accessibilité : en arrière toute !

Les AD'AP sont censés être la solution miracle trouvée par nos représentants politiques pour faire avancer l'accessibilité ? C'te bonne blague ! On n'y a jamais cru vu le contenu du dispositif, et les premiers effets déplorables apparaissent, comme la triste prévision qu'on en faisait...

En arrière toute !

Les collectivités qui étaient engagées dans la mise en accessibilité des transports et des ERP stoppent tout et recherchent tout ce qu'elles vont finalement pouvoir ne pas faire !

Merci les arrêts non prioritaires définis dans les AD'AP...

Si un arrêt de bus ne dessert pas 2 lignes, ou qu'il est à plus de 200 m d'un pôle générateur avec au moins 300 emplois ou d'un établissement de personnes âgées/handicapées pour ne citer que quelques exemples : plus d'obligation de rendre accessible ! Autant vous dire que ça représente un paquet d'arrêts dans les villes, et que celles qui gèrent des transports les recherchent consciencieusement.

L'art de tuer le développement du transport inter-urbain...

Pour les transports inter-urbain : obligation de ne mettre en accessibilité qu'un seul arrêt par commune ! Ca se passe de commentaire.

Transport scolaire, pour quoi faire ?

Pour les transport scolaires, plus aucune obligation ! Des travaux de mise en accessibilité seront éventuellement étudiés à l'unique condition qu'une famille d'un enfant en situation de handicap en fasse la demande expresse auprès du Département.

Nos élus ont du penser que les parents n'étaient pas assez en galère pour tout ce qui touche à la scolarisation et l'accès aux soins pour leur enfant, et se sont dit qu'en rajouter une petite couche était de nature à leur faire le plus grand bien.

Dites-nous que c'est pas possible, on vous croit sans sourciller !

Les responsables d’Établissements Recevant du Public (ERP) ont 1 an pour dire ce qu'ils comptent faire pour se mettre en accessibilité, et s'ils disent que ce n'est pas possible d'être accessible, pas de soucis, l'état prendra note.

L'art de dire que ce n'est pas possible, en toute bonne foi 

Des collectivités font réaliser leur diagnostic d'accessibilité des ERP dont elles sont gestionnaires par des salariés voire des bénévoles (plein de bonne volonté ça va de soit mais parfaitement incompétents en matière de connaissances techniques et légales) et rédigent leurs ADAP sur la base de leurs déclarations convaincue... C'est ainsi que nous pouvons entendre (oreilles sensibles s'abstenir) : "C'est bien d'aller voir sur place, on se rend compte que l'accessibilité pour les fauteuils c'est pas possible"

La Ministre Ségolène Neuville justifie les ADAP par "si vous demandez des choses trop compliquées, vous finissez par ne rien obtenir" C'est sûr qu'en ne demandant rien, on ne risque pas de se plaindre de ne rien obtenir ! On en a cauchemardé... notre Ministre l'a fait.

Les commentaires sont fermés.