Santé - Page 4

  • Personnes handicapées : un dispositif d’alerte et de traitement des « situations critiques »

     amélie,amélie loquet,ars,places,établissements,services,alerte,urgence,mdph« Un dispositif d’alerte et de traitement des situations critiques » va être « rapidement » mis en place, a annoncé Marie-Arlette Carlotti.

    La ministre déléguée aux personnes handicapées a présenté aux directeurs généraux des agences régionales de santé (ARS), jeudi 14 novembre, ce dispositif qui concernera « les personnes dont la complexité de la situation génère des ruptures de parcours et menace l’intégrité de la personne et/ou de sa famille. » Comme Amélie Loquet, cette jeune femme lourdement handicapée, dont les parents avaient saisi la justice car elle n’avait pas de place en établissement. La décision du tribunal administratif d’enjoindre l’ARS d’Île-de-France à lui proposer une solution a poussé la ministre à réagir et à mettre en place cette nouvelle organisation.

  • Les cabinets des kinés ne sont pas accessibles ? Restez chez vous et la sécu paiera...

    blog santé.jpg"Il semble que les kinés soient bien informés de l'obligation de rendre accessibles leurs cabinets. Quoi de plus logique me direz-vous, qu'un kiné accessible ? Si on va chez le kiné c'est bien qu'on a un problème ! Ben non, l'accessibilité chez les para-médicaux n'est pas une évidence, loin s'en faut !

    Il semble aussi que nos kinés s'organisent pour trouver des parades et s'affranchir de la mise en accessibilité...  Le syndicat national des masseurs-kinésithérapeutes-rééducateurs vient de publier un document dans lequel il explique ceci :

    lire la suite sur le blog santé des Pays de La Loire

  • Accès aux soins difficile ? Témoignez sur notre blog régional !

    L'APF agit au quotidien pour que chacun puisse jouir pleinement de ses droits et mener une vie décente. Pourtant, aujourd'hui en France, de nombreux freins existent en matière de santé, d'accès aux soins. C'est pourquoi, sur la région des Pays de la Loire, nous invitons chacun à témoigner sur un blog que nous avons créé à cet effet. 

    Partagez votre expérience concernant l'accès à la santé : quelles difficultés rencontrez-vous ?

    Le but de cette collecte de témoignage est de repérer les problématiques qui se répètent en matière d'accès aux soins (dans tous les domaines : juridique, relationnel, accessibilité, qualité de soin et d'accompagnement, etc). Ce recueil servira de base de construction de nos revendications pour que l'organisation de notre société en matière de soins évolue en faveur des patients.

    faites entendre votre voix bonhomme bleu.jpg

     "La santé est un état de complet

    bien-être physique, mental et social,

    et ne consiste pas seulement en une

    absence de maladie ou d'infirmité"

  • Quelle santé pour un milliard de personnes handicapées ?

    OMS.jpgDans le monde, plus d'un milliard de personnes sont confrontées à une situation de handicap, soit une sur sept. En termes de soins, elles ont les mêmes besoins que les autres, parfois même plus importants. Or, elles ont deux fois plus de risques de s'adresser à des prestataires n'ayant ni les compétences ni les installations requises. Elles ont trois fois plus de risques de se voir refuser une prise en charge. Elles ont quatre fois plus de risques d'être mal soignées. Pour poursuivre ce constat amer, une personne handicapée sur deux n'a pas les moyens de se soigner car elle doit faire face à des dépenses de santé exorbitantes qui plongent l'ensemble de la famille dans une immense pauvreté.

    Pour lire la suite, cliquez ici

  • Faute de places suffisantes en SESSAD, j'ai du choisir lequel de mes enfants serait sacrifié...

    témoignage.jpgMadame H. habite en Vendée. Elle a deux enfants, tous deux atteints de handicap. Tous deux bénéficient d'une reconnaissance d'un besoin d'être accompagné par un service d'éducation spécialisée et de soins, un SESSAD, depuis 4 ans maintenant.

    "Lorsque j'ai reçu les notifications de la MDPH accordant à mes enfants le droit d'être suivi par un SESSAD, j'ai cherché à mettre en place cet accompagnement. J'ai été confronté à un manque de place et durant deux ans, auncun de mes deux enfants n'a pu accéder à ces soins et bénéficier de ces accompagnements pourtant essentiels à leur développement. Après deux ans d'attente, on m'a informée qu'une place s'était libérée et qu'un de mes enfants pouvait en bénéficier.

    C'est affreux, parce que on m'a obligée à choisir entre mes enfants. Au final, j'ai du choisir lequel des deux je sacrifiais. C'est inhumain d'infliger cela à une maman.

    Aujourd'hui un seul de mes enfants bénéficie de l'accompagnement, alors que les besoins de mes deux enfants sont reconnus depuis 4 ans"

    L'accès aux soins peut être mis à mal de bien des manières : manque de places dans les structures médico-sociales, problèmes de transports, manque d'accessibilité, tarifs non conventionnés, délais de prise en charge trop longs, etc. Pour lire d'autres témoignages et pour apporter votre propre témoignage sur les freins à l'accès aux soins, consulter le blog santé de l'APF sur la région des Pays de la Loire ici.

  • La CPAM de Vendée condamnée à prendre en charge les frais de transport qu'elle refusait de financer.

    L'accès aux soins peut être mis à mal de bien des manières. Les refus de prise en charge des frais de transport par la CPAM en font partie.

    Madame M. a un fils atteint de dysphasie lexicale et sémantique et de dyspraxie. Il nécessite une prise en charge orthophonique particulière et adaptée. Les orthophonistes les plus proches du domicile de l'enfant n'étant pas en capacité d'apporter une prise en charge efficace et bénéfique à l'enfant, la maman est orientée vers une professionnelle de Loire-Atlantique.

    La maman dépose une demande d'entente préalable en octobre 2009 pour la prise en charge des frais de transport. La CPAM de Vendée refuse et décide de limiter la prise en charge à la distance séparant le domicile de l'enfant, de l'orthophoniste le plus proche.

    La Commission de recours amiable de la CPAM confirme cette décision de refus en mars 2010.

    En juin 2010 Madame M. saisi le TASS (Tribunal des Affaires de Sécurité Sociale) pour contester la décision de la commission de recours amiable de la CPAM.

    Après avoir ordonné une expertise, le TASS vient de rendre son jugement.

    Le TASS rappelle que seul un impératif médical justifie le remboursement vers un lieu plus éloigné.

    Il rapporte que l'expert a conclu "de façon claire, précise et dénuée de toute ambiguité que seul le suivi effectué par l'orthophoniste de Loire-Atlantique a été bénéfique pour l'enfant. Il confirme l'avis de l'orthophoniste de proximité qui indique que l'orthophonie classique n'a pas été efficace dans cette situation."

    Le TASS dit donc que le suivi orthophonique de l'enfant par la professionnelle de Loire Atlantique est médicalement justifié et que la CPAM de Vendée doit prendre en charge les frais de transport objet de la demande d'entente préalable.

    Deux ans et demi de procédure qui se concluent par une reconnaissance des besoins et des droits d'un enfant. Une belle victoire pour cette maman.

     

    L'accès aux soins peut être mis à mal de bien des manières : manque de places dans les structures médico-sociales, problèmes de transports, manque d'accessibilité, tarifs non conventionnés, délais de prise en charge trop longs, etc. Pour lire d'autres témoignages et pour apporter votre propre témoignage sur les freins à l'accès aux soins, consulter le blog santé de l'APF sur la région des Pays de la Loire ici.