Bénévolat - Page 5

  • Les bénévoles du mois : Sandrine et Françoise

     2013-10_photo_françoise_nicou_&_sandrine_le_droit.jpgSandrine, Françoise, racontez-nous comment vous êtes arrivées à l’APF

    Sandrine : Il y a 3 ou 4 ans, lors d’une conférence sur les troubles DYS, j'ai rencontré Stéphanie, la Directrice de l’APF Vendée. Très vite elle m’a accompagnée dans mes démarches pour mes fils Dylan et Kilian qui n'étaient pas scolarisés comme il fallait...

    Après plusieurs mois de combats, la situation s’est enfin améliorée et j'ai rejoint les rangs de l’APF pour défendre tous les autres enfants…

    Françoise : Mon fils Alexandre rencontrait d’importantes difficultés à être scolarisé dans de bonnes conditions. Je remettais plein de choses en cause et je me posais beaucoup de questions sur l’avenir d’Alexandre.. . Sandrine m’a alors parlé du rôle que pourrait jouer l’APF pour nous aider. J’ai alors pris contact avec la délégation…

     Que faites-vous à l'APF ?

    Sandrine : Je participe localement à la collecte des téléphones portables usagés pour aider l'association à développer ses ressources. J’ai eu aussi l’occasion de participer à l'organisation de la Fête du sourire à Mouilleron en Pareds en compagnie d’André Milet.

    Plus récemment, j’ai fabriqué des cercueils pour la manif du 27 septembre devant la Préfecture de Vendée, sur les problèmes de scolarisation des enfants en situation de handicap sur le département.

    Françoise : Je suis beaucoup plus jeune que Sandrine dans mon engagement à l’APF. Durant cet été, avec elle, j’ai aussi fabriqué des cercueils !

    Que retirez-vous de votre action bénévole au sein de notre Délégation Départementale ?

    Sandrine : Pour moi, c’est : « dès qu’on peut, on vient ! ».

    Je me sens bien avec des gens comme vous, maintenant je suis totalement APFienne ! J’y rencontre des gens formidables, des battants.

    A l’APF, je reçois la force de me battre, de continuer la bataille dans tous les domaines…

    Françoise : J’en retire beaucoup de satisfaction. J’y rencontre des gens extraordinaires qui donnent l’envie de continuer à s’engager.

    Sandrine et Françoise, de concert :

    MERCI l'APF !!!

  • Quand le Crédit Mutuel Océan sensibilise ses collaborateurs au monde associatif vendéen...

    2013-09-10 CMO semaine associative 1.jpgDu 16 au 20 septembre derniers, le Crédit Mutuel Océan organisait sa première "Semaine associative" au siège de la Fédération, à La Roche sur Yon.

    A cette occasion, l'APF, parmi une vingtaine d'autres associations, était invitée à venir présenter ses actions pour et avec les personnes en situation de handicap, grâce à la mobilisation des bénévoles de l'association.

    Nous avons pu échanger avec les professionnels du Crédit Mutuel sur la collecte de téléphones portables usagés dont le CMO est un important partenaire, les difficultés de scolarisation des enfants et jeunes en situation de handicap, l'emploi, "Tous à la voile", le bénévolat à l'APF, ...

    Autant de sujets qui ont intéressé les nombreux visiteurs, certains étant d'ailleurs directement concernés par le handicap.

    L'organisation d'une telle semaine associative est une manière sympathique et originale pour impliquer les salariés d'une entreprise dans le domaine associatif !

  • Les bénévoles mobilisés pour les enfants et les jeunes en situation de handicap

    Ce jeudi 19 septembre, une dizaine de bénévoles s'activaient dans la bonne humeur pour préparer de jolies banderoles colorées pour notre rassemblement de vendredi prochain...

    bénévoles 1.jpg

    Mais chut... on ne vous dira rien : pour découvrir les slogans, rendez-vous vendredi !

    L'APF, la FCPE, l'association "Ensemble sur l'île de Noirmoutier", AAD Makaton, 2 langues pour une Éducation 85, Autistes sans frontières et l'UNAFAM appellent à un large rassemblement pacifique le vendredi 27 septembre 2013 à 14h devant la Préfecture de Vendée pour défendre l'idée que oui, l'école pour tous c'est possible, oui, une place adaptée pour chacun c'est possible.

    Venez nombreux !

    Et pour tout renseignement sur le bénévolat, n'hésitez pas à contacter Hugues Bourieau au 02 51 37 03 47.

  • Le bénévole du mois : Sébastien

     2013-09_sébastien_nicolle.jpgSébastien, comment êtes-vous venu à l’APF ?

    En 2010, dans le cadre de mes démarches avec Pôle Emploi, j’ai été amené à faire 3 stages d’une semaine d’observation. L’un d’eux s’est passé à l’APF. J’ai alors décidé de poursuivre bénévolement.

    Qu’est-ce que vous faites comme activité bénévole ?

    Je suis engagé à l’APF selon mes disponibilités, mon savoir faire et les propositions qui me sont faites. J’ai participé à plusieurs éditions de la Fête du sourire, comme vendeur d’objets Sourire aux clients des magasins partenaires. Je contribue aussi à l’organisation du Café bénévole : logistique et intendance. Pour certaines actions, j’aide à la fabrication de matériels.

    Fin août, j’étais présent sur le stand APF dans le cadre de « Il l’été une fois… la rentrée », fête organisée par la Maison de Quartier du Val d’Ornay. L’occasion pour moi d’informer les visiteurs sur les actions de l’APF.

    Que retirez-vous de votre engagement bénévole ?

    « Si je n’en retirai rien, je ne serai pas ici… ». Je n’y perds pas mon temps et j’y prends du plaisir.

    Ça m’occupe, plutôt que de me morfondre chez moi à ne rien faire : je me sens utile. Ça m’oblige à aller vers les autres, à sortir et à avoir toujours un lien social. J’y rencontre du monde…

    Pour moi, c’est aussi la satisfaction d’être accompagné, suivi et couvert dans mon engagement. C’est important d’avoir l’impression de ne pas être lâché dans la nature comme ça, sans savoir où l’on va…

  • La bénévole du mois : CLaudine

     2013-08_photo_claudine.jpgClaudine, comment êtes-vous venue à l’APF ?

    Ma « petite porte d’entrée » à l’APF, c’est quand j’arrive en retraite en 2009. France Bénévolat m’informe de l’opération paquets cadeaux menée par l’APF à Joué Club Sud Avenue, et je m’y engage très vite, puis en 2010, 2011 et 2012 aussi.

    Ma « grande porte d’entrée », c’est l’appel à bénévoles lancé par APF Evasion à l’été 2012 sur une grande chaîne de TV nationale. Mon conjoint me dit « on y va… », et c’est cette réaction de sa part qui me pousse à franchir le pas.

    Il est vrai qu’il est déjà sensibilisé à la question du handicap…

    Que faites-vous comme actions bénévoles ?

    Depuis 2009, je participe aux paquets cadeaux sur novembre et décembre.

    De façon moins formelle, je collecte les téléphones portables usagés en diffusant l’information et en mobilisant autour de moi : les amis et le groupe de marche « la Gambade » par exemple.

    Septembre 2012, l’idée du Café bénévole émerge. Je contribue à sa mise en place et à son organisation. Premier rendez-vous : janvier 2013 !

    Le 5 juillet dernier, je participe à la manifestation devant la Préfecture, visant à dénoncer les difficultés de scolarisation des enfants et jeunes en situation de handicap de Vendée. La veille, je réalise la banderole…

    Retour à l’été 2012 : c’est donc ma première participation comme accompagnatrice à un séjour APF Evasion. 15 jours précédés de 2 journées de formation qui permettent de bien se préparer et surtout de prendre conscience de la réalité de l’accompagnement au quotidien, en ce sens que le handicap n’est pas quelque chose d’insurmontable.

    Qu’en retirez-vous de votre engagement bénévole ?

    La convivialité, la richesse des contacts et du mélange des âges, notamment avec les jeunes.

    Avec APF Evasion, les 2 journées de préparation permettent un échange de savoir être et de savoir faire avec les autres bénévoles, qui viennent de tous horizons. Ça crée une certaine dynamique de groupe. Quant au rapport avec les vacanciers, « c’est ça le bonheur ! »

    Des trucs tout bêtes comme prendre un pot en terrasse représentent pour eux de véritables moments de plaisir. Ce sont des temps forts sur le plan émotionnel : des regards qui en disent long, des moments de panique, des rigolades, des pleurs, des joies, …

    C’est enfin la découverte d’un monde avec ses difficultés, avec ses particularités. Ça permet de relativiser beaucoup de choses.

  • La bénévole du mois : Cendrine

     2013-06_photo_cendrine_proud web.jpgCendrine, comment êtes-vous venue à l’APF ?

    En 2008, enceinte de mon premier enfant et sans emploi, j’avais envie de m’investir dans une cause qui me tenait à cœur. J’ai cherché plusieurs associations sur Internet, et après une première sélection, et aussi parce que ma belle-soeur y travaille, j’ai pris contact avec l’APF…

    Il est vrai aussi que, de par ma formation dans l’hôtellerie et la restauration, je peux être souvent confrontée à l’accueil des publics en situation de handicap. Je suis donc sensibilisée à ces questions. D’ailleurs, là où je travaille aujourd’hui, il est mis à disposition des réceptionnistes un livret d’accueil de ces publics. Mais je me rends compte qu’il y a encore beaucoup à faire.

     Qu’est-ce que vous faites en tant que bénévole à l'APF ?

    Depuis mon arrivée à l’APF, j’ai participé à de nombreuses actions avec la Délégation de Vendée.

    Pour commencer, c’était sur l'opération "paquets cadeaux" avec Bénouch. Sur les plannings, les appels téléphoniques pour mobiliser les équipes, et bien sûr la confection des paquets.

    J’ai découvert les sensibilisations en milieu scolaire et ça m’a bien plu. Je suis prête à en refaire !

    Dernièrement, pour la Fête du sourire, j’étais chargée de contacter les clubs de randonnées pédestres et les bénévoles APF en vue d’installer des points de collecte de téléphones portables usagés au départ des randos…

     Que retirez-vous de votre engagement bénévole au sein de la Délégation ?

    Mon engagement bénévole à l’APF me fait prendre conscience de mon envie de l’élargir à ma vie de tous les jours, tant professionnellement que personnellement. C’est apporter et recevoir… C’est également pour moi la satisfaction de me rendre utile, d’apprendre et de partager des choses.

    Par exemple, connaître les difficultés de scolarisation des enfants en situation de handicap m’ouvre les yeux, alors qu’autrement je n’y aurai peut-être pas porté la même attention.

    Ça me permet enfin d’y voir plus clair dans la construction de projets.