Accessibilité - Page 23

  • Les commerçants du Pont Morineau créent la colère des personnes handicapées

    IN-ACCESSIBILITE...

    199_01.jpgCe mercredi soir des militants de l'APF ont apporté leur réponse aux commerçants du Pont Morineau qui affichent fièrement leurs drapeaux si prometteurs devant leurs commerces : "A 2 pas tout est là !"

    ...RAS-LE-BOL !

    Certes, les services et commerces de proximité sont nombreux dans ce quartier (31), mais ils sont parfaitement inaccessibles pour 23 d'entre eux = 75%! Pharmacie, boucherie, boulangerie, primeur, tabac-presse, fleuriste, restaurant, coiffeur, agence de voyage, notaire, etc : impossible de faire ses emplettes quand on est en situation de handicap moteur. La faute aux marches à l'entrée.

    Sous l'impulsion d'un habitant excédé par ce qui ressemblerait presque à une provocation en cette période mouvementée dans le domaine de l'accessibilité, l'association a décidé de réagir. Elle ne veut pas laisser passer cette campagne de communication humiliante pour les personnes en situation de handicap, puisqu'elle leur rappelle que pour elles, dans le quartier, rien n'est accessible.

    "Ils afficheraient un "Dégagez y'a rien à voir" que ça ne serait pas plus choquant"

    Des affiches ont ainsi été scotchées sur les vitrine des commerces.

    2014-12-17 a 2 pas tout est la jaune - Copie.jpg

    Les personnes en situation de handicap veulent dénoncer ces commerçants qui par leur immobilisme participent à l'Apartheid Ergonomique évoqué par le Préfet Jean-Christophe Parisot, c'est à dire les commerces qui n'ont rien fait depuis 1975, ni depuis 2005 pour se rendre accessibles et cesser de discriminer une partie de la population.

    Les militants ont décidé d'agir en soirée pour ne pas avoir à supporter les explications des commerçants qu'ils entendent en boucle depuis des années : "Je ne suis que locataire, je ne peux rien faire" "Ca coute trop cher" "C'est pas possible" "On nous dit de ne rien faire et qu'on aura des dérogations" "Vous savez je suis sensible à votre situation, j'ai un membre de ma famille qui est handicapé" etc, etc, etc. RAS-LE-BOL !

    La colère monte, et ils n'ont plus envie de discuter. "Maintenant, nous allons agir, parce que le temps de la sensibilisation, du dialogue, de la patience, c'est terminé. Ça fait 40 ans qu'on explique, qu'on sensibilise, qu'on attend sagement que les choses avancent, que nos droits et notre dignité soient respectés et voilà le résultat. Un quartier entier nous est interdit, et ça ne choque personne. Quant à la concertation, regardez ce qu'en fait la Ministre Ségolène Neuville ! 140 heures de concertation pour... rien. RAS-LE-BOL !"

    Et d'enchaîner sur une promesse :"On ne laissera plus rien passer. On ne lâchera rien et on se mobilisera comme ça, localement, partout et autant que nécessaire. D'ailleurs, rendez-vous dès demain jeudi pour une autre action coup de poing !"

    Qu'on se le dise !

    DSCN5460 - Copie.JPG

     

  • A 2 pas tout est là ! Sauf pour moi.

    C'est bien de rappeler aux personnes en situation de handicap leur triste sort en apposant de tels drapeaux dans un quartier où les commerces sont parfaitement inaccessibles !

    199_01.jpg

  • Accessibilité : l'APAVE incite les commerçants à l'immobilisme et l'exclusion des personnes handicapées !

    "Dans certaines situations, il est urgent de ne rien faire, tant que les normes ne seront pas plus explicites", ainsi se termine l'article.

    Pour lire l'article, cliquez sur l'image ci dessous

    Article 2 ouest France du 12.12.2014 web.jpg

     

  • Colère de l'Association des Paralysés de France. Article Ouest France du 12 décembre 2014

    Pour lire l'article, cliquez sur l'image ci-dessous

     

    Article 1 ouest France du 12.12.2014 web.jpg

     

     

     

  • Piétons, poussez-vous, les vélos arrivent sur les trottoirs ! article "le Monde.fr" du 8 décembre

    emoticones-furieux-052.gifExtrait :

    "Nous ne sommes pas là pour protéger les plus faibles, la vieille dame va apprendre la mixité, elle deviendra attentive aux vélos. Si on craint un coup de guidon, il ne faut plus sortir de chez soi." dixit Patrick Jacquot, président de la commission "deux roues, deux roues motorisés" du Conseil national de la sécurité routière (CNSR), instance de conseil du gouvernement en matière de sécurité routière,

    Lire l'intégralité de l'article cliquer ici