Santé - Page 3

  • Une malade de la sclérose en plaques reçoit 2,4 millions d'euros d'indemnisation

    L'Etat a été condamné à verser une indemnité record à une ancienne infirmière, dont le vaccin contre l'hépatite B a provoqué la maladie.

    Pour lire l'article, cliquez ici

  • La CPAM de Vendée donne raison à son assurée épuisée...

    Nous vous racontions récemment le parcours de combattant imposé par la CPAM de Vendée à l'une de ses assurée. Madame P. se demandait si le but de la sécu était de l'épuiser... Voir ici.

    Alors que le Représentant Départemental de l'APF a alerté le Président de la CPAM sur cette situation rocambolesque et que Madame P. a saisi la Commission de Recours Amiable de la Caisse, elle vient d'être informée que finalement la caisse accepte de prendre en charge ses transports.

    Madame P. est soulagée. Elle a pu reprogrammer sans attendre les soins dont elle a tant besoin, et elle n'aura pas à saisir le tribunal.

  • "La CPAM de Vendée cherche-t-elle à épuiser ses assurés sociaux ?" Coup de gueule d'une assurée épuisée

    Madame P. est excédée. Malgré une récente décision de justice rendue par le Tribunal des Affaires de Sécurité Sociale (TASS) obligeant la CPAM a prendre en charge ses frais de transport, elle vient de recevoir une notification de refus à une nouvelle demande d'entente préalable pour effectuer ces mêmes transports à nouveaux prescrits par son médecin.

    "Je suis écoeurée de voir qu'après m'être battue 33 mois (depuis août 2011 à aujourd'hui, avec saisie de la commission de recours amiable de la CPAM, puis du TASS, 2 passages en audience devant le Tribunal, 1 expertise médicale, pour finalement obtenir gain de cause le 21 mars 2014) la CPAM de Vendée refuse à nouveau mes transports pour me faire soigner (maladie orpheline, ALD accordée) sur la Roche sur Yon chez un praticien formé et expérimenté, et ce malgré les conclusions du TASS de mars dernier.

    Je ressens de la colère face à la CPAM qui ne tient pas compte des conclusions de l'expert mandaté par le Tribunal, ni des conclusions du Tribunal pour ces nouvelles demandes de transport !

    Pour chaque nouveau déplacement je dois en effet reformuler une demande d'entente préalable auprès de la CPAM. Ont-il donc prévu de m'opposer un refus chaque fois, m'obligeant ainsi à saisir le Tribunal chaque fois, et subir près de 3 ans de procédure ???

    Je suis révoltée et usée de devoir me "battre" à nouveau car je dois gérer mes soins et c'est déjà très lourd...

     

    J'ai le sentiments que ces personnes qui décident dans leur bureau de ma santé, de ma vie, sont buttées, bornées !!! J'aimerais qu'ils se mettent à la place des patients !!! Qu'ils soient atteints également de ma maladie rare : ils s'apercevront à quel point le quotidien est difficile...

    D'autant plus qu'en l'absence de soins, faute de prise en charge des transports en Vendée, c'est en soins intensifs sur Paris que je me retrouve ! Elle est où l'économie pour la Sécu ? Elle est où le prise en compte de la santé des assurés par la CPAM de Vendée ?

    Je suis dépitée. Pour moi, l'attitude de la CPAM est proche de l'acharnement."

    Madame P. a gagné devant le TASS avec le soutien de l'APF qui l'a accompagnée juridiquement. L'association va bien entendu continuer à soutenir Madame et former un nouveau recours pour l'aider à faire valoir ses droits, et surtout sa santé.

     

  • Remboursement des frais de transport par la Sécu obtenus devant le Tribunal

    Madame P. a besoin d'une prise en charge en kinésithérapie spécialisée pour traiter les conséquences de l'affection longue durée dont elle souffre. Le kiné le plus proche de son domicile formé à cette prise en charge spécifique exerce en Loire Atlantique. La CPAM de Vendée refuse de prendre en charge les frais de transport au motif que n'importe quel kiné est apte à dispenser ces soins, et que Me P. doit se rendre chez le kiné le plus proche de son domicile.

    Soutenue dans ses démarches par l'APF, Madame P. a dans un premier temps formé un recours auprès de la commission de recours amiable de la CPAM qui a confirmé le refus de prise en charge des transports.

    Elle a ensuite saisi le Tribunal des Affaires de Sécurité Sociale (TASS). Après avoir obtenu du TASS qu'une expertise médicale soit réalisée (car seul un impératif médical peut justifier une prise en charge par un professionnel éloigné de son domicile), et après 2 ans d'instruction, le TASS vient de donner raison à Me P : la CPAM doit prendre en charge les frais de transport pour qu'elle se rende chez le professionnel de Loire Atlantique, qui est bien le professionnel le plus proche de son domicile apte à la prendre en charge.

     

  • Dépassement d'honnoraire excessif et injustifié chez l'ophtamologiste

    blog santé web.jpg

    "Qu'un médecin veuille être rémunéré lorsqu'il nous reçoit en urgence, que cela bouscule son planning et donc lui donne du travail supplémentaire, pourquoi pas. Qu'un médecin veuille être rémunéré lorsqu'il effectue des examens qui nécessitent du matériel coûteux qui exige des investissements lourds, pourquoi pas. Qu'un médecin veuille être rémunéré lorsqu'il consacre beaucoup de temps à son patient, pourquoi pas. Mais ..."

    Pour lire le témoignage indigné de cette maman, rendez-vous sur le blog santé des Pays de La Loire : cliquez ici.

  • Réorganisation de la Santé en Pays de La loire : donnez votre avis !

    Notre système de santé, est aujourd’hui performant mais inéquitable. Une réorganisation s’impose.

    La stratégie nationale de santé doit définir le cadre de l’action publique pour les années à venir pour combattre les inégalités de santé et réduire les difficultés d’accès au système de soins.

    Les orientations retenues trouveront une traduction concrète dès le projet de loi de financement de la sécurité sociale (PLFSS) pour 2014 ; leurs déclinaisons ultérieures seront soumises à débat avant d’être inscrites dans un projet de loi de santé en 2014.

    Usagers, ou acteurs (professionnel, élu ou responsable d’établissement, …) l'ARS des Pays de la Loire nous invite à contribuer à ce débat national :

    • en répondant à l'enquête "Stratégie nationale de santé" en cliquant sur une des deux images ci-dessous :

     

    Pour en savoir plus : .ars.paysdelaloire.sante.fr