Scolarisation - Page 5

  • Une solution pansement imposée par l'Education Nationale : récit d'une maman en colère

     Une maman désespérée et en colère a décidé de rendre publique la situation de son petit garçon qui est privé d'école à cause de l'Education Nationale en Vendée. Cela fait 2 mois qu'Antoine est déscolarisé parce qu'il n'y a plus d'argent dans les caisses de la DASEN pour embaucher une auxiliaire de vie scolaire... Et 2 mois que la maman a du cesser de travailler... Elle nous a communiqué une photo pour que son petit garçon ne soit pas juste un nom, une statistique, un "cas isolé" laissé pour compte par l'administration.

    Antoine blog 2014-10-29 - Copie.JPG"Mon fils Antoine est âgé de 3 ans et demi, il souffre d'un retard moteur et psychomoteur ainsi que de troubles de l'élocution. Pour préparer son entrée en classe de petite section maternelle en septembre 2014, nous avons déposé une demande d'Auxiliaire de Vie Scolaire Individuelle (AVSi) à la MDPH de Vendée. Mi-septembre, nous avons obtenu la décision de la CDAPH, qui reconnaissait un besoin d'accompagnement individualisé pour notre petit garçon à hauteur de 13h/ semaine.

    15 jours après l'obtention de l'accord de la CDAPH, la Directrice de l'école n'avait toujours pas de retour de l'Education Nationale pour recruter une Avsi. Elle a donc joint la Direction Académique pour savoir ce qu'il en était.

    Une responsable en charge des enfants en situation de handicap lui a alors indiqué qu'il n'y avait pas d'argent pour financer ce poste et que l'Avsi déjà en place pour un autre élève de sa classe devra assurer l'accompagnement pour les deux enfants.

    D'après cette personne, nos enfants doivent se partager la même AVSi, sachant que nos deux enfants auraient du être scolarisés sur les mêmes temps scolaires, c'est-à-dire, 4 matinées par semaine pour optimiser leur apprentissage.

    Sans une Avsi entièrement dédiée à mon petit garçon, il m'est impossible de le scolariser.

    Antoine a des besoins multiples, allant de la nécessité d'avoir une aide pour tenir un crayon, pour maintenir sa concentration, pour marcher (perte d'équilibre), apprendre les règles de vie, aller aux toilettes, retirer ses vêtements (blouson...).

    Il est dépendant d'une tierce personne et à besoin d'être toujours stimuler pour évoluer.

    Sans Avsi, Antoine est donc privé d'école depuis la rentrée scolaire, cela fait 2 mois.

    Cette situation m'est insupportable, car Antoine demande sans cesse d'aller à l'école. D'un autre côté, accepter qu'Antoine soit scolarisé avec l'AVSi d'un autre enfant signifie mettre en danger nos deux enfants, tant l'attention qu'ils requièrent est importante. Je n'imagine pas non plus priver partiellement un enfant de son Avsi, alors que ses besoins ont également été reconnus par la MDPH de Vendée.

    De quel droit la Direction Académique transforme-t-elle une Avs individuelle en Avs mutualisée ? De quel droit l'Education Nationale se permet-t-elle d'ignorer les besoins de nos enfants alors que la MDPH a mis des mois à les évaluer ?

    En réaction à ce positionnement de la Direction Académique, nous avons formulé avec l'autre famille concernée le 7 octobre dernier un courrier de mise en demeure de la DASEN afin qu'Antoine puisse disposer de l'accompagnement dont il a besoin et qui lui est reconnu. Parce qu'en attendant, j'ai du cesser mon activité professionnelle pour de m'occuper à 100% d'Antoine à la maison.

    A ce jour, notre courrier est resté sans réponse, ce que nous déplorons. Nous ne savons pas si le dossier d'Antoine est à l'étude ou bien si celui-ci a été classé comme résolu par l'Education Nationale. Et le pire, c'est que nous ne parvenons à joindre personne, l'Inspection Académique étant fermée durant les périodes scolaires !!

    Aujourd'hui, j'ai le sentiment qu'il y a une réelle volonté d’empêcher les enfants en situation de handicap de vivre et de grandir comme les autres. Malgré des notifications, l'administration ne leur donne pas toujours le temps, ni les moyens nécessaires pour progresser. Est-ce à cela que ressemble l'école inclusive ?

    Nous sommes déterminés à engager toutes les démarches nécessaires pour qu'Antoine puisse avoir son Avsi. Je sais que nous pourrons compter sur le soutien de l'APF pour cela. En attendant, je garde tout de même l'espoir qu'une Avsi soit nommée en Novembre 2014..."

  • L'inclusion scolaire en Vendée : c'est possible !

    Ouest France publie un article sur l'expérimentation dont bénéficient 8 jeunes depuis le mois de septembre : une scolarisation adaptée en collège ordinaire, avec un dispositif médico-social conséquent. Le résultat de la mobilisation de nos 9 associations, de la volonté de l'ARS et du concours de la DASEN.

    2014-10-09 OF IEM hors les murs web.jpg

    Nous sommes satisfaits de la mise en place de ce nouveau dispositif qui reprend plusieurs de nos propositions, formulées lors de notre première réunion de travail avec la DASEN et l'ARS : voir ici, dont la prise en charge médico-sociale sur le temps scolaire et financement du transport par l'ARS.

    Espérons que ce n'est que le début d'une école inclusive variée qui réponde au mieux aux besoins de tous les jeunes en situation de handicap. Nos 9 associations s'y attellent en tous les cas !

  • "L'école est faite pour tous les enfants de la République" F. Hollande. Ben y'a plus qu'à alors.

    Le Président de la République, François Hollande, a répondu aux questions des journalistes à l'issue de sa visite du Centre d’action médico-sociale précoce (CAMSP) de Soyaux.

    Il déclare : "L'école est faite pour tous les enfants de la République"

    Ben y'a plus qu'à, alors.

    Parce qu'à ce jour, de trop nombreux enfants et jeunes en situation de handicap sont exclus de l'école du fait de leur handicap. Ils sont trop nombreux à être totalement déscolarisés.

  • Billet d'humeur 185 de notre Yonnais en colère "Vive la rentrée !"

    Avec un parcours comme celui de Madame Vallaud Belkacem, on ne peut qu'espérer que tout aille pour le mieux : voir ici

    Son profil laisse aussi à penser qu'elle en sait quelque chose sur les discriminations !

    Mais au vu des critiques dont elle fait l'objet par ses opposants et en particulier notre cher président du Conseil général, tiendra t elle ? (il qualifie sa nomination de "provocation" voir ici) C'est à souhaiter...

    Parce qu'enfin, Monsieur le président, avouez tout de même que la situation des enfants z'handicapés est vraiment dramatique pour les familles vendéennes et déplorable quant au "laisser aller" flagrant et scandaleux qui règne dans notre beau département de la Vendée !

    Alors, avant de critiquer, il serait peut-être bon d'agir... A l'image de ce que fait Madame Bulteau sur cette question ô combien difficile de la scolarisation des enfants z'handicapés, par exemple !

    A la semaine prochaine

    Mot n° 185 : "de"

  • Lettre ouverte au Président de la République

    "Je suis l’aînée d’une famille de 5 enfants (ouais mes parents ont bien bossé) et parmi les 5 enfants, j’ai un frère de 21 ans qui est handicapé mental. Il a une maladie génétique proche de l’autisme (Syndrome X Fragile; je vous expliquerai en détails si ça vous intéresse) et mon frère va devoir quitter son établissement spécialisé pour un "projet de vie adulte" (selon les mots des "professionnels") mais le problème Monsieur, c’est qu’il n’y a pas de place dans le peu d’établissements qui sont adaptés pour lui…les listes d’attente se comptent en dizaine d’années…  Et il n’est pas le seul vous savez. Veille de rentrée scolaire il y a plein de petits enfants handicapés mentaux qui n’ont pas d’école, pas d’établissements, qui restent en marge …et qu’on envoie balader. Des parents qui se battent, qui se mettent en précarité pour s’occuper de leurs enfants.

    ...

    Alors l’égalité des chances, la justice sociale, je ne peux pas m’empêcher d’avoir des doutes… On ne part pas tous armés de la même façon dans la vie…. Et là où je veux en venir dans ce grand étalage confus, c’est que j’aimerai bien que vous et vos ministres et tous les autres qui gravitent avec vous, autour de vous, de gauche comme de droite, arrêtiez de prendre le peuple pour des demeurés.

    Moi j’ai l’impression profonde qu’on prend les gens pour des cons. Moi compris évidemment.J’ai l’impression que tout ce qui se passe c’est du bla bla bla.

    ...

    Pour info j’avais essayé de sensibiliser votre ministre de la santé et sa secrétaire aux personnes handicapées : Mme Segolène Neuville – j’ai même crée une pétition et un blog de témoignages de parents, etc. … vous devriez jeter un oeil  (vous hein pas vos chargés de com’ et autres conseillers) – je vous laisse aller voir la page facebook :https://www.facebook.com/uneviedigne

    Mais le mieux c’est de consulter ma pétition (d’ailleurs si vous voulez la signer j’en serai très honorée) : https://www.change.org/p/une-vie-digne-signez-pour-une-vie-digne-des-handicap%C3%A9s-mentaux-en-france

    ..."

    Pour lire l'intégralité de cette lettre à coeur ouvert, cliquez ici

  • Lettre à Madame la Ministre de l'Éducation Nationale ... Scolarisation des enfants handicapés

    "Madame la Ministre de l'Education Nationale,

    Aujourd'hui on a pu entendre beaucoup de reportages sur la rentrée scolaire des petits Francais et notamment sur les nouveaux rythmes scolaires mais on a peu ou pas entendu de reportages sur la rentrée des petits élèves souffrant d'un handicap.
    Aussi, il me semble important aujourd'hui de vous faire part de notre témoignage concernant la rentrée de notre fils handicapé moteur.
    En effet,ce matin, Louis était impatient de découvrir sa nouvelle école, ses nouveaux copains, sa maîtresse bien sûr aussi .
    ...
    On demande sans cesse à ces enfants et à leurs familles d'être "'patients"', et accaparés par leur quotidien souvent compliqué, ils n'ont d'autres choix en effet que de patienter en se démenant pour trouver eux mêmes des solutions ...
    ...
    Pourtant lorsqu'on a la chance de vivre aux côtés d'un enfant extra-ordinaire, on apprend vite qu'aucune montagne n'est infranchassable, alors j'ai bon espoir qu'un jour les seuls soucis de nos enfants, le jour de la rentrée, seront de savoir si leur meilleur copain est dans leur classe, si la maîtresse sera gentille, si la couleur de leur trousse est bien assortie à leur cartable, comme tous les autres enfants en fait ..."