Infos - Page 5

  • Schéma départemental en faveur des adultes handicapés 2013-2017

    Le Conseil Général de Vendée vient de publier le schéma départemental en faveur des adultes handicapés 2013-2017.

    Pour télécharger le document, cliquez ici.

  • L'APF, membre du CESER Pays de La Loire

    CESER.jpgL'APF est désormais membre du  conseil économique social environnemental -CESER- des Pays de la Loire.

    Depuis la création des Régions par la loi du 5 juillet 1972, « le Conseil régional par ses délibérations, le président du Conseil régional par l’instruction des affaires et l’exécution des délibérations, le conseil économique social environnemental par ses avis, concourent à l’administration de la Région ».

    Assemblée jumelle du Conseil régional, le CESER est ainsi l’assemblée consultative de la Région représentant la « société civile organisée ». « Laboratoire d’idées », il effectue des diagnostics, des analyses prospectives et avance des préconisations dans l’intérêt du développement régional.

    jean-pierre_blain.jpgC'est Jean-Pierre Blain, Représentant du Conseil APF de région, qui siège au CESER Pays de la Loire.

    Pour en savoir plus sur le CESER, cliquez ici.

  • ESAT et entreprises adaptées : les petits arrangements de Carlotti avec la réalité

     Carlotiti3.jpgNon, il n’y aura pas de créations de places en établissements et services d’aide par le travail (ÉSAT), a confirmé, mardi 28 octobre, la ministre déléguée aux personnes handicapées, devant la commission élargie de l’Assemblée nationale qui planchait sur le projet de loi de finances 2014.

    « Le gouvernement choisit de valoriser l’existant plutôt que de créer des places au détriment de la qualité de prise en charge, justifie Marie-Arlette Carlotti. Les responsables des ÉSAT ayant souligné que la qualité de la prise en charge était mise en cause, nous avons décidé de l’améliorer. »

    De là à comprendre que l’argent qui était consacré à la création de places (sous les gouvernements Fillon, 1 000 places ont été créées en 2012, 2011 et 2010 ; 1 400 en 2009 ; et 2000 en 2008) servira à consolider les établissements existants, il n’y a qu’un pas… qu’il ne faut pas franchir car ce ne sera malheureusement pas le cas.

    Lire la suite sur Faire Face

  • Téléthon : le coup de gueule de Bruno, Myopathe Vendéen

    Le blog Ma Ville Solidaire publie un coup de gueule : l'AFM (Association Française contre les Myopathies) refuse d'apporter une aide de 10 000 € à Bruno, adhérent, militant et parrain du Téléthon, alors que celui-ci recherche désespérément des financements pour aménager son véhicule...

    Cela amène deux remarques :

    1 : la loi de 2005 pose le principe de la compensation intégrale du handicap, et créé pour cela la Prestation de Compensation du Handicap et le Fond Départemental de Compensation. Si la loi était respectée dans son application et son esprit, Bruno n'aurait ni à chercher d'autre sources de financement, ni à supporter un quelconque reste à charge.

    2 : en offrant des dons à téléthon, la majorité des personnes pensent que cela permettra aussi d'apporter une aide matérielle aux malades. Depuis le lancement du Téléthon l'AFM a collecté près de 2 milliards d'euros : ici.

    Pour lire l'article de Ma Ville Solidaire, cliquez ici.

  • Obsèques de Jean-Marie Barbier

    Les obsèques de Jean-Marie BARBIER auront lieu lundi 28 octobre à 15 heures en l'église d'Ormesson-sur-Marne. Sa famille ne souhaite ni fleurs, ni couronnes, mais des dons peuvent être adressés à L'APF (don en ligne ici ou auprès de la Délégation ici) ou à la fondation Ellen Poidatz (www.fondationpoidatz.com)

    Afin de lui rendre hommage, l'APF a mis en place un livre d'or qui sera transmis à sa famille. Celui-ci peut être signé ici.

  • Etablissements et handicap : l'État trouve une place à Amélie... et renonce à faire appel de la décision de justice

     amélie,ars,conseil d'etat,justice,place,établissement,établissementsL’État vient de faire volte-face et de renoncer à faire appel de la décision de justice dans l’affaire Amélie Loquet, cette jeune femme lourdement handicapée qui vit au domicile de ses parents depuis un an, faute de place en établissement adapté.

    Le 7 octobre, le Tribunal administratif de Pontoise avait enjoint à l’Agence régionale de santé (ARS) d’Île-de-France de lui proposer « la prise en charge effective, dans un délai de quinze jours (c’est-à-dire avant le 24 octobre), par un établissement médico-social adapté à son état ».

    Hier matin, 23 octobre, l’ARS annonçait aux parents d’Amélie qu’ils auraient une place pour leur fille à compter du 4 novembre prochain, avec un mois d'essai.  « Dans une Maison d’accueil spécialisée à Beaumont-sur-Oise (Val-d’Oise) », pas très loin de chez ses parents, confirmait à l’AFP Jacques Loquet, le père de la jeune fille. Mais dans la soirée, le ministère délégué aux personnes handicapées annonçait, qu'il avait fait appel tout en précisant qu'« en réalité, ce recours ne concerne pas Amélie ».

    Lire la suite sur Faire Face