Bénévolat - Page 2

  • Portrait bénévole : Serge BIDET

    2014-11_serge_bidet.jpgComment êtes-vous venu à l’APF ?

    Depuis mon plus jeune âge j’ai été sensibilisé au monde associatif et au bénévolat : à 12 ans déjà j’assistais mon père pour tenir un stand à la kermesse de l’école du village.

    Tout au long de ma vie j’ai pris des engagements bénévoles dans diverses associations à buts humanitaires (Don du sang, don d’organes, banque alimentaire, …).

    Il y a 5 ans, un voisin et ami, bénévole à l’APF, m’a contacté pour me demander de participer à l’opération « Fête du sourire » ; j’ai tout de suite accepté car je connaissais déjà l’association étant donateur depuis une quarantaine d’années.

    Qu’est-ce que vous y faites ?

    J’ai participé à la « Fête du sourire » pendant 3 ans (sur le stand, je proposais aux clients du magasin de faire un don de 3 €, ou multiple de 3, et je leur offrais en retour des produits « sourire »). Ce genre d’activité n’était pas du tout dans ma nature quand j’étais jeune mais, avec l’âge, on arrive à dépasser sa timidité.

    La formule de la « Fête du sourire » ayant changé et suite à des problèmes de santé, je suis resté 2 ans sans engagements aux côtés de l’APF. Mais cette année j’ai repris du service le 13 mai pour la manifestation devant la préfecture en vue de faire revenir l’exécutif sur sa décision de repousser sine-die la mise en application de la loi sur l’accessibilité.

    Je me suis aussi impliqué dans l’opération « HandiDon » (vente de tickets-dons au Leclerc des Oudairies, au boulodrome, à la cafétéria « Toquenelle » et à la Foire aux voleurs), ainsi que dans les activités relatives à la confection des paquets cadeaux à Joué Club.

    Qu’en retirez-vous ?

    Je trouve qu’il est toujours enrichissant de côtoyer les membres de l’association, les autres bénévoles ainsi que les professionnels qui nous accueillent, et de partager des connaissances ainsi que des expériences nouvelles avec tout le monde dans un contexte de fraternité.

    J’en éprouve personnellement une grande satisfaction et un grand plaisir (ne dit-on pas qu’il y a plus de plaisir à donner qu’à recevoir et aussi qu’un simple sourire enrichit celui qui le reçoit sans appauvrir celui qui le donne ?).

    Et quel bonheur de voir la petite lueur de reconnaissance dans les yeux des personnes qui ont besoin de l’aide qu’on leur a apporté !...

     

  • Portrait bénévole : Séverine CHAUCHET

    2014-10_séverine_chauchet compressée.jpgComment êtes-vous venue à l’APF ?

    Je connaissais une personne en situation de handicap (paralysie) qui était toujours de bonne humeur. Souhaitant me rendre utile, j’ai contacté France Bénévolat qui m’a aidé à trouver une association, et ce fut l’APF. J’avais entendu parler de l’APF lorsque j’étais en prépa à l’école d’Assistantes sociales. Je suis arrivée début 2014…

    Qu’est-ce que vous y faites ?

    J’ai participé à la Bicentenaire avec d’autres bénévoles pour tenir le stand APF et accompagner les personnes en situation de handicap pour la marche. Je suis intervenue dans le cadre d’un reportage photos aux halles à La Roche sur Yon, qui sert de support pour illustrer les difficultés en matière d’accessibilité rencontrées quotidiennement par les personnes en situation de handicap. J’étais sur le forum de la Semaine du Bien-être à la Maison de quartier des Forges où l’APF avait un stand, pour y vendre des tickets HandiDon. Idem pour un après-midi au boulodrome à La Roche sur Yon.

    Qu’en retirez-vous ?

    J’aime le contact avec les autres et mon engagement à l’APF me satisfait pour ça. A l’APF, je comprends et j’apprends les difficultés des personnes en situation de handicap : je ne m’imaginais pas qu’en matière d’accessibilité, autant de règles n’étaient pas respectées. Pour moi, il est dommage que les problématiques liées au handicap ne soient pas suffisamment connues. C’est le contact avec les autres bénévoles qui me permet de mieux comprendre qu’il est important de faire passer le message. J’ai vraiment le sentiment de servir à quelque chose.

    On ne vient pas à l’APF pour rien. Ce que j’apprends à l’APF pourra sûrement m’aider à accompagner la personne en situation de handicap que je connais…

     

     

  • Portrait bénévole : André MILET

    2014-09_andré_milet compressé.jpgComment êtes-vous venu à l’APF ?

    J’ai pris contact avec l’APF quelques années après mon accident survenu en 1971. Lucette  Morançais était à l’époque déléguée de départementale.

    Qu’est-ce que vous y faites ?

    Je me suis impliqué dans différentes actions nationales pour récolter des fonds pour l’APF. J’ai tenu un stand à la Fête du sourire, durant plusieurs années, où j’ai participé à la vente de fleurs avec d’autres bénévoles. J’ai également vendu des tickets de tombola dans les années 1990. Je suis toujours partant si l’APF a besoin de bénévoles pour ses actions.

    En parallèle, je participe activement à la collecte de textiles depuis de nombreuses années. J’ai commencé cette activité bénévole quand j’habitais à Bazoges en Pareds : je centralisais la collecte de Bazoges en Pareds et des communes aux alentours, puis la collecte partait à La Roche sur Yon.

    Actuellement, je tiens le dépôt de textile à Mouilleron en Pareds. Nous avons dernièrement collecté près de 2 tonnes de vêtements qui ont été envoyés aux Herbiers !! Nous sommes d’ailleurs ouverts tous les premiers mercredis du mois. Je prends également en charge localement la collecte de téléphones portables.

    Qu’en retirez-vous ?

    J’aime participer à la vie associative (assemblées départementales, …). Je souhaiterais venir plus souvent, mais je suis éloigné géographiquement. Il est important pour moi de soutenir l’APF dans ses actions : j’aide à récolter des fonds que ce soit en collectant du matériel (fauteuils, déambulateurs, …), des textiles ou des téléphones portables.

  • La bénévole du mois : Nicole

    2014-08_photo_nicole_constantin.JPGNicole, comment êtes-vous venue à l’APF ?

    Mon fils Charly est devenu polyhandicapé à la suite d’un accident de voiture en 1996. Nous avons eu besoin de conseils en ergothérapie pour organiser sa prise en charge à domicile les week-ends durant les 3 premières années du centre de rééducation.

    On s’est rapproché, avec mon mari, de l’ESVAD (ancien service social de l’APF) qui nous a guidés et ensuite orientés vers le service juridique de l’APF à Paris. Nous y avons été très bien accueillis. Un avocat spécialisé nous a aidés pour défendre nos droits à indemnisation. On a été très bien défendu. C’était notre premier contact avec l’APF.

    Par notre vécu quotidien, nous nous heurtions aux problèmes d’accessibilité que nous n’avions jamais connus auparavant. J’étais pourtant Aide soignante dans un centre de rééducation, je connaissais déjà le handicap, mais là, j’étais personnellement confrontée aux difficultés quotidiennes...

    C’est par la suite que j’ai commencé à m’investir à l’APF. Je suis adhérente depuis 1997, Je fais du bénévolat depuis 2002.

    Qu’est-ce que vous faites comme actions bénévoles ?

    Je participe à des actions de sensibilisation sur le handicap dans les écoles primaires. Nous commençons l’intervention en partant des représentations des enfants sur handicap : ils les expriment à travers un dessin. Ces interventions sont très intéressantes et ça fuse ! Ça permet d’expliquer le handicap pour que les enfants (et les grands) n’en aient pas peur.

    Nous avons également un Groupe Relais de l’APF, à Luçon. Je m’occupe de la logistique : j’aide à organiser les actions sur le plan local avec la Référente du secteur. Je fais le lien entre notre groupe et la Délégation à La Roche sur Yon : je transmets les informations.

    Nous collectons les téléphones portables usagés. Je prospecte les lieux possibles pour mettre en place les boîtes de collecte. J’assure le ramassage des téléphones collectés. Je les ramène ensuite à la Délégation.

    Localement, nous participons au Forum des associations tous les ans sur Luçon, et à la Journée de l’Environnement tous les deux ans.

    Je participe aux différentes manifestations organisées devant la préfecture pour revendiquer nos droits à l'accessibilité pour tous selon mes disponibilités.

    J’étais également avec Charly et mon mari à la manif Ni Pauvre ni Soumis à Paris en 2008…

    Que retirez-vous de votre engagement au sein de la Délégation APF ?

    Pour moi, l’APF est un lieu ouvert et convivial où je viens quand je le souhaite partager un petit thé. C’est important d’avoir ce lien avec la Délégation, sinon on se sent isolés et tout petits. J’apprécie de voir l’équipe de Délégation régulièrement.

    J’ai la satisfaction de faire découvrir et d’aider à mieux comprendre le handicap. Mon action bénévole me permet de transmettre pour faire évoluer les comportements.

  • Le prix jeune et bénévole

    header_title.jpg

    Ce prix récompense les meilleurs témoignages d'actions de bénévolat ou de volontariat de jeunes âgés de 15 à 25 ans.

    Vous avez effectué une mission bénévole ou volontaire et avez envie de partager votre enthousiasme pour l'engagement au service de l'autre ! 

    Vous avez envie de donner envie ?!?!?!?! Ou juste pour le plaisir de partager ou pour celui de gagner un séjour solidaire ou sportif en France ou en Europe ?

    ALORS, participez à ce concours en rédigeant un court témoignage racontant votre expérience.

    N'hésitez pas y joindre des photo, dessins, BD voire vidéo...

    A votre clavier et pour plus d'info : un clic ICI

    Source : Agir sur mon avenir, le blog des jeunes de l'APF

  • Portrait bénévole : Alexis Poisbleau

    2014-07_photo_alexis_compressée.jpgComment êtes-vous venu à l’APF ?

    C’est en 2005 que je suis arrivé à l’APF.

    Une amie déjà engagée tout comme moi dans une autre association, Clin d’œil vendéen, m’a parlé de l’APF. Et puis France Bénévolat m’a contacté pour une action APF.

    J’y suis allé, et depuis je suis devenu adhérent pour contribuer au combat contre l’indifférence, car je suis moi-même en situation de handicap…

    Qu’est-ce que vous y faites ?

    Au début, j’avais une mission de chargé d’accueil téléphonique à la Délégation. Je le fais plus depuis que je travaille.

    Aujourd’hui, je suis un peu sur tous les fronts !

    Bien sûr, toujours dans la limite de mes possibilités et de mes capacités physiques…

    Ça va des mises sous pli à la réalisation de reportages photos destinés à être diffusés sur le blog APF pour sensibiliser le grand public sur les problèmes d’accessibilité.

    Lors des manifs, j’installe les banderoles, je prends les photos (une passion)…

    J’accompagne parfois des personnes en situation de handicap pour aller à une manif ou à toutes autres actions menées par l’APF, comme les sensibilisations.

    Pendant ces sensibilisations, j’encadre les mises en situation qui permettent aux publics rencontrés de mieux comprendre ce qu’est le handicap au quotidien.

    J’essaie aussi de trouver des partenaires, comme la Toquenelle dans le cadre de la Fête du sourire par exemple.

    Qu’en retirez-vous ?

    J’ai le plaisir de me rendre utile.

    Mais aussi d’apprendre des choses au contact d’autres personnes en situation de handicap, sur leur vécu au quotidien notamment. Voir du monde et pouvoir échanger, c’est aussi une grande satisfaction pour moi.

    Enfin, je me rends compte que je suis capable de faire des choses que je n’aurai pas imaginé pouvoir faire avant (trouver des partenaires n’est pas simple, mais je l’ai fait).

    Avec l’APF, je me surpasse, je prends de l’assurance, je prends confiance !

    J’en retire une vraie satisfaction !