Santé - Page 3

  • Harmonie Mutuelle "Cette mutuelle se moque des personnes handicapées aussi !"

    A la lecture de l'article publié par le Journal du Pays Yonnais "Harmonie Mutuelle : cette mutuelle se moque des pauvres", l'un de nos adhérents nous a fait part de son vif mécontentement sur la manière dont il est lui-même traité par cette mutuelle.

    harmonie mutuelle losange.jpgHarmonie Mutuelle se moque des pauvres, et des personnes handicapées aussi !

    "Je me déplace en fauteuil roulant électrique et rencontre des problèmes pour entrer dans l'agence de la mutuelle à La Roche sur Yon. Je suis même en danger puisque mon fauteuil manque de basculer à cause d'un seuil trop haut.

    J'en ai plusieurs fois parlé aux personnes de l'agence ainsi qu'au responsable de l'agence. Je lui ai même remis en main propre un courrier en mars 2012 en expliquant cela et en demandant ce qui était envisagé. Je n'ai jamais eu de réponse.

    Comme je suis très patient, ce n'est qu'en juin 2014 que j'en ai reparlé au responsable de l'agence, voyant que rien n'était fait. Il m'a répondu n'avoir jamais eu connaissance de ce courrier ! Simple oubli ou mauvaise foi, peu importe. J'ai donc envoyé un autre courrier, cette fois-ci en RAR, au responsable patrimoine d'Harmonie Vendée.

    Courrier envoyé le 2 juillet 2014. Et vous savez quoi ? Toujours aucune réponse à ce jour ! Peut-être attendent-ils que je tombe pour me répondre, voire mettre leur agence en accessibilité ?

    Pourtant, sur leur site, j'ai trouvé ça : la volonté d'Harmonie Mutuelle est de favoriser et moderniser le dialogue avec ses adhérents, ses partenaires, les acteurs de la protection sociale et de la santé, et plus largement l'ensemble de la société (voir ici)

    Une chose est sûre, c'est que cette mutuelle se moque aussi des personnes handicapées !"

     

  • Harmonie Mutuelle «Cette mutuelle se moque des pauvres»

    Des non-remboursements passés sous silence. Des justificatifs qui découragent médecins et patients. Le syndicat des médecins généralistes MG85 monte au créneau pour alerter.

    «C’est un scandale silencieux». Le docteur Jacqueline Ferrand est en colère. En rogne depuis qu’elle et ses confrères ont découvert le «pot aux roses».

    Levé le voile sur «les difficultés de remboursement, pour les patients défavorisés, du ticket modérateur. Ces 6,90 euros pour une consultation de 23 euros (1)». Dans le viseur, Harmonie Mutuelle. «Cette mutuelle ne rembourse ses adhérents que sur production de justificatifs écrits. Si le patient n’est pas attentif à ses remboursements et ne pense pas à les réclamer, la mutuelle en garde le bénéfice».

    Les premiers «doutes» de la praticienne yonnaise remontent à trois ans. «J’avais lu un article d’un confrère de Loire-Atlantique». Dans son cabinet de la rue de Saint-André, elle interroge. «J’ai d’abord posé la question des remboursements à une patiente. Elle a vérifié : rien». Et le cas est loin d’être isolé. «ça a fait boule de neige. Même question, même réponse. Pour tous. Quand j’en ai parlé à mes confrères, après vérifications, ils sont tombés sur la même conclusion».

    «Harmonie Mutuelle nous mène en bateau»

    Lire l'intégralité de l'enquête du Journal du pays Yonnais ici

    harmonie vendee.jpg

  • Une malade de la sclérose en plaques reçoit 2,4 millions d'euros d'indemnisation

    L'Etat a été condamné à verser une indemnité record à une ancienne infirmière, dont le vaccin contre l'hépatite B a provoqué la maladie.

    Pour lire l'article, cliquez ici

  • La CPAM de Vendée donne raison à son assurée épuisée...

    Nous vous racontions récemment le parcours de combattant imposé par la CPAM de Vendée à l'une de ses assurée. Madame P. se demandait si le but de la sécu était de l'épuiser... Voir ici.

    Alors que le Représentant Départemental de l'APF a alerté le Président de la CPAM sur cette situation rocambolesque et que Madame P. a saisi la Commission de Recours Amiable de la Caisse, elle vient d'être informée que finalement la caisse accepte de prendre en charge ses transports.

    Madame P. est soulagée. Elle a pu reprogrammer sans attendre les soins dont elle a tant besoin, et elle n'aura pas à saisir le tribunal.

  • "La CPAM de Vendée cherche-t-elle à épuiser ses assurés sociaux ?" Coup de gueule d'une assurée épuisée

    Madame P. est excédée. Malgré une récente décision de justice rendue par le Tribunal des Affaires de Sécurité Sociale (TASS) obligeant la CPAM a prendre en charge ses frais de transport, elle vient de recevoir une notification de refus à une nouvelle demande d'entente préalable pour effectuer ces mêmes transports à nouveaux prescrits par son médecin.

    "Je suis écoeurée de voir qu'après m'être battue 33 mois (depuis août 2011 à aujourd'hui, avec saisie de la commission de recours amiable de la CPAM, puis du TASS, 2 passages en audience devant le Tribunal, 1 expertise médicale, pour finalement obtenir gain de cause le 21 mars 2014) la CPAM de Vendée refuse à nouveau mes transports pour me faire soigner (maladie orpheline, ALD accordée) sur la Roche sur Yon chez un praticien formé et expérimenté, et ce malgré les conclusions du TASS de mars dernier.

    Je ressens de la colère face à la CPAM qui ne tient pas compte des conclusions de l'expert mandaté par le Tribunal, ni des conclusions du Tribunal pour ces nouvelles demandes de transport !

    Pour chaque nouveau déplacement je dois en effet reformuler une demande d'entente préalable auprès de la CPAM. Ont-il donc prévu de m'opposer un refus chaque fois, m'obligeant ainsi à saisir le Tribunal chaque fois, et subir près de 3 ans de procédure ???

    Je suis révoltée et usée de devoir me "battre" à nouveau car je dois gérer mes soins et c'est déjà très lourd...

     

    J'ai le sentiments que ces personnes qui décident dans leur bureau de ma santé, de ma vie, sont buttées, bornées !!! J'aimerais qu'ils se mettent à la place des patients !!! Qu'ils soient atteints également de ma maladie rare : ils s'apercevront à quel point le quotidien est difficile...

    D'autant plus qu'en l'absence de soins, faute de prise en charge des transports en Vendée, c'est en soins intensifs sur Paris que je me retrouve ! Elle est où l'économie pour la Sécu ? Elle est où le prise en compte de la santé des assurés par la CPAM de Vendée ?

    Je suis dépitée. Pour moi, l'attitude de la CPAM est proche de l'acharnement."

    Madame P. a gagné devant le TASS avec le soutien de l'APF qui l'a accompagnée juridiquement. L'association va bien entendu continuer à soutenir Madame et former un nouveau recours pour l'aider à faire valoir ses droits, et surtout sa santé.

     

  • Remboursement des frais de transport par la Sécu obtenus devant le Tribunal

    Madame P. a besoin d'une prise en charge en kinésithérapie spécialisée pour traiter les conséquences de l'affection longue durée dont elle souffre. Le kiné le plus proche de son domicile formé à cette prise en charge spécifique exerce en Loire Atlantique. La CPAM de Vendée refuse de prendre en charge les frais de transport au motif que n'importe quel kiné est apte à dispenser ces soins, et que Me P. doit se rendre chez le kiné le plus proche de son domicile.

    Soutenue dans ses démarches par l'APF, Madame P. a dans un premier temps formé un recours auprès de la commission de recours amiable de la CPAM qui a confirmé le refus de prise en charge des transports.

    Elle a ensuite saisi le Tribunal des Affaires de Sécurité Sociale (TASS). Après avoir obtenu du TASS qu'une expertise médicale soit réalisée (car seul un impératif médical peut justifier une prise en charge par un professionnel éloigné de son domicile), et après 2 ans d'instruction, le TASS vient de donner raison à Me P : la CPAM doit prendre en charge les frais de transport pour qu'elle se rende chez le professionnel de Loire Atlantique, qui est bien le professionnel le plus proche de son domicile apte à la prendre en charge.