Groupe de travail sur les transports

Sous l’impulsion de quelques personnes, APF France handicap de Vendée a mis en place un groupe de travail sur les transports. Une 1ère réunion s’est tenue le jeudi 21 février dernier.

Objectif 1er : se pencher sur la question de l’accessibilité aux transports interurbains en Vendée.

Merci à Séverine pour son témoignage sur son expérience personnelle.

 

20181026_174151.jpg

Témoignage de Séverine

photo_séverine_rivière.jpg

 

« Le matin, à 9 heures, trois fois par semaine, mes auxiliaires de vie m’emmènent à la gare routière pour emprunter un car de la région, de La Roche sur Yon à Aizenay. C’est une ligne du Conseil régional, couverte par Sovetours.

Mon employeur a accepté d’aménager mes horaires de travail en fonction de mes possibilités liées aux horaires de transport de Sovetours… En effet, je ne suis aujourd’hui plus présente sur des créneaux horaires où je l’étais auparavant. Ce qui peut être problématique pour lui à certains moments.

Il me faut ensuite emprunter un taxi, financé par l’AGEFIPH, pour faire le trajet d’Aizenay à Palluau. Idem pour le retour le soir, jusqu’à l’arrêt du car à Aizenay, puis vers La Roche sur Yon à la gare routière. Enfin, retour chez moi avec l’une de mes auxiliaires de vie.

Dans les nouveaux cars, j’ai constaté des problèmes d’accessibilité, tout d’abord au niveau de la rampe, trop raide, pour accéder à l’ascenseur, qui est, lui, très étroit. Ensuite, on arrive sur un espace où, pour les personnes à mobilité réduite en fauteuil, il y a deux emplacements dédiés.

Mais une personne handicapée comme moi, qui me déplace avec un déambulateur, il n’y a que des strapontins, et rien d’autre pour m’asseoir et me tenir. Donc je ne peux pas m’installer ici parce que j’ai des problèmes d’équilibre, d’autant que mes pieds ne touchent plus le sol…

Du coup le strapontin n’est pas du tout adapté à mon handicap. Donc je suis contrainte de prendre un siège comme tout le monde. Et pour accéder à cet endroit, il faut descendre une marche et puis en monter encore une autre au niveau du siège.

Voilà deux ans que je fonctionne comme ça, mais c’est vrai que ça demande de l’énergie. C’est de la fatigue.

Mais je veux absolument pouvoir continuer à travailler ! ... »

 

 

Bref ! un véritable parcours du combattant pour se déplacer.

Si vous aussi, vous souhaitez témoigner et apporter votre contribution pour que les choses avancent en matière de transport interurbain en Vendée, alors contactez-nous à la Délégation ( 02.51.37.03.47 ou sur dd.85@apf.asso.fr

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel